Camer.be
Cameroun, Vient de paraître, Enoh Meyomesse: L’APRES SE DESSINE-T-IL ? :: CAMEROON
CAMEROUN :: LIVRES
  • Avec l'éditeur : La rédaction
  • jeudi 10 janvier 2019 14:17:00
  • 11011

Cameroun, Vient de paraître, Enoh Meyomesse: L’APRES SE DESSINE-T-IL ? :: CAMEROON

La désignation de Joseph Dion Ngute au poste de Premier ministre du Cameroun, au-delà de constituer le fait majeur du remaniement ministériel du 4 janvier 2019, vient indirectement relancer le débat de la succession au pouvoir, à un moment où la population s’y attendait le moins.

En effet, il est jeune de 20 ans de moins que le Président de la République, nettement plus que ce dernier ne l’était lui-même par rapport au Président Ahidjo ― neuf années les séparaient ― il est bien formé intellectuellement, et son nom n’est guère connu dans quelque scandale financier que ce soit, en dépit des grands postes administratifs qu’il a occupés au sein de la République. Enfin, tout porte à croire qu’il est en mesure d’effectuer une bonne synthèse entre les legs culturels coloniaux des deux rives du Mungo, aujourd’hui devenus antagoniques par le fait de démagogues. On ne lui connaît pas d’extravagance vestimentaire destinée à se réclamer d’une culture locale quelconque, ou de prises de positions clivante sur le débat politique enfiévré de l’heure. Pour tout dire, c’est un personnage plutôt accommodant pour l’ensemble des Camerounais.
Tout ceci rappelle très fortement la posture du Président de la République au moment où il fut, en son temps, désigné Premier ministre du Cameroun. On a vu ce qu’il est devenu par la suite ……………………..

Chapitre III :

Joseph Dion Ngute : un homme qui pourrait rassurer les clans au pouvoir, puis les Camerounais.

Depuis déjà trois scrutins présidentiels, l’opposition camerounaise, toutes tendances confondues, s’est stabilisée autour de 30% des voix . (Les milieux de l’opposition contestent ce score au motif qu’il serait dû à la fraude. A supposer que cela soit vérifié, quelle assurance ont-t-ils pour estimer que ce phénomène ne se produira pas de nouveau lors du vote du successeur de Paul Biya ?) Comment penser qu’elle puisse, dans ces conditions, jouer un rôle déterminant lors du choix du troisième Président de la République ?
D’un autre côté, la relation France/Cameroun s’est considérablement libéralisée. Paris n’a plus la même ascendance sur Yaoundé que sous François Mitterrand qui avait réalisé finalement le remplacement du Président Ahidjo, en continuité du processus enclenché par Valéry Giscard-d’Estaing pendant son règne. Actuellement, Paris ne dicte plus aux capitales africaines ce qu’elles doivent faire. Cette époque est révolue. Sassou Nguesso, Idriss Déby, et bien entendu Paul Biya, l’envoient balader quand le cœur leur en dit. La dernière illustration de cette situation nouvelle s’est produite tout récemment dans la capitale tchadienne avec la question de la dévaluation du franc CFA.
………..

Le pouvoir de décision au niveau de la désignation du Président de la République reposant désormais essentiellement entre les mains des Camerounais, tout porte à croire, en l’état actuel de l’opposition en termes d’audience, que la succession se produira toutefois uniquement dans le cercle restreint des hommes du sérail, et non en dehors de celui-ci. Il risque de ne pas avoir de place pour quelque outsider que ce soit. (…)
……………….

Normalement, le Président National du RDPC est son candidat d’office à l’élection présidentielle. Le terme utilisé par les propagandistes de ce parti est « candidat naturel ».Une fois Paul Biya retiré de la vie politique, une bataille titanesque se livrera par conséquent pour la conquête de ce poste décisif.
Quelles seront les forces en présence ? Formulée différemment, cette question devient : quels seront les clans engagés dans la guerre, le RDPC étant avant tout un parti national aux adhésions tribales ?
……………

Le sous-clan bulu, ntumu, fong, fang, mvaé, okak.
Il est éliminé d’office, bien avant même l’ouverture des hostilités. Ses animateurs actuels, s’ils ne le comprennent pas spontanément, c’est qu’ils sont d’une bêtise à couper au couteau. La totalité de l’establishment du RDPC se dressera contre eux. C’est à peine s’ils ne seront même pas physiquement agressés. En conséquence, monsieur le « dauphin » jadis tout-puissant ministre de la défense, ou le livreur d’ordinateurs surfacturés et de mauvaise qualité aux étudiants et en plus estampillés « PB », ou encore le grand financier, aux grandes phrases redondantes, out ! Si d’aventure ces personnages se hasardent à vouloir jouer les téméraires, les Don Qui Chotte, ils seront jetés sans ménagement en prison, leur gestion des deniers publics n’étant pas sans reproches … Le bon sens commande en vérité qu’ils rasent les murs, une fois Paul Biya parti, et qu’ils se fondent simplement dans le sous-clan éwondo et éton, qui leur est le plus proche ethniquement, même s’ils n’y seront pas les bienvenus. Qui les aime ? Déjà dans leur sud natal ils sont détestés, honnis par la population. En tout cas, leur arrogance prendra fin avec le départ de Paul Biya.

…………………

Introduction

Chapitre I
Ahmadou Ahidjo : un homme choisi par Paris.
A – Le coup d’Etat de Jean Ramadier en 1958.
B – Les confidences d’Assale Charles, ex-Premier ministre.

Chapitre II
Paul Biya : l’homme qui rassurait Paris.
A – La désignation de Paul Biya comme dauphin.
B – Les coulisses du dauphinat.

Chapitre III
Joseph Dion Ngute : un homme
qui pourrait rassurer les clans au pouvoir puis les Camerounais.
A – RDPC : une fois de plus maître du jeu.
B – Joseph Dion Ngute : très probable vainqueur de l’investiture du RDPC après Paul Biya.

1/- Le clan Fang-Beti et associés.
Le sous-clan bulu, ntumu, fong, fang, mvaé, okak.
Le sous-clan éwondo, éton, manguissa, mvele, mbidambane.
Le clan maka, baya, pol, bobilis, badjoué, kaka, etc.
Le clan « mbamois » : Bafia, Bané, Banen, Boundjou,
Dzimou, Yambassa, Nyokon.

2/- Le clan bassaa.
3/- Le clan sawa.
4/- Le clan « grass field ».
5/- La clan bamoun.
6/- Le clan fulbé.
7/- Le clan « kirdi ».
8/- Le clan « anglophone ».

Pour acquérir le livre : taper www.amazon.de ou autre puis le titre ou Enoh Meyomesse, prix : 7 euros

10janv.
Lire aussi dans la rubrique LIVRES

canal de vie

Vidéo