Camer.be
Cameroun, Présidentielle 2018 : Farce politique :: CAMEROON
CAMEROUN :: POINT DE VUE
  • Quotidien Mutations : Par Bibou Nissack, JURISTE D’AFFAIRES*
  • mercredi 29 août 2018 14:59:00
  • 1340

Cameroun, Présidentielle 2018 : Farce politique :: CAMEROON

Le retour du chef de l’Etat, samedi dernier, est venu clore une séquence cocasse de la précampagne présidentielle camerounaise. Cela a été le point d’orgue d’un « sitcom » amorcé avec l’audience du Conseil constitutionnel du 17 Août. Certains opérateurs politiques avaient à cette occasion pris le parti de la pitrerie. L’esprit de Jean Miché Kankan fut donc « politiquement » ressuscité pour les besoins de l’humour politique, option bouffonnerie. Le climat prégnant en ce moment étant volontiers déprimant, sinon pire, traumatisant et privatif d’amusement et de rire, peut expliquer le désir frénétique qui s’est emparé de quelques acteurs et actrices du nouveau genre humoristique de l’heure, le « Stand-up politique comique.

C’est donc dans une atmosphère de surexcitation typique aux grandes premières théâtrales que les acteurs de ce « stand-up d’un genre nouveau se sont jetés sur les « planches »,d’un Conseil constitutionnel transformé en scène « ad hoc ». Les spectateurs se souviendront longtemps de la drôlerie des gags de chacun des comédiens. Dans un désordre non exhaustif, citons ce candidat postulant dont le dossier remis à Elecam était dénué respectivement de déclaration sur l’honneur, de celle de candidature, et de paiement de la caution de 30 millions Fcfa. Ce candidat, révérend-père de surcroît, viendra plaider le relèvement en centaine de millions du cautionnement, car le jugeant par trop dérisoire. Tellement dérisoire qu’il n’avait pu obtenir lui-même le « dérisoire » montant.

Le paroxysme du spectacle sera atteint lorsque, soucieux visiblement de l’ « approche genre » dans la division du travail messianique, un certain « dieu » missionnera une de ses passionaria au Cameroun, pour une affaire de « salut » paraitrait-il. Aussi, devant le Conseil constitutionnel, avec une expression scénique dont le pouvoir irrésistible de chatouille fut attesté, cette dernière plaida malheureusement sans succès sa cause. Son dieu aurait oublié de lui fournir la liasse administrative complète et constitutive de son dossier à Elecam. Quel dommage ! Mission annulée donc ! Il faudra encore attendre un peu pour la première « femme-messie » de la chrétienté. Comme c’est injuste ! Surtout que le « e » final dans « messie » fait parfois croire qu’il conviendrait davantage mieux que ce terme soit employé au féminin. La parité attendra donc encore un peu en cette matière, ainsi que le « salut » escompté. Sans doute qu’un des anges chargé des diligences administratives expliquera les raisons de cet échec dans la réponse à la demande d’explication qu’on n’aura certainement pas manqué de lui adresser.

A son corps défendant, le Conseil, dans sa composition du jour, aura accentué l’effet comique. En effet, ses membres, par leur flegme admirable et la parfaite composition de leur mine grave, auront contribué à grossir le trait comique comme par un effet de contraste saisissant. Et alors que sa réputation menaçait dangereusement de connaitre une suite des plus glorieuse dans les anales du comique, voici que comparaissent devant le Conseil constitutionnel deux empêcheurs de rire en rond. Un « chirurgien » du droit et un enseignant des sciences et techniques de la communication trop sérieux et pertinents. Leurs interventions auront arrêté tout net le spectacle et suscité dans les esprits quelques troublantes questions et le doute. Ce dernier ne leur aura hélas pas profité.

Néanmoins, le Chef de l’Etat n’a pas voulu être en reste de cette décrispation politicienne de l’atmosphère et a saisi l’occasion de démontrer que la fonction n’avait pas entamé son sens de l’humour, moins bouffon cependant. Il s’est donc éclipsé en « séjour privé » européen un peu plus d’une douzaine de jours, à un moment (veille d’élection présidentielle en contexte particulièrement préoccupant) qui « normalement » ne s’y prête guère, pour de nouveau quitter la capitale politique hier après-midi… Amusant non ?!

29août
Lire aussi dans la rubrique POINT DE VUE
Vidéo