CAMEROUN::ACTUALITES

Cameroun : Polémique autour de 7000 tonnes de riz toxique bloquées au port de Douala :: CAMEROON

Cameroun : Polémique autour de 7000 tonnes de riz toxique bloquées au port de Douala7000 tonnes de riz marque « Soleil » arrivée au port de Douala et en provenance de Singapour le 09 Février 2013 ont été bloquées au port par les services phytosanitaires. Cette cargaison dans un premier temps déclarée toxique et impropre à la consommation ne sera pas détruite mais subira des analyses physico-chimiques et microbiologiques  afin de vérifier sa qualité.
La dénonciation est faite par l’Organisation Non Gouvernementale Camerounaise Protection des droits humains et des citoyens. Saisi par une organisation partenaire basée dans le pays d’exportation, l’O.N.G a déposé une plainte auprès des autorités judiciaires de la région du Littoral.

Suite au blocage des 143000 sacs de riz au port de Douala, le Ministre de l’Agriculture a effectué une descente sur le terrain afin de s’entretenir avec les parties concernées (les responsables des services phytosanitaires du port de Douala, l’importateur de la cargaison Mr Mohaman LABO,  et les responsables de l’O.N.G dénonciatrice) a estimé que la décision de bloquée la cargaison de riz  était précipitée et nécessitait une analyse par des laboratoires compétents.

Cette sortie du Ministre qui avait pour objectif d’atténuer la polémique, contribue néanmoins à mettre à nu des hésitations qui ne sont pas de nature à rassurer le consommateur. Elle remet au-devant de la scène la problématique du contrôle de la qualité des produits alimentaires consommés sur le territoire nationale. Le riz est devenu l’aliment de base le plus consommé dans les ménages Camerounais. Tout produit toxique véhiculé par ce produit de grandes consommations augmentent de façon significative les risques sanitaires.

Dans cette affaire, on est en droit de se demander pourquoi c’est le Ministre de l’agriculture et du développement rural Mr Essimi Menye qui est monté au traineau pour demander que des analyses de laboratoires soient effectuées, alors que des services de contrôle phytosanitaires sont responsables de cette procédure. Cette sortie du Ministre ressemble à un désaveu des services phytosanitaires en poste au port de Douala.

Il est aussi à noter qu’il existe depuis quelques années une norme Camerounaise sur le riz (la norme NC 92),  élaborer et homologuer  par l’Agence des Normes et de la Qualité (ANOR) qui est aussi charger de certifier la conformité des produits avant leur autorisation de mise en vente sur le marché Camerounais. Cependant,  l’ANOR  jusqu’ici a décidé de réagir à cette polémique par un silence assourdissant.

Personne ne dit si des analyses préalables ont été effectuées sur cette cargaison avant son embarquement et à son arrive au port de Douala. Plus grave, le Ministre qui préconise  ces analyses de laboratoires ne précisent par les paramètres de qualité et de sécurité à contrôler, ni sur les références normatives et règlementaires, encore moins, sur les laboratoires désignés pour effectuer les prélèvements et les différents essais.

Pourtant la transparence dans la procédure scientifique est la seule garantie acceptable pour une évaluation des risques sanitaires qui permettra d’identifier les potentiels risques sanitaires liées à la consommation de cette cargaison de riz.

Au milieu de la flopée des marques de riz qui inondent nos marches, il serait important d’étiqueter ces produits afin d’offrir une garantie aux consommateurs. Les aliments que nous consommons au quotidien constituent un vecteur important d’empoisonnement important et à ce titre devrait faire l’objet d’une surveillance particulière avant une éventuelle mise sur le marché. Aussi il est urgent qu’une agence sur la sécurité sanitaire des aliments soit mis sur place afin de protéger la santé des consommateurs.

© Correspondance de : Pouokam Guy Bertrand
PDF
0
Pas encore enregistré ?
Enregistrez-vous

Chers intervenants,
Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Camer.be. Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.
Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Tous les champs précédés par * sont obligatoires. 1000 caractères maximum

* Email
* Mot de passe
* Commentaire