Camer.be
CAMEROUN :: Présidentielle 2018 : Le Manidem et le Moci  interpellent les neuf candidats :: CAMEROON
CAMEROUN :: POLITIQUE
  • Camer.be : Ben BATANA
  • mercredi 29 août 2018 10:58:00
  • 1090

CAMEROUN :: Présidentielle 2018 : Le Manidem et le Moci interpellent les neuf candidats :: CAMEROON

Le Manidem et le Moci, au nom du Front Progressiste et Panafricaniste, ont effectivement remis la liste de leurs propositions dans le cadre d’un Programme commun, aux neuf candidats à l’élection présidentielle du 7 octobre 2018, comme ils l’avaient annoncé à Douala le 17 juillet dernier.

Cette démarche signifie que pour nous, patriotes issus de la tradition upéciste, il faut placer les intérêts du Kamerun au-dessus de tout. Nous avons toujours dit que les élections, et notamment la présidentielle, doivent être un moment privilégié où s’engage un débat intense et sérieux sur les problèmes fondamentaux des Kamerunais et du Kamerun.

Aussi, espérons-nous ardemment que les candidats, dans un élan de patriotisme, sauront reconnaître la valeur de notre position participative et éclairante afin de faire de cette élection un moment de rassemblement pour le Kamerun qui négocie un des tournants les plus cruciaux de son existence.

Le Manidem et le Moci s’engagent à rendre régulièrement compte des résultats de leur démarche au peuple kamerunais. Ils appellent tous les compatriotes épris de paix et de justice à populariser ces propositions afin de rallier le maximum de concitoyens à cette demande minimale pour un Kamerun enfin engagé sur la voie du progrès.

A cet effet, nous allons éditer 100.000 exemplaires de notre journal « Objectif ». Il sera distribué sur l’ensemble du territoire.
A titre de rappel, les propositions soumises aux candidats sont les suivantes :

  1. Condamnation de façon claire et ferme de la tentative de sécession en cours dans les régions anglophones et la réclamation aux bandes armées sécessionnistes ou non d’un cessez-le-feu unilatéral et immédiat.
  2. Institution d’un système démocratique de gouvernement de type parlementaire.
  3. Organisation territoriale du pays en quatre régions (Grand Centre, Grand Littoral, Grand Nord, Grand Ouest) autonomes économiquement viables, géographiquement et culturellement homogènes.
  4. Institutions de gouvernements et d’assemblées régionaux.
  5. Négociation d’une zone économique et monétaire commune avec le Nigeria et sortie de la zone Franc suivant un calendrier public.
  6. Abolition des accords néocoloniaux conclus avec la France notamment et négociation de nouveaux accords avec l’étranger non africain dans l’intérêt du Kamerun.
  7. Institution de la règle électorale systématique des deux tours à toute élection publique.
  8. Institution du bulletin unique, d’un fichier électoral automatique sur la base d’un fichier d’état-civil modernisé et d’un recensement général de la population.
  9. Elaboration et exécution d’un calendrier de plans de développement nationaux.
  10. Refonte du fichier national du cadastre pour mettre fin à l’injustice et à la spéculation foncières et arrêter la spoliation des terres agricoles par les plus puissants.
  11. Institution d’une assurance maladie universelle.
  12. Institution de quatre langues nationales d’éducation et de communication (une pour chaque grande région), abandon de la langue française et adoption de l’anglais pour les communications avec l’extérieur (hors Afrique notamment).
  13. Réécriture du Code de Travail pour mettre fin aux injustices contre les travailleurs.
  14. Lancement d’une campagne permanente vigoureuse anti-corruption et d’assainissement des mœurs.
  15. Restitution au portefeuille de l’Etat des entreprises stratégiques privatisées notamment la Régie nationale des chemins de fer, la Société nationale d’électricité, etc.

Fait à Douala, le 28 août 2018

Pour le Front Progressiste et Panafricaniste
Anicet Ekane
Théophile Yimgaing Moyo

29août
Lire aussi dans la rubrique POLITIQUE
Vidéo