Camer.be
Cameroun - Nouvel An 2019: Message  du Pr. Milla Assouté :: CAMEROON
CAMEROUN :: POLITIQUE
  • camer.be : Pr. Milla Assouté
  • mardi 01 janvier 2019 13:56:00
  • 1199

Cameroun - Nouvel An 2019: Message du Pr. Milla Assouté :: CAMEROON

Mes chers compatriotes,Je me permets de vous adresser mes vœux les plus chaleureux parmi ceux que vous recevrez pour entrer dans l'année 2019. Regardons bien sûr notre passé, mais concentrons nous sur notre avenir maintenant.Il n'est pas excessif pour ce qui relève du passé, de dire ici que l'année 2018 qui s'achève laisse le Cameroun dans de nombreuses douleurs familiales personnelles et collectives, qu'il serait fastidieux d'énumérer... Je sais aussi le niveau de désespoir qui est celui d'une immense majorité de Camerounais, notamment des jeunes désœuvrés, ne pouvant pas s'assurer, ni un repas par jour, ni une perspective certaine de vie sereine...Nos prières et notre plus haute reconnaissance accompagnent dans le même ordre d'idée, les âmes qui se sont sacrifiées pour notre nation ou celles qui ont été fauchées par les affres de la guerre au cours des années successives.L’armée camerounaise que je salue, s'acquitte avec courage des missions Constitutionnelles qui lui sont assignées, pour préserver les vies et la désintégration du pays. Je rends un vibrant hommage à leurs sacrifices et à leur dévouement à la cause de l'unité nationale et de la défense de l'intégrité physique de nos frontières.Je suis tout aussi traversé par les déchirements de cœurs que subissent les populations civiles prises dans les feux de belligérance sécessionniste et de la défense du territoire et des vies à protéger. C est un dilemme... Notre souhait est de voir les sécessionnistes abandonner ouvertement le projet de partition du Cameroun. Une approche plus consensuelle des objectifs de développement n'est pas insurmontable ensemble.Cette désolation créée au Nord-Ouest et Sud- Ouest dans une aventure sécessionniste est totalement hors du temps. Il s'agit aussi de déplorer très profondément les insoutenables épreuves qu’endurent les familles civiles et militaires dans l'extrême Nord du pays face aux assauts de Boko Haram depuis plusieurs années...Les coûts en vies humaines et en ressources financières de ces épreuves devraient infléchir peut-être davantage le durcissement des postures dans des conflits qui opposent l'armée à des compatriotes désemparés qui suivent sous influence dogmatique des entrepreneurs d'un sécessionnisme populiste...Ma conviction reste fortement assise que le Cameroun sortira plus solide de ses épreuves.L'Unité nationale est un legs de notre patrie que chacun de nos concitoyens devrait situer au-dessus des considérations partisanes et de nos appétits groupusculaires de clans politiques ou linguistiques d’exercice du pouvoir.Tous les désaccords y compris les projets de renversement d'un régime politique peuvent se résoudre au sein de notre nation sans nourrir les excès insensés d’aliéner nos frontières.Je ne vais pas redire ce que chacun de nous sait sur les ravages de la corruption et des détournements de fonds publics. Ils minent le développement commun au profit des intérêts individuels égoïstes qui se sont emparés de bien de nos concitoyens en charge des affaires publiques.La lutte contre ce fléau tel qu’elle est conduite depuis 2007, ne semble pas décourager leurs entrepreneurs. Ces derniers ne sont pas moins dangereux pour la paix commune que ceux qui portent atteinte à l'intégrité physique des frontières de notre pays.Le retrait de la CAN au Cameroun en 2019, est l'une des dernières conséquences de la vénalité du grand corps de l'Etat ayant entrainé un sentiment de frustration parmi les plus humiliants qui peuvent s'abattre sur un pays jadis respecté dans le monde.Notre pays regorge pourtant des talents énormes dans divers domaines qui auraient donné fière allure à notre ambition d'organiser cet évènement sportif africain...Je voudrais donc faire ici, devant ce constat, l'économie des critiques des lieux communs devenues courantes et sans effets, bien qu'elles soient fondées assez souvent, et malgré les excès langagières qui les expriment. Je choisis sans nier leur pertinence de scruter l'avenir dans un horizon de court terme...Quel Cameroun aurons-nous d'ici le terme des 7 prochaines années, suis-je tenter de me projeter ...Notre avenir national est plus grand que nos égoïsmes personnels. Il est aussi plus grand qu'un régime politique dont la durée s'inscrit essentiellement dans le temps...Peut-on survivre en tant que nation entre des mains corrompues dont la gloutonnerie et la boulimie financières n'auront de satisfaction que lorsqu’il n'y aura plus rien à détourner?A cette question seuls la raison et le courage d'Etat devront y répondre.Notre pays peut-il soutenir des tensions sécuritaires durables et envisager son développement sans la cohésion et la concorde nationales?Le sujet n'est pas sans intérêt majeur du Cameroun.Le septennat qui s'ouvre donc sera un des plus historiques de notre nation. C´est le septennat du bout du tunnel du bilan final de l'action du " renouveau" depuis 1982. J'en suis profondément convaincu.Même si personne ne le dit, ne l'avoue, il s'agit de son dernier déploiement politique tant sur le terrain du développement que celui de la sécurité nationale.Il nous faut dans ces conditions organiser l'avenir proche dans une dynamique de synthèse entre les ombres et les lumières de notre vivre ensemble...Notre pays qu'on se le dise ou non entre en 2019, dans une phase de transition politique inavouée qui appelle de la part du président de la république une sagesse ultime de synthèse. Si nous n'avons pas voulu prendre part à la dernière supercherie électorale du 07 octobre 2018, c´est aussi parce que nous avons intégré deux choses que cette adresse me donne l'occasion de partager.1- l'élection n'en déplaise, structurellement, ne pouvait être gagnée par personne d'autre que par M. Paul BIYA et la machine étatique.2- le régime a atteint son ultime seuil de la boulimie de sa propre reproduction avec son candidat naturel...Ces deux considérations ouvrent au Cameroun un boulevard nouveau d'espoirs nouveaux et d'un autre type d'espérance politique.À une échéance qui ne saurait glisser, le régime en place devra faire face à des contingences et des épreuves de renouvellement de la classe politique nationale et de celui de l'exercice du pouvoir d État. Le pays dans cet intervalle n'échappera plus à cet exercice. Il faut souhaiter dans cette perspective prochaine, la suite produise des hommes et des femmes de qualité au-dessus de tout soupçon ayant pour seul dessein prioritaire l'intérêt général dans la conduite des affaires publiques. S'il y a un enjeu d'avenir pour notre pays, c´est bien celui là...Je formule donc ici dans cette perspective, à l'attention de tous mes compatriotes, des vœux de saison, pour que notre pays retrouve des raisons d'espérer et de vivre dans un autre Cameroun où chacun peut réussir sa vie au sens où il l'entend...Nous comptons bien à cette fin, jouer notre partition, toute notre partition, dans le cadre de l'instauration d'une société éthique, d'une société de respect, d'une société de travail et de travail bien fait, d'une société de transformations sociales sans concessions qui redonne confiance et fierté à nos concitoyens.Le Cameroun est un grand pays. Il se relèvera de cet épisode historique. Son Peuple est dynamique et rempli de promesses. Il restera à le redéployer sur le terrain du travail et des créations des richesses à valeurs ajoutées sur son territoire et à conquérir, tel un dragon, les espaces d'opportunités variées du marché international.Ce Cameroun là, nous tend les bras en ce début d'année 2019.Puisse-t-il alors voir le jour pour le grand bonheur attendu de ses enfants ? Nous en avons un espoir vivace.Passez de très joyeuses fêtes et je vous dis à bientôt.Vive l'unité nationale,Vive le Cameroun Bonne et Heureuse année 2019 à tous !

01janv.
Lire aussi dans la rubrique POLITIQUE
Vidéo