CAMEROUN :: Règlements de comptes : le Cnc en flagrant délit de déviances :: CAMEROON
CAMEROUN :: Règlements de comptes : le Cnc en flagrant délit de déviances :: CAMEROON
 
CAMEROUN :: MéDIA
  • La Météo : Dieudonné Mveng
  • jeudi 05 mars 2015 11:55:52
  • 3865

CAMEROUN :: Règlements de comptes : le Cnc en flagrant délit de déviances :: CAMEROON

Peter Essoka et les membres de cet organe se singularisent par une démarche qui alimente le soupçon et le discrédit.

Au Conseil national de la communication (Cnc), les décisions se suivent et se ressemblent. C’est l’histoire du matamore qui montre constamment les muscles, ne raisonne qu’en termes répressifs, finissant par apparaître comme une machine à broyer et non un outil de sensibilisation, de formation et d’assainissement. C’est chaque fois la même désolation, le même sentiment de frustration au détour des décisions sanctionnant ses assises.

Et la dernière sortie du Cnc n’a pas dérogé à ce sentiment, de plus en plus partagé, que l’organe de régulation, également «chargé d’assister les pouvoirs publics dans l’élaboration, la mise en œuvre et le suivi de la politique nationale de communication sociale», est le bras séculier de lobbies occultes qui, aujourd’hui, donnent du Cameroun l’image d’un pays liberticide. Le lexique du Cnc se résume pour l’essentiel à des châtiments (suspensions temporaires ou définitives) contre les médias privés, leurs dirigeants ou collaborateurs.

Le Cnc que dirigent MM. Essoka et Hond, tous des assoiffés invétérés en quête de positionnement –le premier est un ancien journaliste d’un média d’État, à la retraite depuis des lustres et qui caresse le rêve de se voir confirmer à la place du très regretté Mgr Befe Ateba, l’alors président; le second est un universitaire analphabète qui rêve de mieux - respectivement vice-président et secrétaire général de cette administration, sont prêts à tout pour plaire à leurs «parrains». Curieusement, tous les deux ne savent rien, mais alors rien des efforts que consentent des patrons de presse qui emploient au quotidien des chefs de famille, encore moins du fonctionnement de la presse qui se bat seule, dans un environnement difficile, n’ont jamais rendu publique la nomenclature de sanctions du Cnc. Conséquence, les sanctions sont à tête chercheuse.

Par ailleurs, le Cnc ne communique pas davantage sur ses méthodes de saisine ou d’auto saisine. Plus grave, la notion de contradictoire n’existe pratiquement pas dans son fonctionnement. Tout portant à constater que les mis en cause sont condamnés avant même d’avoir été entendus, leur soi-disant audition se résumant finalement à une sorte d’inquisition. La justice expéditive y a aussi droit de citer : combien de fois a-t-on assisté, hébétés, à des auditions en matinée et au prononcé des sanctions quelques heures seulement plus loin ?

Le règlement de comptes, le délit d’initiés et la concurrence déloyale sont plus frappants encore lorsqu’on sait que la plupart des membres de cet organe sont eux-mêmes soit des patrons de médias, ou alors des collaborateurs desdits supports. Et c’est eux qui sont chargés de juger la concurrence ! Ailleurs, dans des pays de référence voire de même niveau de démocratie, une personnalité nommée dans un organe de régulation quitte publiquement son employeur, afin d’éviter des soupçons de concussion ou de prise illégale d’intérêts.

Ici, ce sont des confrères en exercice qui sont chargés de juger leurs congénères. Comment ne pas se sentir cerné par une meute de loups vengeurs ? Comment ne pas s’interroger sur l’impartialité des décisions ? Comment ne pas imaginer la main de petits amis haut placés, derrière des délibérations et jugements souvent hautement contestables? Manifestement, le Cnc actuel a raté l’occasion de fédérer autour de sa personnalité, un corps qui a plus besoin d’encadrement que de vomitif. Il n’est qu’à voir le concert de contestations, quand ce ne sont pas des procès devant des tribunaux civils qui accompagnent ses décisions, pour comprendre que les missions de cet organe ont été dévoyées. Esprit, es-tu là ?

© La Météo : Dieudonné Mveng
05mars
Lire aussi dans la rubrique MéDIA

canal de vie

Vidéo