Camer.be
CAMEROUN :: Amnesty international:  les violences ne cessent de s'aggraver dans les régions anglophones. :: CAMEROON
CAMEROUN :: SOCIETE
  • Camer.be : Franck BAFELI
  • mercredi 19 septembre 2018 10:00:00
  • 1842

CAMEROUN :: Amnesty international: les violences ne cessent de s'aggraver dans les régions anglophones. :: CAMEROON

Intégralité du communiqué de presse reçu à notre rédaction. Cameroun, * Une nouvelle vidéo montre la tête d'un gendarme décapité.* 160 membres des forces de sécurité ont été tués par les séparatistes armés. * On recense plus de 260 atteintes à la sécurité perpétrées par les séparatistes armés et les forces de sécurité en 2018.

Les attaques violentes contre des citoyens ordinaires et les forces de sécurité démontrent à quel point la situation se dégrade dans les régions anglophones du Cameroun, a déclaré Amnesty International le 18 septembre 2018.

Des experts médicolégaux d'Amnesty International ont authentifié deux vidéos, reçues en fin de semaine dernière. Dans la première, une personne se présente comme étant un membre du groupe armé séparatiste des Forces de libération de l'Ambazonie. Sur cette même vidéo, on peut voir la tête d'un gendarme décapité.

Dans la seconde, qui serait la suite de la première séquence, on entend une voix affirmant que les séparatistes armés avaient pris le fusil du gendarme, que les experts ont identifié comme étant un AK chinois de type 56, un modèle très répandu dans la région.

« La situation dans les régions anglophones du Cameroun devient de plus en plus désespérée ; nul n'est épargné par les violences qui échappent à tout contrôle », a déclaré Samira Daoud, directrice régionale adjointe pour l'Afrique centrale et l'Afrique de l'Ouest à Amnesty International.

Selon les experts d'Amnesty International, le gendarme présentait des contusions à la tête, qui était placée sur un linge blanc imbibé de sang ; à proximité se trouvaient ce qui pourrait être ses organes génitaux.

Amnesty International n'est pas encore en mesure de confirmer de manière indépendante le lieu exact où les vidéos ont été tournées, mais l'analyse laisse à penser qu’il s’agirait de la région de Belo, dans le Nord-Ouest du Cameroun, gravement touchée par la crise. Belo se trouve non loin de Njinikom, commune de la région du Nord-Ouest, où l'on sait que le groupe armé séparatiste des Forces de libération de l'Ambazonie est actif.

« Puisque des étudiants et des enseignants ont été attaqués et kidnappés, nous avons des raisons de croire que la vie de nombreux autres citoyens est en péril, du fait des violences perpétrées par certains membres des groupes armés séparatistes. Cela doit cesser immédiatement », a déclaré Samira Daoud.

400 citoyens ont été tués

Du fait des violences dans les régions anglophones, depuis un an, jusqu'à 400 citoyens ont été tués par les forces de sécurité et les séparatistes armés.

En outre, Amnesty International a recensé plus de 260 problèmes de sécurité depuis le début de l'année, allant des affrontements entre séparatistes armés et forces de sécurité, à l'enlèvement de simples citoyens et à l'homicide de membres des forces de sécurité par les séparatistes. Ces faits englobent également les homicides illégaux imputables aux forces de sécurité et la destruction de biens privés par les deux parties.

« Les membres des deux camps qui seraient responsables d’attaques, d’homicides ou de destructions de biens, ne doivent pas rester libres. Les autorités camerounaises doivent s'engager sans délai à mener des enquêtes rapides, indépendantes et efficaces sur ces agissements », a déclaré Samira Daoud.

Depuis le début de la crise dans les régions anglophones du Cameroun fin 2016, Amnesty International a recensé plus de 160 cas de membres des forces de sécurité morts aux mains des séparatistes armés. Toutefois, le bilan pourrait s'avérer beaucoup plus lourd, car toutes les attaques ne sont pas signalées.

Le 3 septembre, dans la ville de Bafut, dans la région du Nord-Ouest, des séparatistes armés ont kidnappé sept élèves et le principal du collège presbytérien (PCSS), qui a été torturé et grièvement blessé durant sa captivité. Les otages ont été libérés dans les jours qui ont suivi et le principal du collège a été conduit à l'hôpital pour y être soigné.

Vers le 10 septembre, des séparatistes armés ont attaqué les positions des soldats stationnés près du collège Saint-Joseph Sasse, réputé dans la ville de Buea, déclenchant un vif échange de tirs avec les forces de sécurité. Les habitants du secteur ont déclaré avoir entendu des tirs nourris pendant plusieurs heures la nuit des faits.

« À l'approche des élections au Cameroun, nous avons des raisons de craindre une nouvelle flambée de violence. Nous pourrions bien assister à une recrudescence des atteintes à la sécurité et à une activité accrue des séparatistes armés qui menacent de perturber le processus électoral à tout prix dans les régions anglophones, a déclaré Samira Daoud.

« La violence ne fera que favoriser les brutalités, les crimes et les souffrances indicibles. Le gouvernement doit enrayer cet engrenage en vue de rétablir la paix dans les régions anglophones. »

Pour obtenir de plus amples informations ou organiser un entretien, vous pouvez prendre contact avec le Service de presse d’Amnesty International pour l’Afrique occidentale et centrale à Dakar, au Sénégal : +221 77 658 62 27 ou sadibou.marong@amnesty.org  ; Twitter : @AmnestyWARO 

Complément d’information

Dans son rapport de juin 2018, intitulé Une tournure tragique. Violence et atteintes aux droits humains dans les régions anglophones du Cameroun, Amnesty International fait état d’une série d'actes de violence commis par les séparatistes armés dans les deux régions anglophones. Ce document présentait les cas de simples citoyens, notamment d'enseignants et de chefs coutumiers, agressés et enlevés par les séparatistes armés.

Ce rapport révélait également que les forces de sécurité ont incendié des villages, tué sans discrimination, arrêté et torturé des dizaines de personnes durant les opérations militaires qui ont déplacé des milliers de civils dans les régions anglophones et au Nigeria.

Regional Media Manager, Amnesty International West and Central Africa Office, Immeuble Seydi Djamil, 3e étage, Avenue Cheikh Anta Diop x 3 rue Leo Frobenus P.O. Box 47582, Dakar, Sénégal, Tel direct: +221 33 869 82 31, Fax: 221 33 864 26 64 , Mob: 221 77 658 62 27

19sept.
Lire aussi dans la rubrique SOCIETE
Vidéo