Cameroun::Cameroon Cameroun::Cameroon

CAMEROUN::ACTUALITES

Cameroun : Si la vraie cible de la France n’était pas en RCA… ? :: CAMEROON

Cameroun  : Si la vraie cible de la France n’était pas en RCA… ?::CameroonDans notre chronique numéro XV, souvenez-vous, nous posions déjà la question de savoir si la République centrafricaine sera la pomme de discorde et la source de désordre en zone CEMAC. Les événements qui s’y déroulent depuis quelques temps apportent une réponse claire à cette question. Nous réalisons également que votre journal, en choisissant de traiter de cette question-là en ce moment-là, avait vu juste. M. Djotodia et sa Seleka sont incapables de maintenir la paix et la sécurité civiles en République Centrafricaine et aux frontières avec le Cameroun.

Pour faire la police et garantir l’ordre public, la France a donc décidé d’intervenir en renforçant sa présence militaire dans ce pays classé parmi les plus pauvres au monde. 1600 hommes, pas moins, vont se joindre aux forces africaines déjà sur place et qui vont, elles aussi, augmenter en nombre pour aller faire en RCA, ce que tout gouvernement sérieux doit garantir aux habitants d’un pays : la paix et la sécurité civiles. Le domicile du Premier ministre de transition a même été pillé et saccagé. Pour cela seulement et pour les 600 civils morts la semaine dernière, M. Michel Djotodia, ancien chef de la rébellion fédérée devenu, grâce à un processus de transition défini par les autorités de la Cémac, doit être disqualifié. C’est M. Hollande qui a raison quand il dit qu’il (Djotodia) « a laissé » faire les voyous qui l’ont porté au pouvoir.

On ne sait pas s’il faut l’appeler chef de l’Etat. Puisqu’il n’a pas été élu par le peuple centrafricain. Pour faciliter les contacts, le sommet de Ndjamena avait permis qu’un organe de transition soit mis en place pour que les uns et les autres n’aient pas à traiter avec un homme qui a renversé les institutions « démocratiques » de son pays et qui brille aujourd’hui par l’incompétence et la paresse.

Casse-tête

Il est donc clair que la RCA va donner les maux de tête à tout le monde. Surtout au Cameroun qui est obligé d’ouvrir sur son sol un corridor terrestre de libre circulation de plus 2500 kilomètres aux forces françaises, de Douala à Bangui, traversant trois régions sensibles du pays : le Littoral, le Centre et l’Est. Un pont aérien est également jeté entre Douala et Bangui. Un autre pont aérien (cette fois-là au moyen des hélicoptères de combat) est également révélé par la presse locale. Il aurait pour point de départ la ville de Ngaoundéré (région de l’Adamoua), avec pour point de chute la capitale centrafricaine.

Au regard des difficultés qui s’annoncent déjà sur le terrain avec deux soldats français tués, personne ne peut dire combien de temps cela durera. Les Français ont dit que la mission sera de courte durée. Que veut dire l’expression « courte durée »? Courte durée c’est combien de jours, combien de mois ou combien d’années ? Les Français ont promis qu’ils partiront aussitôt que les renforts de forces africaines arriveront à Bangui. Qui peut nous dire quand ces renforts arriveront ? En tout état de cause, nous ne saurons peut-être rien sitôt. Entre temps, les exactions, le trafic d’armes lourdes et légères, le vol de bétail, les viols, les razzias de villages, les incursions en territoire camerounais continuent. Certains adeptes de l’ancien régime exacerbent la colère des populations de la région en faisant exactement ce qu’ils reprochent aux toujours rebelles de la Seleka.

Qui est l’adversaire dans cette sale guerre où chrétiens et musulmans centrafricains se donnent tous les mauvais coups imaginables ?

Les choses ne sont pas claires et le Cameroun doit prendre des mesures énergiques pour protéger ses frontières et ses villes de la région de l’Est et du Nord-est, pour que les autorités de transition comprennent que la rébellion et les jeux ont des limites. Ces mesures doivent être à la fois militaires et économiques afin que le Cameroun ne serve pas de terrain de rivalités centrafricaines avec des camerounais comme dommages collatéraux. Le Président Biya doit être ferme sur ce point et le faire comprendre y compris au fer rouge, si besoin est, aux rebelles actuellement au pouvoir à Bangui.

Vigilance

Le Cameroun doit également renforcer sa vigilance autour et tout au long du corridor Douala-Bangui pour que les français ne le transforment pas en sanctuaire de la déstabilisation du Cameroun. Des questions nous brûlent donc les lèvres : doit-on faire confiance aux français à 100% ? Qui nous dit que la vraie cible n’est pas le Cameroun ? Doit-on oublier qu’il y a seulement un an, la France a refusé d’intervenir en RCA ? Qu’est-ce qui a changé entre temps ? Doit-on oublier que chaque fois qu’une rébellion a pris le pouvoir dans un pays francophone, les français étaient toujours présents, avec ou sans mandat des Nations unies ? Citons le Tchad, la Côte d’ivoire, la Libye et la RCA. Les troubles en RCA donnent un prétexte de présence militaire française au-delà de ce qui est habituel. Présence militaire opérationnelle accrue. Même au temps du conflit de Bakassi où l’armée française a appuyé le Cameroun contre le Nigéria, nous n’avons pas vu autant de soldats français armés au Cameroun. Cette présence met le  Cameroun dans une situation d’encerclement.

Encerclement

Encerclement par des menaces plus ou moins identifiées et nocives. Citons les éléments incontrôlés de Boko Haram dans la région de l’Extrême-nord, les braconniers soudanais, les voyous de la Seleka à l’Est et au Sud-est, et les pirates de la baie de Douala, dans l’épicentre du Golfe de Guinée. Encerclement ensuite par une force militaire qui est déjà présente au Tchad, en RCA, au Gabon et au large de nos eaux territoriales.

Encerclement enfin par une force militaire certes démocratique, qui a le droit d’aller et de venir sur un itinéraire sensible du Cameroun, sans l’obligation corrélative de recevoir des ordres du Haut commandement militaire camerounais ou de l’informer de ses opérations. L’incident qui a eu lieu en début de semaine dernière au nord-Mali est assez édifiant sur la confiance que les français font aux militaires maliens d’une part, et sur leur façon de collaborer avec une armée africaine d’autre part.

La présence française peut être perçue comme un atout face à la menace de déstabilisation de la sous-région, mais elle doit désormais être vue comme une source potentielle de difficultés quand on sait que la France traîne toujours des troubles invisibles à vue d’oeil dans son sillage. En parlant de M. Djotodia la semaine dernière, M. Hollande a dit qu’on ne « peut pas le garder ». Cela veut clairement dire que la France est capable de garder ou de chasser un président de la république en Afrique francophone.

Historiquement, elle l’a fait. Rien n’indique qu’elle a cessé de le faire. C’est dans cette déclaration-aveu du président français qu’il faut aller chercher les soupçons d’agenda caché qui pèsent sur la France. C’est cette déclaration qui nous dit la vérité sur les « vraies intentions » au moment où la France prend beaucoup de plaisir à jouer les sauveurs en Afrique. Citons encore la Côte d’Ivoire, la Libye, le Mali et aujourd’hui la Centrafrique pour s’en convaincre. Il appartient aux français de nous convaincre du contraire. D’ici là, soyons vigilants. A bon entendeur, salut !

© Intégration : Engelbert Essomba Bengono
 
6
SAMBABITOHNG(Aachen) GERMANY

1

@ engelbert essomba bengono
wa bèle raison ,l'ennemi et déjà dans la maison le président pombiya doit montrer la paix qu'il chante depuis 31 ans. en passant chaque cameruonais doit rester très vigilant

Vendredi 20 Décembre 2013 10:12:57
LAPANTHERE CAMEROON

2

notre cher patrie est un pays de paix et de stabilité que notre cher président nous inculque donc à la france de se tenir sur ses gardes car aucun camerounais n'acceptera pas ce désordre invisible, donc laisser notre cher président actuel terminer son processus jusqu'à terme.
venir créer des guerre en afrique et nous faire reculer en arrière en détruisant tout et après nous asphyxié avec des prêts d'argent ça le cameroun n'acceptera pas celà, la guerre n'est pas une bonne chose laisser le président terminer son mandat tranquillement et cesser de l'humilier.

Vendredi 20 Décembre 2013 10:36:50
AFRIK3000(Vitoria) SPAIN

3

engelbert essomba bengono
le schema est clair:

les usa prennent la france en sous main
la france ordonne à idriss deby de couvrir djotodia pour s'emparer du pouvoir...

djotodia s'empare du pouvoir aidé des mercenaires soudanais du darfour...

on attise la haine entre "musulmans" et "chretiens"

ensuite on cri au genocide

on fait l'intervention...

le problème c'est quoi??? qui finance dans cette operation???? rien n'est officiel...

en marketing,il est question de creer un besoin economique qui est dans le cas present: lse armes et la logistique militaire

les contrats d'après guerre, etc...

peu importe le nombre de morts, et les souffrances.

comment s'est fait-il que l'accalmie qu'on a constater en afrique pendant la decennie 1995-2005 est volée en eclat en l'espace de 3ans???
cote d'voire, lybie,mali,centrafrique, sud soudan, rdc bientot le cameroun.

Vendredi 20 Décembre 2013 11:14:23
LEBATISSEUR(Vincennes) FRANCE

4

si, comme on l'a tjrs dit, c'est la france qui avait imposé biya aux camerounais, en toute logique, elle est en droit aujourd'hui de lui reprendre le pouvoir, le dégager et le donner à qui elle veut mnt. je préfère une intervention extérieure face à une dictature d'un compatriote fourbe, incompétent, orgueilleux, hypocrite et sourd.

c'est depuis 1990 que vous aurez dû vous préoccupeer du cameroun et de son devenir, pas mnt que vous sentez que les choses risquent de vous quitter.

bande d'égoistes qui, sur le tard, veulent se faire passer pour de compatriotes.

Vendredi 20 Décembre 2013 11:16:06
DIMITRIMBOUWE

5

cette affirmation selon laquelle la france peut chasser n'importe quel président au pouvoir à l'exemple centrafricain est fausse: les accords de libreville disent clairement que ni djotodia ni le premier ministre ne peuvent être candidat aux élections présidentielles.
c'est en vertu de cela que hollande a fait cette déclaration tout en précisant qu'il ne peut être maintenu au pouvoir selon les accords.
au fait , si un chef d'état veut être maintenu au pouvoir, il n'a qu'à gérer son pays sans guerre civile alors, c'est simple.les français le maintiendront toujours.

Vendredi 20 Décembre 2013 11:52:32
WISEMAN(Rockville) UNITED STATES

6

weeeeeeeeh la racaille politique a yaounde est vraiment entree en mode panique la!!!

"il est donc clair que la rca va donner les maux de tête à tout le monde. surtout au cameroun qui est obligé d’ouvrir sur son sol un corridor terrestre de libre circulation de plus 2500 kilomètres aux forces françaises..."

ah bon??? "obligé" par qui??? et "tout le monde" c'est qui exactement??? enumerez les svp!!!

et le delire continue
"les français ont promis qu’ils partiront aussitôt que les renforts de forces africaines arriveront à bangui. qui peut nous dire quand ces renforts arriveront?"

a qui s'adresse cette question? aux africains qui se font attendre ou aux francais qui n'ont fait que relaye les promesses en grande pompe des africains au sommet de paris mais qui se font attendre a l'epreuve de la pratique?

mais bengono, ton createur biya est "chef supreme" de "l'armee" d'un des pays africains qui se fait attendre!

mais demande lui des comptes pauvre imbeci

Vendredi 20 Décembre 2013 18:53:42
Pas encore enregistré ?
Enregistrez-vous

Chers intervenants,
Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Camer.be. Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.
Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Tous les champs précédés par * sont obligatoires. 1000 caractères maximum

* Email
* Mot de passe
* Commentaire