Camer.be
CAMEROUN :: PR Melchior NOA à  MVELEM : « A partir des poissons et poulets braisés, soyas, on attrape banalement des maladies chroniques » :: CAMEROON
CAMEROUN :: SANTE
  • Integration.org : Jean-René Meva’a Amougou
  • mardi 12 juin 2018 07:59:03
  • 5422

CAMEROUN :: PR Melchior NOA à  MVELEM : « A partir des poissons et poulets braisés, soyas, on attrape banalement des maladies chroniques » :: CAMEROON

Ancien toxicologue associé au Centre Pasteur de Reims (France), le Camerounais est le fondateur de l’ONG « Parole à la nature ». Il liste ici les artifices utilisés sur les viandes et autres denrées vendues dans les espaces marchands au Cameroun. En même temps, cet expert dresse une palette des risques encourus par les consommateurs.

Du haut de votre expérience, comment peut-on reconnaître qu’une viande contient du formol ?
Le formol n'est pas hautement réactif, c'est même l'inverse, c'est un composé très stable. La détection et le dosage ne sont pas à la portée du particulier. Le formol n'a pas d’odeur marquée lorsqu'il est utilisé à ces concentrations visant à bloquer le développement de bactéries sauvages, mais il reste très nocif pour la santé. Mais, la présence ou l’absence des mouches ou des fourmis sur un morceau de viande peuvent nous guider.

Pouvez-vous nous dire quels sont les stratagèmes utilisés par les vendeurs de viandes dans notre pays ?
Certains bouchers peu scrupuleux n’hésitent pas à nettoyer la viande avariée avec de l’acide sulfurique. Mais le plus inquiétant, c’est que de la formaline (solution à base de formol) peut y être ajoutée afin de la « désinfecter » et de lui redonner un bel aspect. Et le danger est d’autant plus important que des antiseptiques peuvent être injectés en même temps, et que des produits chimiques, tel l’atropine sont utilisés pour dilater les veines des animaux afin d’injecter une plus grande quantité d’eau. A Yaoundé, au quartier Obili, j’ai vu des jeunes gens « chimistes en herbe » proposer aux bouchers un mélange de produits chimiques à base de phosphates, à injecter dans leurs viandes ou poissons pour leur donner « du goût » avant de les passer au barbecue. A partir des poissons et poulets braisés, soyas, on attrape banalement des maladies chroniques. Et que dire de l’aspartame (E951) : il se retrouve dans les plantains, les ananas… C’est ce produit que les commerçants véreux utilisent pour forcer la maturité des fruits.  

Quels peuvent être les risques encourus par les consommateurs ?
L’ingestion du formol peut causer des troubles digestifs dont l’intensité dépend de la concentration et de la quantité de la solution ingérée. Lorsque la quantité consommée est importante, le formol se comporte comme un caustique puissant dans l’appareil digestif de l’homme ou de l’animal. On a alors des douleurs buccales, rétro-sternales et épigastriques intenses. L’intoxication systémique par le formol est responsable d’une atteinte poly viscérale se manifestant par un coma souvent convulsif, une cytolyse hépatique, des troubles cardiovasculaires (hypotension camer.be, voire collapsus cardiovasculaire), une hémolyse modérée et une néphropathie tubulaire. À court terme, les complications les plus fréquentes sont les perforations et les hémorragies digestives d’une part, les syndromes de détresse respiratoire, une destruction du carrefour aérodigestif d’autre part. L’évolution ultérieure est dominée par le risque de constitution de sténoses digestives. Par ailleurs, certains produits comme l’huile de palme chinoise sont déconseillés. Bien que portant la mention huile, ce sont des produits chimiques cancérigènes dont la consommation fait gonfler les lèvres.

Que leur proposez-vous ?
Règle première : éviter autant que possible de manger dans la rue. Vous convenez avec moi que ce qui se fait dans de nombreuses gargotes est déplorable sur le plan de l’hygiène. Et s’il faut associer à cela toute la mauvaise chimie que les commerçants mettent sur pied à partir de leurs « officines », il faut vraiment se méfier des repas de rue. Car ils sont concoctés avec beaucoup de choses bizarres.

12juin
Lire aussi dans la rubrique SANTE
Vidéo