Camer.be
CAMEROUN :: Samuel Dieudonné Ivaha Diboua : « Des mesures sécuritaires dissuasives ont été prises » :: CAMEROON
CAMEROUN :: SOCIETE
  • Cameroon Tribune : Propos recueillis par Armand ESSOGO
  • lundi 22 octobre 2018 09:39:00
  • 1648

CAMEROUN :: Samuel Dieudonné Ivaha Diboua : « Des mesures sécuritaires dissuasives ont été prises » :: CAMEROON

Des menaces à la sécurité ont pesé sur Douala hier du fait de la marche projetée du député Jean Michel Nintcheu. Que s’est-il réellement passé ?
Je tiens d’abord à rappeler que l’honorable Jean Michel Nintcheu avait saisi le sous-préfet de Douala III pour un meeting public le dimanche 21 octobre 2018 à partir de 15h, suivi d’une marche sur l’itinéraire carrefour Dakar-Carrefour CCC-Ndokoti. Dans les usages, chaque fois que l’autorité administrative est saisie d’une demande de manifestation, on s’appuie sur la réglementation en vigueur pour savoir si cette marche est opportune. L'information claire et nette. Pour le cas d’espèce, après examen de la demande du député, le sous-préfet de céans a fait notifier à l’honorable Jean Michel Nintcheu une fin de non recevoir pour dire que la marche n’était pas opportune au regard des objectifs manifestement graves contenus dans cette demande.

Je veux dire que si un citoyen demande à marcher pour remettre en cause les institutions républicaines, la République tout court, je crois qu’il y a lieu pour l’autorité administrative de s’inquiéter, il y a problème quelque part. C’est pour éviter tout dérapage que le député Nintcheu a été notifié et nous avons pris des mesures conséquentes pour empêcher que cette manifestation perturbe la ville de Douala.

Douala a donc connu un dimanche calme…
Douala a été totalement calme. Nous avons pris les mesures sécuritaires qui s’imposent pour que chacun puisse vaquer à ses occupations. Vous avez dû vous rendre compte que les marchés étaient bondés comme d’habitude, les lieux de culte ont normalement accueilli les fidèles, les sportifs ont honorés leurs différents rendez-vous du dimanche et les taxis ont travaillé sans la moindre entrave.

Ce dimanche à Douala, il n’y a pas eu d’arrêt d’activité. Je dois préciser que nous avons tenu à ce que des personnes d’une certaine sensibilité soient mises sous bonne sécurité. C’est pour cela que l’on a pu voir par endroits, une plus forte présence de la police. Nous n’avons pas voulu des incidents, il fallait protéger tout le monde.

Il n’y a donc rien à craindre après la proclamation des résultats de l’élection présidentielle dans votre ville…
Je tiens à dire que les populations de la région du Littoral dans l’ensemble et celle de la ville de Douala en particulier n’ont rien à craindre. Elles ont été suffisamment sensibilisées, elles ont pris en main le destin de leur région. Que ce soit les chefs traditionnels, les chefs de quartier, les responsables des associations des motos-taxis, les responsables des marchés, tout le monde s’est engagé à défendre la paix.

Toutes ces couches de la population déclarent à haute voix qu’elles ne veulent pas du désordre dans la ville de Douala. Nous sommes la région qui tient l’économie du pays. Compte tenu de cette spécificité, les populations disent qu’il n’est pas question que le désordre s’installe. C’est pourquoi j’ai pris toutes les mesures pour que les populations vaquent normalement à leurs occupations sans peur aucune. Je vous explique tout ceci pour faire comprendre à l’opinion publique que les forces de l’ordre ne viennent qu’en appui de ce que la population fait déjà. La population demande à vivre en paix. La proclamation des résultats de l’élection présidentielle vient trouver un état d’esprit serein des populations du Littoral.

22oct.
Lire aussi dans la rubrique SOCIETE
Vidéo