CAMEROUN::ACTUALITES

Cameroun/Microfinance-Crise à la Fiffa: Le gouvernement désamorce la bombe :: CAMEROON

Cameroun/Microfinance-Crise à la Fiffa: Le gouvernement désamorce la bombe«Je tiens à rassurer l’opinion publique et les clients de la Fiffa qui n’ont pas pu percevoir leurs salaires, que l’Etat du Cameroun, la puissance publique, a pris les mesures idoines pour que dès demain 4 septembre 2012, les ressources affectées au paiement des salaires soient accessibles dans le réseau de la Fiffa». Alamine Ousmane Mey, le ministre des Finances, a tenu à faire cette annonce hier soir dans son cabinet.

Après avoir reçu tour à tour de hauts responsables des forces armées nationales, et de la microfinance citée. Le Minfi explique que «ces mesures visent à assurer l’opinion publique que le ministère des Finances veillera toujours à ce que le système financier se porte bien. Nous ne lésinerons sur aucun moyen pour que ceux-là qui devraient bénéficier de leurs salaires soient totalement satisfaits, en retournant dès demain, 4 septembre 2012 au niveau des guichets de la Fiffa pour que les ressources qui ont été virées, puissent être accessibles, avec l’appui du Trésor public, avec l’appui des services de la Fiffa pour rendre disponibles les ressources auxquelles les personnes qui n’ont pas pu bénéficier de ces ressources puissent en bénéficier». Présentant ainsi l’Etat du Cameroun comme un bienfaiteur, mais sans véritablement crever l’abcès.
 
Que s’est-il passé pour que l’Etat soit urgemment au chevet de cette microfinance, et pas de l’ensemble ? Rien à se mettre sous la dent. Et pourtant, Alamine Ousmane Mey qui se félicite de ce que «le système ait pu satisfaire largement ces besoins des Camerounais», indique que «nous avons, dans le cadre du traitement de la solde des personnels de l’Etat, exécuté convenablement les opérations liées au virement de la solde du personnel». Comme pour dédouaner, s’il en est besoin, l’Etat, au cas où. Car admet-il, admet-il, «la coopérative Fiffa n’a pas pu satisfaire ces besoins». Le ministre tient au respect de la forme de communication choisie : le point de presse. Et donc aucune question n’est admise.
 
Plus qu’un incident
 
Mais en filigrane, l’argentier national confirme le malaise qui couve à la First investment for financial assistance (Fiffa) depuis quelques mois. La semaine dernière, une escouade d’hommes en ténue (militaires, policiers et gardiens de prison) ont pris en otage le personnel de l’agence d’Akwa (Douala) de cette microfinance, pour n’avoir pas pu rentrer en possession de leurs salaires. Dans les colonnes de Le messager, une responsable de l’agence en question, avait alors avancé que «la banque se porte bien. Il n’y a pas de problème de liquidité. Il est anormal qu’on accorde des faveurs à certains et pas à d’autres. Il n’y a aucun client supérieur à un autre. Tout va rentrer dans l’ordre progressivement». Accusant les hommes en ténue de s’habituer aux découverts.

Faux, rétorquait un autre client : «Nous avons eu des problèmes au mois de mai, au mois de juin et maintenant au mois de juillet», pour conclure à un problème de fonctionnalité. La sortie du ministre hier fait suite à une révolte similaire de la part des clients de la même classe, à l’agence Fiffa de Mélen à Yaoundé, faute d’avoir perçu leurs salaires depuis la fin du mois.
 
En prenant à bras le corps ce problème, le gouvernement camerounais joue au sapeur pompier et tente ainsi de désamorcer une bombe qui n’allait pas tarder à exploser. La période étant délicate. «A la rentrée scolaire, le système bancaire est très sollicité pour accompagner les clients, pour résoudre les problèmes liés à la rentrée scolaire», souligne le Minfi. Alors, «je tenais donc à rassurer l’opinion publique et les clients que les pouvoirs publics ont pris des dispositions pour que les ressources puissent être disponibles dans les meilleurs délais possibles, dès demain 4 septembre 2012», insiste-t-il. Avant de promettre que «dans un avenir proche, je donnerai des explications sur la situation de la Fiffa».

Toujours est-il que les indications semblent tendre vers le rouge dans cette microfinance.

© Lanouvelleexpression : Lindovi Ndjio
PDF
3
PHAPLUAT

1

décidément aucune micro-finance au cameroun n'est à l'abri de l'abus et de la distraction des épargnes des camerounais.

conclusion: il faut les fermer toutes et repenser une nouvelle forme bancaire proche des petits épargnants.

Mardi 04 Septembre 2012 17:31:31
COMONAS

2


si c'est pas biya et sa bande de voleur qui pillent ces micro finances c'est qui donc ?

Mardi 04 Septembre 2012 17:51:26
JEANNE

3

a quand pour cofinest ??

Mardi 04 Septembre 2012 19:02:34
Pas encore enregistré ?
Enregistrez-vous

Chers intervenants,
Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Camer.be. Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.
Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Tous les champs précédés par * sont obligatoires. 1000 caractères maximum

* Email
* Mot de passe
* Commentaire