Camer.be
Cameroun ::  Le journaliste Michel Biem Tong écroué  hier à la prison centrale de Yaoundé :: CAMEROON
CAMEROUN :: SOCIETE
  • Camer.be : Darren Lambo Ebelle
  • vendredi 16 novembre 2018 07:53:00
  • 971

Cameroun :: Le journaliste Michel Biem Tong écroué hier à la prison centrale de Yaoundé :: CAMEROON

Le directeur de publication du site d'informations . Hurinews.com, est désormais pensionnaire de la maison d'arrêt de Kondengui, après une comparution hier jeudi 15 novembre, au tribunal militaire de Yaoundé.

La répression du régime de Yaoundé gagne en envergure depuis la proclamation des résultats officiels de l'élection présidentielle par le Conseil constitutionnel.

La presse dite de gauche ( donnée plus clémente envers l'opposition radicale ) en paye le plus lourd tribut. Arrêté par embuscade le 23 octobre dernier par le colonel Émile Bankoui le commandant de la sécurité militaire, le web journaliste Michel Biem Tong, a été écroué hier à la prison centrale de Yaoundé à Kondengui, après avoir comparu au tribunal militaire, devant le commissaire du gouvernement.

 

Trois infractions ont été retenues contre notre confrère : apologie du terrorisme; déclarations mensongères, et outrage au chef de l'Etat.

Après avoir été torturé dans une cellule de l'illegale prison militaire du secrétariat d'Etat à la Défense chargé de la Gendarmerie, Michel Biem Tong à qui il est notoirement reproché de soutenir les combattants séparatistes anglophones dans ses écrits, est donc à sa première nuit à la prison centrale de Yaoundé Kondengui. Il était exactement 14 heures 30, lorsque le journaliste a été conduit dans le terrible pénitencier.

 

Journaliste et activiste des droits de l'Homme, Michel Biem Tong comparaîtra pour sa première audience, devant le tribunal militaire de Yaoundé, le 05 décembre 2018. Durant sa détention illégale au Sed, il a été privé de toute visite des membres de sa famille.

Seul un collectif de journalistes ainsi que des acteurs de la société civile, sous la conduite de Cyrille Rolande Bechon, ont pu rencontré le prévenu mercredi dernier.

16nov.
Lire aussi dans la rubrique SOCIETE
Vidéo