Cameroun, Message à la jeunesse: Paul Biya  s'adresse t-il aux jeunes ou aux vieux ? :: CAMEROON
Cameroun, Message à la jeunesse: Paul Biya  s'adresse t-il aux jeunes ou aux vieux ? :: CAMEROON
 
CAMEROUN :: POLITIQUE
  • Camer.be : Hugues SEUMO
  • dimanche 10 février 2019 21:36:00
  • 5211

Cameroun, Message à la jeunesse: Paul Biya s'adresse t-il aux jeunes ou aux vieux ? :: CAMEROON

D’une voix fatiguée et ocre et parfois nasillante, Paul Biya a encore fait des malheureux ce 10 février 2019 dans son traditionnel message à la jeunesse. En 18 minutes il n’aura apporté aucune réponse au besoin du « sang neuf » exprimé par la jeunesse camerounaise.

Rien de nouveau sous le soleil : un discours vide, aussi inconséquent que condescendant. Aucune solution, aucune compassion. De quelle jeunesse parle t-il ? S’adresse t-il aux vieux ? A qui s’adresse t-il finalement? Analyses

Comme l’année dernière, le chef de l’Etat camerounais a une fois de plus annoncé que l’avenir du Cameroun se ferra avec les jeunes « le Cameroun de demain se fera avec vous. » De quelle jeunesse parle t-il quand il sait que la gestion du pays est confisquée par une clique au pouvoir depuis 1960 ?

"Il est évident que vous en êtes déjà, et vous le serez encore davantage dans les prochaines années, les principaux acteurs". Comment être principal acteur dans une société où la moyenne d’âge des hommes du pouvoir est de 78 ans.

La plupart des jeunes camerounais n'ont jamais connu d'autre président que Paul Biya. Hommes ou femmes, ils ont moins de 36 ans , mais sont gouvernés par des vieux.

Au sujet de la jeunesse et l’éducation civique, le Président parle de la «mise en œuvre le Plan Triennal qui concerne plus de 600 mille personnes » .Ce message ne peut que générer des effets pervers dans un pays où l’on parle de ce concept depuis des décennies sans implémentations des réformes structurelles prévues dans le système socio-éducatif.

Il dit également avoir engagé »la campagne d’éducation civique et d’intégration nationale qui a touché plus d’un million de jeunes et conduit à la formation de 1300 Appelés par l’Agence du service civique national de participation au développement »

Le drame était de voir nos jeunes terminer le cycle secondaire sans être capables de transformer leur environnement, trouver un boulot ou même vivre décemment. Il est impossible de savoir le modèle de jeune qu’on forme au Cameroun est un jeune compétitif. Comment ne pas être surpris que le jeune au Cameroun est désormais celui là qui voudrait fonctionner comme ceux qui les gouvernent ? . Il est difficile aujourd’hui pour Paul Biya de convaincre sur l’existence de «l’insertion socio-économique des jeunes par la formation » . Le résultat sur le terrain est surprenant.

Aussi, de quelle insertion économique parle t-il depuis des années quand on sait que les lobbys divers se sont donnés des moyens logistiques pour détruire à grande échelle le Cameroun afin de réaliser des superprofits sur le dos des pauvres citoyens qu’on continue à endormir dans la notion de la jeunesse. Conséquence : Le peuple victime, réduit à la misère la plus totale, subissant des traitements les plus déshumanisants est obligé d’aller mendier chez les voisins à des milliers de kilomètres..

Sous d’autres cieux, les messages envers les jeunes dressent plutôt les bilans des réalisations en leur faveur. Chez nous, nous en sommes encore à l’étape des promesses

Alors que les jeunes agacés par des discours à même consonance, vaquent à ses occupations sans se mobiliser derrière autre chose que la recherche de leur pitance pour survivre au jour le jour, le chef d'Etat camerounais affirme ceci « Près de 4000 projets ont été élaborés dans l’agriculture, l’industrie, l’économie numérique et l’innovation. Des financements adéquats sont également prévus. » Que de promesses. L’on s’attendait à ce qu’il parle des réalisations en direction des jeunes et non des promesses

A 86 ans, le Président Paul Biya semble prendre conscience des manquements de sa gouvernance et voudrait voir les choses évoluer autrement. D'où cet aveu " Il vous faudra aussi ne pas céder au désœuvrement qui peut conduire à de mauvais comportements, tels que la délinquance, la consommation abusive d’alcool et de drogues. Comment condamner la consommation abusive d'alcool quand les debits de boissons florissent devant les établissements scolaires et des campus d'universités ?

Le gouvernement devra prendre des mesures urgentes pour mener un combat sans merci contre ces fléaux qui minent notre jeunesse et qui, à terme, menacent l’avenir de notre pays " En dépit des difficultés, vous devez garder foi en l’avenir." Aucun Camerounais n'ose et ne voudrait le penser, chacun appelant de tous ses vœux que les choses changent, positivement bien sûr.

Au sujet des libertés fondamentales, le Président parle de « faire de la politique. [..], celle-ci se rapporte à la gestion de la société. En votant, en se présentant à une élection. De quelle élection parlons nous au Cameroun où celui qui l’organise ne la perd jamais ?
Sauf qu’il ne dénonce pas la torture et les sévices corporels que ses soldats infligent à ceux qui manifestent dans la rue pour réclamer leurs droits. Lui-même étant parmi les bourreaux.

Le speech de Paul Biya du 10 février, apparaît comme un autre discours de trop : il y a consacré la fin aux bienfaits de l'agriculture, de la nouvelle industrialisation et aussi de l'économie numérique qu’il a lui-même contribué à détruire à travers des projets divers initiés qui n’ont profité qu’à ceux qui les ont gérés

Ce registre de l’implication des jeunes à l'édification du Cameroun est un tournant incisif pour ne pas dire décisif de sa pensée politique, de sa manière de s’adresser au peuple, du moins à ceux qui l'écoutent. Ce qui nous amènent à nous interroger au finish sur les destinataires de ce message. C'est depuis 53 ans que l'on célèbre la jeunesse au Cameroun.

Au sujet de la diaspora et de la politique d’émigration, Paul Biya fait de la navigation à vue. En clair, au lieu de planifier la politique migratoire, il se contente de l’attente des informations sur un éventuel Camerounais qui aurait réussi à l’étranger par ses propres moyens pour le citer comme étant un exemple de réussite des jeunes.

Que valent ces leçons de morales face à des jeunes dont le plus grand nombre au Cameroun vivent dans la précarité et ont faim au quotidien ?

A l’écouter en profondeur avec les différentes réalisations évoquées, on comprend dès lors que ses acquis ne profitent qu’aux vieux, c’est-à-dire à lui-même et son équipe au pouvoir depuis des décennies.

Au finish, on peut dire que Paul Biya a encore fait des malheureux dans son discours , puisqu’il n’a rien apporté de concret aux jeunes qui ont soif d’une société meilleure où il fait bon vivre, où les valeurs humaines sont cardinales, où les libertés fondamentales sont la clé de voûte d’un changement meilleur.

10févr.
Lire aussi dans la rubrique POLITIQUE

canal de vie

Vidéo