Camer.be
CAMEROUN :: Santé sexuelle : Désormais 30 préservatifs à  100 Fcfa :: CAMEROON
CAMEROUN :: SANTE
  • Quotidien Mutations : Guy Martial Tchinda
  • mardi 24 juillet 2018 12:25:39
  • 4068

CAMEROUN :: Santé sexuelle : Désormais 30 préservatifs à  100 Fcfa :: CAMEROON

La baisse de son coût ce contraceptif vise à réduire les grossesses non-désirées et l’infection à Vih.

L’Organisation mondiale de la santé (Oms) reconnait que «préservatif est la seule méthode contraceptive dont il est prouvé qu’il réduit le risque de toute Infection sexuellement transmissible (Ist), y compris l’infection à Vih». C’est sans doute la raison pour laquelle le Cameroun a baissé les prix de ce contraceptif. Au lieu de 4, c’est désormais 30 condoms masculins à 100 Fcfa dans des formations sanitaires publiques. Un tarif confirmé par le directeur de la Santé familiale au ministère de la Santé publique, Pr Robinson Mbu.

Cette baisse de coût augmentera à coup sûr le pourcentage des femmes de 15-49 ans actuellement en union utilisant le condom masculin comme méthode contraceptive. L'information claire et nette. Un pourcentage estimé à 8%, selon Cathy Zoa Mbida, experte en santé de reproduction. Mais aussi, améliorera l’accessibilité de ce moyen de contraception à plus de personnes, afin d’éviter certains problèmes, même si la manière d’utiliser est très importante.

En effet, l’utilisation du préservatif prévient contre les grossesses précoces. «Les taux estimatifs de grossesses en cas d’utilisation parfaite c’est-à-dire lorsque la méthode est utilisée exactement comme elle doit l’être est de 3%. Le taux de grossesse en cas d’utilisation classique peut être beaucoup plus élevé (10-14%). Mais cela est dû à une utilisation irrégulière et incorrecte et non pas de l’échec des préservatifs», explique l’Oms.

De plus, «des études en laboratoire ont montré que les virus (y compris le Vih) ne passent pas à travers un préservatif intact en latex, même lorsque le dispositif est étiré ou détendu», poursuit l’Oms. Et de conclure que «Ces études montrent que, si le préservatif est utilisé régulièrement, le taux d’infection est inférieur à 1% par an».

Au cours de la campagne de communication sur la planification familiale qu’il a initiée il y a un mois, le Réseau des journalistes pour la santé et le développement (Rejosade) a fait sienne, la sensibilisation des populations sur le bien-fondé de cette méthode.

24juil.
Lire aussi dans la rubrique SANTE
Vidéo