Camer.be
RD CONGO :: Felix Tshisekedi: l'homme qui essaie de surpasser son père pour diriger la RDC :: CONGO DEMOCRATIC
RD CONGO :: POLITIQUE
  • BBC Afrique : Avec
  • lundi 17 décembre 2018 16:37:00
  • 755

RD CONGO :: Felix Tshisekedi: l'homme qui essaie de surpasser son père pour diriger la RDC :: CONGO DEMOCRATIC

Felix Tshisekedi Tshilombo est l'un des principaux candidats de l'opposition à l'élection présidentielle de dimanche en République démocratique du Congo, mais Louise Dewast se demande s'il peut échapper à l'ombre de son père.

Cet homme de 55 ans, père de cinq enfants, est surtout connu pour être le fils du regretté chef de l'opposition Etienne Tshisekedi, mais il insiste sur le fait qu'il ne cherche pas à rivaliser avec l'aura de son père.

Le père de Felix Tshisekedi, fondateur de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) en 1982, était un rival redouté du dictateur Mobutu Sese Seko, mort quelques mois après son éviction en 1997, puis des présidents Laurent et Joseph Kabila.

Sous sa direction, l'UDPS est devenu le plus grand parti d'opposition du pays, mais il n'a jamais réussi à conquérir le pouvoir.

Sa contestation judiciaire des résultats officiels de l'élection présidentielle de 2011 a échoué. Il avait eu 32 % des voix contre 49 % pour Joseph Kabila.

Le chef chevronné de l'opposition est décédé en 2017, ce qui laissait planer des questions sur sa succession.

"Pas de laissez-passer"

Son ancien chef d'état-major Albert Moleka a déclaré à la BBC que son fils n'était pas forcément le choix évident : "Etienne Tshisekedi s'est montré très sceptique vis-à-vis des capacités de son fils. Il était très exigeant envers son fils".

"C'était quelqu'un qui s'est battu pour le peuple et il n'allait pas donner un laissez-passer à son fils."

M. Moleka a déclaré que c'est la mère du candidat à la présidence, Marthe Kasalu, qui a fait pression pour que le fils devienne le leader.

En mars de cette année, il a été élu à la tête du parti et est devenu son candidat de facto pour les élections présidentielles.

Mais M. Tshisekedi ne s'est pas contenté de tirer profit de son nom.

Il a été plongé dans la politique dès son plus jeune âge, et l'homme qui souhaite être président a dû se frayer un chemin à travers le parti.

Il a également dû subir les conséquences de l'activisme politique de son père.

Lors de la création de l'UDPS, la famille Tshisekedi a été contrainte de s'exiler dans sa ville natale, dans la province centrale du Kasaï.

Ils y restèrent jusqu'en 1985, date à laquelle le Président Mobutu autorisa la mère et les enfants à partir.

Né à Kinshasa le 13 juin 1963
Surnommé Fatshi, abréviation de ses trois noms Felix Antoine Tshilombo
Son père a fondé le parti d'opposition UDPS en 1982
Il est parti pour la Belgique en 1985
Il a étudié l'économie et le marketing
Devenu leader de l'UDPS en mars 2018
Veut faire de la lutte contre la pauvreté sa priorité
Felix Tshisekedi s'est ensuite rendu dans la capitale belge, Bruxelles.

Après y avoir terminé ses études, il s'est mis à la politique, passant par le parti de son père pour devenir secrétaire national aux affaires extérieures de l'UDPS, basé à Bruxelles.

"Il s'est fait de puissants amis et alliés au sein de la diaspora, mais il était parfois négligé, ce qui n'était pas facile pour lui ", a déclaré M. Moleka.

"Felix a toujours fait preuve de beaucoup de bonne volonté. Il est courageux, mais son problème, c'est qu'il doit trouver son but ultime."

"Perpétuer le rêve du père"

Pour l'instant, Félix Tshisekedi tente de représenter le changement pour la RDC, qui n'a pas connu de transition pacifique du pouvoir depuis son indépendance en 1960.

"Je n'ai aucune ambition de rivaliser avec mon père. C'est mon maître, et vous ne rivalisez pas avec lui," dit Felix Tshiskedi.

"Mais je vais faire de mon mieux pour perpétuer son rêve, son rêve d'un pays de droit, d'un Congo meilleur, où nos fils et nos filles peuvent s'épanouir, c'est ce que je cherche."

S'il est élu dimanche, M. Tshisekedi a déclaré qu'il ferait de la lutte contre la pauvreté une "grande cause nationale".

Il vise, par exemple, à augmenter le revenu moyen par personne à 11,75 $ par jour, comparativement à 1,25 $ aujourd'hui.

"C'est vraiment le minimum que nous pouvons faire, je pense, et le minimum que les gens attendent de nous ", a déclaré le candidat à la BBC lors d'une interview dans la capitale, Kinshasa.

Selon lui, son programme peut s'étaler sur deux mandats présidentiels - une période de 10 ans - et coûtera environ 86 milliards de dollars.

"Vengeance''

M. Moleka a également détecté une autre force qui motive le dirigeant de l'UDPS.

"Les Tshisekedis ont eu une vie difficile et donc pour Felix Tshisekedi, ces élections sont une sorte de revanche, pour sa famille," dit-il.

Lors de la présentation de son programme lors d'une conférence de presse, le candidat a été critiqué pour son manque d'expérience.

"Il est vrai que je n'ai pas d'expérience en matière de mauvaise gouvernance ou de pillage de mon pays, a-t-il répondu, mais j'ai de l'expérience dans le respect des droits de l'homme et des libertés civiles.

Ces derniers mois, les partis d'opposition de la RDC, y compris l'UDPS, avaient déclaré qu'ils choisiraient un candidat commun pour l'élection afin d'augmenter leurs chances de vaincre le parti au pouvoir.

Le scrutin est à un seul tour et le candidat ayant obtenu le plus grand nombre de voix l'emporte ; par conséquent, une scission du vote de l'opposition pourrait s'avérer désastreuse pour elle.

Mais après que les partis d'opposition ont pris la décision de choisir Martin Fayulu comme candidat à l'unité, M. Tshisekedi s'est retiré et a décidé de se présenter.

Il était soutenu par le président de l'Union pour la Nation Congolaise, Vital Kamerhe, qui est son colistier.

Bien que M. Tshisekedi ait fait valoir qu'il suivait simplement les souhaits de la base du parti, de nombreuses personnes dans le pays ont critiqué sa décision de ne pas soutenir M. Fayulu.

"Une époque dangereuse"

"Le contexte de ces élections n'est pas normal", a déclaré M. Tshisekedi à la BBC.

"Nous vivons une époque dangereuse et instable, mais en même temps, il y a un fort désir de la population d'avoir ces élections, parce que les gens en ont vraiment assez de ce régime, installé depuis 1997, qui a apporté son lot de violence, une violence incroyable.

Pour devenir président, ce que son père n'a jamais réussi à faire, M. Tshisekedi doit convaincre les partisans de l'opposition qu'il est le candidat le mieux placé pour tirer parti de ce sentiment et surmonter le pouvoir du parti au pouvoir.

17déc.
Lire aussi dans la rubrique POLITIQUE
Vidéo