CAMEROUN :: Gouvernement : Les nouveaux cumulards de la République :: CAMEROON
CAMEROUN :: Gouvernement : Les nouveaux cumulards de la République :: CAMEROON
 
CAMEROUN :: POLITIQUE
  • Mutations : Jean De Dieu Bidias
  • lundi 14 janvier 2019 00:30:00
  • 2852

CAMEROUN :: Gouvernement : Les nouveaux cumulards de la République :: CAMEROON

Talba Malla appelé par Ferdinand Ngoh Ngoh à prendre des dispositions pour la continuité du fonctionnement de la Sonara, tandis que Njoya Zakariaou garde son poste de préfet du Mayo-Louti.

Ibrahim Talba Malla est décidément l’homme des cumuls. Après avoir expérimenté la gestion concomitante de la Société nationale de raffinage (Sonara) et la Caisse de stabilisation des prix des hydrocarbures (Csph) entre le 13 février 2013, date de sa nomination à la tête de la première entreprise et le 03 mai de la même année, le directeur général de la Sonara va rééditer cet exploit en cumulant cette fonction avec celle de ministre délégué à la présidence de la République chargé des Marchés publics.

Par correspondance datée du 09 janvier dernier, le ministre d’Etat, secrétaire général de la présidence de la République (Sg/Pr), Ferdinand Ngoh Ngoh, saisit, « sur très hautes instructions de monsieur le président de la République », celui qui est membre du gouvernement depuis le 04 janvier dernier, de prendre « à titre exceptionnel », et jusqu’à la nomination d’un nouveau Dg à la Sonara, « les dispositions essentielles nécessaires à la continuité du fonctionnement de cette société ». En temps normal, « quand on demande au ministre de prendre toutes les dispositions, cela voudrait dire qu’il doit par exemple désigner quelqu'un d'autre. On ne lui demande pas d'être présent partout à la fois. Il doit prendre toutes les dispositions nécessaires pour qu'il n'y ait pas de dysfonctionnement.

En pareille circonstance, c'est-à-dire, quand le directeur général est indisponible, le conseil d'administration doit se réunir pour désigner quelqu'un », explique Viviane Ondoua Biwolé, enseignante de management. L'info claire et nette. Les explications de l’universitaire se fondent sur le chapitre dédié aux incompatibilités et restrictions de la loi n°2017/011 du 12 juillet 2017 portant statut général des établissements publics. Laquelle loi risque de ne pas être appliquée dans le cas d’espèce puisque, même si Ibrahim Talba Malla délègue provisoirement ses pouvoirs, celui qui les recevra ne sera chargé que de la gestion des dossiers courants.

Or, le Cameroun disposant d’un énorme potentiel en termes de ressources humaines, avoir un seul homme qui gère en même temps deux secteurs aussi stratégiques que les produits pétroliers et les marchés publics, ça crée forcément des frustrations. On se rappelle le cas Paul Elung Che qui, bien que nommé ministre délégué auprès du ministre des Finances le 02 octobre 2013, a dû cumuler jusqu’au 11 décembre 2017 cette fonction avec celle de directeur général de la Csph, alors qu’Emmanuel Alam y occupait le poste de directeur adjoint (Dga). Au sein du gouvernement du 04 janvier dernier, Njoya Zakariaou, ministre délégué auprès du ministre des Transports, est toujours préfet du Mayo-Louti, dans la région du Nord.

Nommé ministre-directeur du cabinet civil de la présidence de la République, Samuel Mvondo Ayolo reste officiellement ambassadeur du Cameroun en France. Le cas de cumul le plus emblématique est de toute évidence celui du délégué général à la Sûreté national (Dgsn), Martin Mbarga Nguélé : il est en même temps patron de la police et ambassadeur du Cameroun en Espagne depuis 2011.

Entré au gouvernement comme ministre de l’Eau et de l’Energie le 02 mars 2018, Gaston Eloundou Essomba a assuré concomitamment cette fonction avec celle de Dg de la Société camerounaise des dépôts pétroliers (Scdp) jusqu’au 14 décembre dernier. Plus loin, entre mars et novembre 2012, Bernard Okalia Bilaï a été en même temps gouverneur de la région du Sud-Ouest et préfet du Wouri (Littoral).

14janv.
Lire aussi dans la rubrique POLITIQUE

canal de vie

Vidéo