Camer.be
Cameroun, Présidentielle 2018: Lettre ouverte à James MOUANGUE KOBILA :: CAMEROON
CAMEROUN :: POINT DE VUE
  • Correspondance : Jean -Marie MOUKAM, Analyste financier, Bruxelles.
  • jeudi 11 octobre 2018 08:40:00
  • 2761

Cameroun, Présidentielle 2018: Lettre ouverte à James MOUANGUE KOBILA :: CAMEROON

Monsieur KOBILA, J'ai lu avec beaucoup d'amusement votre dernière correspondance dans laquelle vous vous attaquez une fois de plus au Président Maurice Kamto .

Sur le plan stylistique, je constate que durant toutes ces années, vous n'avez pas fait de progrès et que vous avez toujours de la peine à rédiger un texte d'un niveau acceptable.

Pour ce qui est du vocabulaire, vous semblez toujours vous contenter d'aligner des séries de mots dont vous ne maitrisez ni l'étymologie, ni la signification.

Comme à votre habitude, votre texte est indigeste, truffé de fautes de syntaxes et d'orthographes certainement en raison de votre incapacité à élaborer une phrase correcte en français.

Pour votre gouverne, le terme "inférence" en méthodologie de la recherche désigne une généralisation abusive d'une donnée à une population d'enquête. Vous ne pouvez donc pas l'employer pour désigner un transfert de données entre deux personnes. Je vous recommande à ce sujet de lire Madeleine Grawitz in "les méthodes en sciences sociales".

Si vous justifiez la vacuité de votre existence par des attaques ad hominem contre Maurice Kamto, de grâce, prenez au moins la précaution de rédiger un texte digne d'un élève de 3ème car La puanteur et la vulgarité de vos propos traduisent à n’en point douter la banalité de votre existence et le caractère obscur du personnage frustré que vous êtes.

Il se dit que vous seriez juriste. Si tel était le cas, vous sauriez au moins qu'un article de loi "dispose" . Par ailleurs, il existe des canons pour convoquer une base légale en droit. La façon vous vous y prenez indique à suffisance votre méconnaissance de ces règles.

Je vous concède volontiers tous ces titres grotesques dont vous vous affublez. Je n'attends pas moins du thuriféraire bénévole que vous êtes. Vous vous êtes fait le chantre de la médiocrité et de la paresse. Il n’est donc pas étonnant que votre existence soit d’une banalité affligeante et que la mendicité et le complexe qui vous caractérisent soient certainement les premiers maux qui vous conduiront dans les abymes de l’anonymat.

Ce n’est pas la première fois que des esprits retords et congénitalement faibles comme vous s'attaquent au Professeur Kamto. Toutes ces absurdités qui jonchent votre texte traduisent votre état de délabrement mental et renseignent à suffisance sur votre niveau de connaissance en droit et surtout en français.

Quoi d'étonnant, puisque vos productions intellectuelles se limitent aux "silences de paul Biya" et aux "œuvres de la première dame".

Je promets aux lecteurs de revenir la prochaine fois sur vos échecs aux concours d'agrégation en France et la raison pour laquelle vous ne resterez à jamais qu'un petit mendiant à la solde d'un autre esprit retords officiant comme conseiller technique à la présidence de la république.

Lire la sortie médiatique de James MOUANGUE KOBILA sur ce lien

11oct.
Lire aussi dans la rubrique POINT DE VUE
Vidéo