Camer.be
CAMEROUN :: Gouvernement du 04 janvier : Premier conseil ministériel sur un air de réchauffé :: CAMEROON
CAMEROUN :: POLITIQUE
  • Mutations : Jean De Dieu Bidias
  • jeudi 17 janvier 2019 11:05:00
  • 1429

CAMEROUN :: Gouvernement du 04 janvier : Premier conseil ministériel sur un air de réchauffé :: CAMEROON

Le président de la République a annoncé la tenue des régionales cette année dans un monologue d’une dizaine de minutes devant ses ministres, hier à Yaoundé.

11 jours après le réaménagement gouvernemental du 04 janvier dernier, le président de la République a rencontré hier mercredi à Yaoundé, l’ensemble du gouvernement Dion Ngute. Pour ce premier conseil ministériel de l’année et même du septennat 2018-2025 placé sous le signe des « grandes opportunités », une dizaine de minutes aura suffi à Paul Biya pour donner des « orientations » à son assemblée de ministres.

« Le chef de l’Etat a demandé la solidarité gouvernementale, il a demandé l’ardeur au travail, il nous a dit qu’il nous fait confiance pour exécuter [son projet de société, Ndlr]. C’est ce que je retiens et c’est ce que je vais appliquer. Nous allons le faire d’abord en appliquant ce qu’il nous demande, sa feuille de route. Il y a un budget, un programme économique cette année, nous allons l’appliquer à la lettre. Et je crois que c’est en le faisant que nous aurons un septennat extrêmement important. Vous savez, le peuple camerounais vient de renouveler sa confiance au chef de l’Etat. Ceci nous interpelle. Nous sommes donc très conscients de cela, et nous allons tout faire pour donner non seulement satisfaction au chef de l’Etat, mais au peuple camerounais. Il y a des priorités sur le plan économique, mais d’abord, il y a des priorités sur le plan sécuritaire, sur le plan de la paix, sur le plan des jeunes », a résumé le Premier ministre au sortir du palais de l’Unité.

Contraintes sécuritaires

Le scénario est resté le même, preuve qu’il résiste aux urgences : le chef de l’Etat prend une dizaine de minutes pour délivrer sa communication spéciale – seul point inscrit à l’ordre du jour –, puis il prend congé de ses « hôtes ». Les séances de travail entre Paul Biya et le gouvernement se suivent et se ressemblent, et une telle monotonie y compris à une période charnière où le bateau Cameroun semble faire eau de toutes parts, renforce l’impression que les conseils de ministres chez Paul Biya ne relèvent que d’une formalité. Or, dans un pays comme la France où c’est un organe établi par la Constitution, le conseil de ministres se tient tous les mercredis.

C’est à cette occasion que l’on discute et adopte un certain nombre d’actes de l’exécutif, notamment les projets de lois, les nominations à certains postes de responsabilités dans la fonction publique et dans l’armée, etc. En Afrique, au Sénégal, en Côte d’Ivoire et même au Gabon sous Ali Bongo Ondimba, c’est également un rendez-vous hebdomadaire au cours duquel l’exécutif discute d’un certain nombre de questions qui engagent la marche de la nation. Au Cameroun, Paul Biya n’aura rencontré qu’une seule fois le gouvernement Yang IV (02 octobre 2015-02 mars 2018). Du reste, on retient de la rencontre d’hier que le chef de l’Etat a demandé au gouvernement de préparer les prochaines élections législatives, municipales et régionales, d’accélérer le processus de décentralisation.

Toujours au plan politique, outre la promesse d’intensifier la lutte contre la corruption, Paul Biya instruit le gouvernement d’accélérer le processus de décentralisation. Au plan économique, comme depuis plusieurs années, les priorités portent, en dehors de la poursuite de la mise en œuvre du Programme économique et financier conclut en 2017 avec le Fonds monétaire international (Fmi), sur la poursuite des grands projets, le développement de l’économie numérique, de l’industrialisation, et de l’agriculture de seconde génération, la relance de la croissance et la création d’emplois. La priorité des priorités reste la maîtrise des contraintes sécuritaires à l'intérieur du pays comme aux frontières.

17janv.
Lire aussi dans la rubrique POLITIQUE
Vidéo