CAMEROUN::ACTUALITES

Cameroun/Sénat: Message de Abba Aboubakar aux leaders des Partis politiques et ceux de la société civile au Cameroun :: CAMEROON

Cameroun/Sénat: Message de Abba Aboubakar aux  leaders des Partis politiques et ceux de la société civile au Cameroun"En tout état de cause, les actions communes de CONTESTATIONS sont inéluctables car, le destin du Cameroun nous interpelle tous. Le monde nous entend, nous observe et nous regarde faire. Il n’y a pas que Monsieur Paul Biya et ses acolytes du RDPC qui détiennent les atouts et le monopôle de servir le Cameroun indéfiniment".

REPUBLIQUE DU CAMEROUN                                        REPUBLIC OF CAMEROON
      Paix - Travail – Patrie                                                Peace - Work – Fatherland
           -----------------                                                                      ---------------
CONVERGENCE SOCIALE                                            SOCIAL CONVERGENCE
POUR LE DEVELOPPEMENT                                         FOR DEVELOPMENT
            -----------------                                                                      ---------------
                                                                                                          
                                                                                                       Yaoundé, le 1er mars 2013
 Réf : L/CSD/CO                                                                                                             Le Coordonnateur
0123 /L/CSD/CO                                                                                                       A
                                                                                          Mesdames et Messieurs les leaders des
                                                                                                   Partis politiques et ceux de la société civile
                                                                                               au Cameroun
Objet : Concerne l’élection impromptue des
             Sénateurs.                                                              
 
          Mesdames, Messieurs.
          Par deux décrets simultanés, Monsieur Paul Biya a convoqué fortuitement le corps électoral en vue de l’élection des Sénateurs perturbant de ce fait les initiatives portées sur les inscriptions dans les listes électorales.
          Il s’agit notamment du décret n°2013/056 du 27 février 2013 portant convocation du collège électoral en vue de l’élection des Sénateurs et le décret n°2013/057 du 27 février 2013 fixant les modalités de prise en charge par l’Etat des frais afférents à la participation des membres du collège électoral au scrutin sénatorial.
          Je commence par le deuxième décret n°2013/057 du 27 février 2013 concernant la prise en charge par l’Etat des frais afférents à la participation des membres du collège électoral au scrutin sénatorial, pour rappeler vos hautes attentions sur ce qui suit : Cet acte vient alors confirmer publiquement l’achat des consciences dont les candidats de l’opposition sont toujours victimes et tant décrié lors des différentes élections passées.
           Dans aucune des dispositions électorales au Cameroun, il n’est fait mention nulle part de la prise en charge par l’Etat du collège électoral encore moins de l’électeur ou de ce qui en tient lieu. En revisitant la loi n°2006/005 du 14 juillet 2006 fixant les conditions d’élection des sénateurs en son article 26, il est clairement écrit : « Des décrets déterminent en tant que de besoin les modalités d’application de la présente loi. » Cela dit, cette disposition précise des modalités applicables par décret aux élections sénatoriales sans invoqué aucun débours financier au collège électoral quel qu’il soit.
           D’ailleurs, le législateur Camerounais n’a prévu aucun décaissement dans le cadre des élections au profit des électeurs quel qu’en soit le type d’élection en dehors des dispositions de la loi n°2000/015 du 19 décembre 2000 relative au financement des partis politiques et des campagnes électorales (exclusivement).
           Eu égard à ce qui précède, le peuple Camerounais est fondé de s’apercevoir que désormais, le décret du Président de la République est au dessus de la loi ! Par conséquent, cet acte officiel amplifie vraisemblablement un détournement des deniers publics pur et simple connaissant le parti ayant le plus grand nombre des conseillers.
            S’agissant du premier décret n°2013/056 du 27 février 2013 visant la convocation du collège électoral en vue de l’élection des Sénateurs.
            Certes, notre combat commun à travers nos différentes actions politiques depuis la rencontre tripartite de 1991, a toujours porté sur la mise en place des institutions démocratiques dans notre pays. Ainsi, nul parmi nous ne peut réfuter la mise en place de ces institutions prévues depuis 17 ans dans notre Constitution et fruits de nos durs labeurs de négociation lors de la tripartite.
             Mais alors, accepterions-nous leur mise en place dans l’illégalité ? Pour moi, NON et NON.
             Il n’est point utile de le rappeler ici, car, vous le saviez autant mieux que moi, l’illégitimité de nos conseillers municipaux encore en place par le truchement du décret de portée d’intérêts personnels de Monsieur Paul Biya ! Dans cette circonstance, comment accepter un mandat digne aux Sénateurs à travers ces décrets surtout pour la mise en place de cette institution chargée également de légiférer sur des lois ?
            Aussi, voudrais-je appeler la conscience générale des Camerounais et particulièrement celle de VOUS, leaders des partis politiques et la société civile, sur la gravité d’un tel acte qui menace la démocratie, méprise les contradicteurs politiques du régime de Monsieur Biya et par delà, bafoue le peuple et les règles du bon sens de Gouvernance démocratique. En tout état de cause, les actions communes de CONTESTATIONS sont inéluctables car, le destin du Cameroun nous interpelle tous. Le monde nous entend, nous observe et nous regarde faire. Il n’y a pas que Monsieur Paul Biya et ses acolytes du RDPC qui détiennent les atouts et le monopôle de servir le Cameroun indéfiniment.
             Dans cet ordre d’idée, tout en prenant à témoin l’opinion nationale et internationale, je forme des vœux et lance un vibrant appel à l’endroit des leaders des partis politiques ci-après :
-          SDF ;
-          UDC ;
-          ADD ;
-          MP ;
-          MDP ;
-          MLJC ;
-          AFP ;
-          RCPU ;
-          MRC ;
-          CPP ;
-          PDC
-          PADDEC ;
-          DYNAMIQUE
             Et bien d’autres partis ainsi que des organisations de la société civile dont je n’ignore pas le dynamisme et la détermination dans l’action, à éviter de porter leur caution à ce énième coup d’état politique que Monsieur Paul Biya veux perpétrer contre la démocratie et le peuple Camerounais comme en 2008 avec la Constitution.
              Sauvons la démocratie dans notre pays, sauvons le peuple Camerounais pris en otage dans son choix embrigadé par l’un de nous (leader politique) fut il au pouvoir et parvenu au sommet par la voie bureaucratique que d’élection. En laissant faire cette mascarade, notre image d’opposants politiques en dépens.
              Je lance également un appel pressent à l’endroit de Messieurs les présidents : Ni John Fru Ndi, (SDF) ; Adamou Ndam Njoya, (UDC), Garga Haman Adji, (ADD), Maurice Kamto (MRC), Ekindi Jean Jacques (MP) et Louis Tobie Mbida (PDC) à l’urgence d’une rencontre de réconciliation inconditionnelle entre eux et des stratégies communes. L’heure a sonné et le peuple vous jugera à jamais. Vivement, à vos ententes.
              Même si vous avez déjà pris l’initiative de participer à cette mascarade, il n’est toujours pas tard pour vous de renoncer pour le bien du peuple dont vous ne manquerez pas du tout de soutien en lieu et place de ces faux décrets qui semble vous infantiliser derrière ce bourreau au pouvoir et braqueur de vos atouts politiques.
              Pour ma part, en ma qualité d’ancien leader d’un parti politique ayant des conseillers municipaux, et actuellement coordonnateur du mouvement civil dénommé ‘’Convergence Sociale pour le Développement’’ (CSD), je suis disposé à tout appel visant l’œuvre d’alternance et/où la transition pacifique en lieu et place de ce régime du renouveau national, héritier des oripeaux dictatoriaux de Gouvernance et perpétuellement en mal de bon sens.
             Comme piste d’action que des littératures et des vaines spéculations, je propose la concentration immédiate de nos efforts de contestations concernant cette fameuse élection sénatoriale à Yaoundé dans la deuxième quinzaine du mois de mars en cours. A cet égard, des concertations constructives y afférentes me semble nécessaire à travers nos différents contacts.
             Ce à quoi, la société civile et la diaspora Camerounaise devront apportés leurs contributions comme d’habitude, à l’œuvre de la reconstruction nationale et seul, le peuple sera notre leader jusqu’à la victoire finale.
             Par ailleurs, je vous prie de trouver ci-joint en annexe, une correspondance en réponse à mes initiatives déjà avancées pour le changement pacifique au Cameroun et est sans doute la cause du déplacement tant recherché en catastrophe de Monsieur Biya en compagnie d’une pléthore de ses ministres dernièrement en France sous les fallacieux prétextes de visite de travail économique. Ceci et bien d’autres actions que vous n’avez de cesse mené pour la promotion de la démocratie dans notre pays, sont probablement à l’origine de cette mise en place en catimini des instituions constitutionnalisées et en veilleuses depuis 1996.
              De même, je vous prie de revisiter minutieusement pour référence, ce mémorandum que ce dernier est déjà entré en possession pour davantage nous édifier.
              Espérant que tout ce qui précède retiendra vos habiles attentions,
             Je vous prie d’agréer Mesdames, Messieurs, l’expression de ma très haute considération. 
  
                                                                                                                  Le Coordonnateur
                                                                                                                                             
                                                                              ABBA  ABOUBAKAR
 
©Abba Aboubakar: correspondance particulière
PDF
1
GAMBOSAN GERMANY

1

il y a beaucoup de partis dormeurs comme ca au pays?

Lundi 04 Mars 2013 08:48:16
Pas encore enregistré ?
Enregistrez-vous

Chers intervenants,
Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Camer.be. Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.
Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Tous les champs précédés par * sont obligatoires. 1000 caractères maximum

* Email
* Mot de passe
* Commentaire