Camer.be
Cameroun, Proclamation des résultats : Paul Biya va-t-il briguer un 7eme mandat ? :: CAMEROON
CAMEROUN :: POLITIQUE
  • Camer.be : Ben Batana
  • samedi 20 octobre 2018 14:20:00
  • 9793

Cameroun, Proclamation des résultats : Paul Biya va-t-il briguer un 7eme mandat ? :: CAMEROON

Le sort de 25 millions de Camerounais est suspendu aux lèvres de Clément Atangana, président du conseil constitutionnel.

De quel souffle perle t on ? A quel souffle fait-on allusion ? Emilie Mpondo avait elle raison lorsqu’elle affirme sur les antennes d’une radio à Douala « Le temps de Dieu est désormais arrivé au Cameroun » Dans les quartiers chaud de New Bell à Douala aussi bien que la Briqueterie à Yaoundé, on estime que le moment est arrivé de se séparer d’ « règne qui a assez duré » Il était donc temps de fermer la page Biya après 35 ans au pouvoir. Illusion. Dans les coulisses, les résultats circulent : de source sure.

Le champion du Rdpc est donné pour vainqueur avec 71% des scrutins pour une élection aussi courue. Son « bétail électoral » l’avait d’ailleurs scandé lors de la campagne électorale dans le hameau le plus reculé, mi-figue, mi-raisin «Ton mandat n’est pas fini à Etoudi » Depuis, l’homme lion affiche une sérénité qui n’a d’égale que la machine électorale acquise à sa cause.

Et pourtant, le Cameroun a vécu les moments les plus intenses de son histoire politique depuis l’ouverture de la campagne électorale comptant pour l’élection présidentielle. Huit candidats étaient à l’asseau du palais présidentiel. Parmi eux, les seniors, les juniors et les benjamins. Devant un peuple en quête de leader. On a vite renoué avec les meetings populaires. Maurice Kamto et Cabril Libii ont fait le plein d’œuf. L’espoir a pris la place du doute. Les jeunes ont repris gout à la politique. Les choses ne seront plus comme avant.

Illusion encore lorsqu’au lendemain du 7 octobre, jour du scrutin, la quasi-totalité des candidats de l’opposition va dénoncer « Une élection truquée, fraudée et gangrenée d’irrégularités au profit du candidat sortant, candidat à sa propre succession » Les vieilles habitudes ont la peau dure. Une demande en annulation partielle sera introduite par le Mrc et en annulation totale par le Sdf et Univers, auprès du Conseil Constitutionnel, organe chargé de veiller à la régularité de l’élection. Il n y aura pas d’Etat de grâce pour les candidats Maurice Kamto, Cabral Libii et Joshua Osih . En mondo vision, le Conseil Constitutionnel sera sans ambages : rejet total.

Levée de bouclier au sain de l’opinion. Dénonciation d’un conseil Constitutionnel « caisse de résonance du parti au pouvoir » le rdpc serait

donc le seul unique grand gagnant de cette procédure qui en faisant semblant d’accorder les mêmes chances aux candidats consolide en fait l’élection de son champion.

Quoi qu’il en soit, La pertinence de Maurice Kamto aura démontré que le doute peut exister sur l’élection au vu du résultat qui circule dans les réseaux sociaux. Il a remonté la stature d’un homme d’Etat et sa capacité à diriger un pays. Cabral Libii incarne désormais une jeunesse qui « libère les énergies et fait bouger les lignes. Serge Espoir Matomba a brisé les barrières et les tabous qui les avaient confinés au rôle d’applaudisseurs et admirateurs beats. Ouvrant ainsi une nouvelle ère politique au Cameroun. Rien ne sera plus comme avant.

Au cours de la campagne et les débats qui s’en sont suivi, on a certes flirté avec le tribalisme, on a surfé sur le repli identitaire. Malgré les assurances d’Elecam « L’élection s’est passé de manière régulière, le dispositif est solide, il est fondé sur les lois et les règlements en vigueur » l’opposition politique dénonce « l’alternance est non grata au Cameroun » Au demeurant, Paul Biya va-t-il briquer un 7eme mandat ? Rien n’est moins sure. Lundi 22 octobre sera jour de résultat. On se souviendra que malgré tout : dura lex sed lex. Et que la hauteur d’un homme politique se mesure à la capacité de reconnaitre la victoire de son adversaire et à le féliciter.

20oct.
Lire aussi dans la rubrique POLITIQUE
Vidéo