Camer.be
RD CONGO :: Congo RDC: Félix Tshisekedi annoncé vainqueur de la présidentielle :: CONGO DEMOCRATIC
RD CONGO :: POLITIQUE
  • Le Soir : Hubert Leclercq
  • jeudi 10 janvier 2019 07:56:00
  • 1613

RD CONGO :: Congo RDC: Félix Tshisekedi annoncé vainqueur de la présidentielle :: CONGO DEMOCRATIC

La nuit était tombée depuis de longues heures déjà sur Kinshasa quand Corneille Nangaa, le président de la Commission électorale nationale indépendante s’est enfin présenté devant les médias. Le bureau de la Ceni est pourtant encore parvenu à retarder l’annonce du lauréat de la présidentielle en République démocratique du Congo de deux longues heures. En effet, les rapporteurs se sont succédés au micro pour annoncer le verdict de l’élection provinciale initialement prévue dans dix jours.
Une longue litanie qui a enfin débouché sur l’annonce des résultats de la présidentielle sur le coup de 3 heures du matin, heure belge.

Selon cette annonce provisoire, Félix Tshisekedi, le président de l’UDPS, est le nouveau président de la République démocratique du Congo avec 7051013 voix (38,57%), devant Martin Fayulu (6366732 voix) et Emmanuel Shadary (4357359 voix).

Félix Tshisekedi, la revanche de l’UDPS

Par ce sacre annoncé, Félix Tshisekedi fait mieux que son père, l’opposant Etienne Tshisekedi, battu en 2011, selon les chiffres de la même institution, par Joseph Kabila. Le président sortant s’offrait ainsi un second mandat de cinq ans à la tête de la République démocratique du Congo (il devrait finalement quitter le pouvoir dans une dizaine de jours !). A l’époque, Etienne Tshisekedi avait refusé de reconnaître sa défaite et avait décidé de s’isoler dans sa demeure de la 10e rue de Limete, un des quartiers de Kinshasa. C’est d'ailleurs dans cette demeure familiale que Félix Tshisekedi avait décidé d’attendre l’annonce du résultat ce mercredi soir.

Bien avant cette annonce, un cordon de la garde républicaine s’était installé tout autour de la villa; laissant peu de doute sur l’issue de la soirée. Les sympathisants de l’UDPS ne s’y sont pas trompés, eux qui sont arrivés pour faire la fête aux abords de la villa.

Un tandem Tshisekedi - Kamerhe

Pour parvenir à cette soirée, l’UDPS a dû s’allier pour cette campagne à l’UNC de Vital Kamerhe. Les deux hommes étaient encore parmi les sept leaders de l’opposition qui ont désigné, le 11 novembre dernier à Genève, Martin Fayulu comme candidat commun de l’opposition. Un engagement qui aura duré moins de 24 heures pour les deux hommes. En effet, le dimanche 11 novembre au soir, sous l’égide du patron de la Fondation Koffi Annan, Alan Doss, Félix Tshisekedi et Vital Kamerhe, flanqués de cinq autres opposants (Moïse Katumbi, Jean-Pierre Bemba, Freddy Matungulu, Adolphe Muzito et Martin Fayulu) annonçaient être parvenus à un accord sur une candidature unique de l’opposition réclamée à cor et à cri par le peuple congolais las des divergences et des marchandages de la classe politique.

L’heureux élu s’appelle Martin Fayulu, président d’un petit parti politique (Ecidé), élu de Kinshasa, orignaire du Bandundu et adversaire politique de la première heure de Joseph Kabila. L’homme a été de toutes les manifestations contre le régime. Il n’a pas échappé ni aux coups, ni aux tirs de balles en caoutchouc lors de ces mouvements de contestation.

Interrogé sur le soutien qu’il apportera à ce candidat, Félix Tshisekedi affirme devant les caméras des télévisions déployées à Genève qu’il est bien décidé à imposer son choix à la base de son parti. L’UDPS, par la voix de son secrétaire général Jean-Marc kabund avait pourtant plusieurs fois répété que le parti présenterait un candidat à la présidence sous sa bannière lors de ce scrutin.

Le 12 novembre, sur le coup de 18h, une interview enregistrée quelques minutes auparavant est diffusée sur la Radio TopCongo en RDC. Dans cet entretien, filmé par ailleurs par un smartphone, on découvre un Félix Tshisekedi, cherchant quelque peu ses mots. Il vient d’entreprendre un demi-tour à 180 degrés. Il annonce en effet qu’il reprend sa signature et sa parole. La base de son parti ne le suit pas dans son "parrainage" de Martin Fayulu. Il préfère donc se dédire pour sauver politiquement sa peau.

Une heure plus tard, sur les mêmes ondes, c’est Vital Kamerhe qui intervient. Pratiquement les mêmes mots pour une décision similaire. Il reprend sa signature.

Dès cet instant, le bloc des sept leaders de l’opposition est mal en point. Mais les cinq autres ne cèdent pas à la panique et maintiennent, eux, leur engagement et lancent la plateforme politique Lamuka (réveille-toi). Tshisekedi et Kamerhe, qui ne disposent ni des fonds de Lamuka, ni des moyens du camp présidentiel parviendront à trouver les ressources pour monter leur tandem Cach (Cap pour le changement). Ensemble, ils battront campagne sous la bannière de l’opposition mais sans connaître les entraves que devra subir tout au long de sa campagne le candidat Fayulu...

10janv.
Lire aussi dans la rubrique POLITIQUE
Vidéo