Camer.be
Cameroun: Quand un débit de boisson se transforme en un Point d'achèvement :: CAMEROON
CAMEROUN :: SOCIETE
  • Camer.be : Yolande Tankeu
  • dimanche 30 décembre 2018 21:30:00
  • 7324

Cameroun: Quand un débit de boisson se transforme en un Point d'achèvement :: CAMEROON

Nous sommes le samedi 29 décembre 2018 à Yaoundé la capitale politique du Cameroun. Il est précisément 14 heures, l'heure à laquelle nous nous trouvons sur la route poussièreuse qui mène au lycée de Mimboman. Nous pouvons lire sur le frontal d'un débit de boisson "Le point d'Achèvement" Original dira-t-on. Que cache ce nom ? Qu'est ce qui se passe réellement là bas ? Notre reporter s'y est rendu et reconstitue ici le film d'un fait de société corollaire d'une situation sociale à l'image du Cameroun : Arrêts sur images...

Ce samedi, la chaleur caniculaire est à son comble sous un air agressif. Dans nos oreilles une musique tonitruante diffusée par des hauts parleurs agresse les tympans des passants. Dans une salle pleine de monde non climatisée, des clients en état d'ébriété avancé esquissent des pas de danse. Plusieurs personnes, hommes femmes et enfants s'arrêtent un instant et continuent leur chemin sous le regard étonné des curieux qui se demandent d’où ils tirent de telles ressources pour ainsi braver la canicule et les bruits distillés par les baffles du snack.

Dans le coin, ce débit de boisson est connu d'être le plus fréquenté par les habitants environnants. Le promoteur de cet établissement a décidé de donner un nom de baptême assez particulier à son snack bar : " Point d'achèvement ".

Selon Monsieur Djapa Calvin, promoteur de ce débit de boisson que nous avons rencontré, il a hésité entre plusieurs noms qui lui étaient proposés par ses proches. Il a pensé au point d'achèvement parce que les Camerounais souffrent et que l'heure de l'achèvement de cette souffrance devra sonner.

L'établissement de M. Calvin Djapa ne désemplit guère. A toutes les heures, tous les jours, plusieurs personnes, des habitués du coin se dirigent inéluctablement au Point d'Achèvement. " Les gens ont trop de problèmes dans ce pays; il faut un coin qui leur permette tous les jours d'achever leurs problèmes et de s'achever eux-mêmes dans un verre de bière " affirme Mebara un client du snack.

Selon un confrère de la place, l'idée d'aller au Point d'Achèvement s'achever, constitue la raison principale qui pousse les usagers à s'aligner pour l'achat d'une bouteille de bière.

Lorsque c'est très difficile d'acheter une seule bouteille pour cause d'affluence, on prend plusieurs à la fois quand on se retrouve face au barman, histoire de ne pas faire la file et de se noyer d'un coup pour ne revenir que le lendemain.

Au point d’achèvement, il existe un gouvernement fictif dont le chef de file est censé être celui qui est habitué à boire sans se fatiguer, assisté des ministres, tous étant des clients réguliers du coin. "Ici, on pense à l'achèvement de nos soucis ", déclare un client surnommé INONI par ses acolytes, trempé d'alcool. Les jours se suivent et se ressemblent au " point d'achèvement bar.

Monsieur Djapa, le propriétaire de ce snack entend agrandir son commerce et avoir des filiales à Douala, Bafoussam dans le souci de permettre à sa clientèle sans cesse croissante, de pouvoir " s'achever " dans de bonnes conditions. Ainsi va la vie des Camerounais...

30déc.
Lire aussi dans la rubrique SOCIETE
Vidéo