CAMEROUN::POINT DE VUE

Cameroun,Rupture de la digue du Logone: le risque d’inondation pouvait être évité :: CAMEROON

Innondation Cam:Camer.beSous la pression des eaux de pluie, une digue vient de lâcher dans l’arrondissement de Kay-Kay, dans le Mayo-Danay, province de l’Extrême-Nord, alors que les habitants de la région avaient lancé un SOS moins de 48 H plus tôt, auquel les autorités administratives n’ont pas réagi. Ce mercredi matin, les digues ont donc lâché, libérant des milliers de m3 d’eau sur les populations.

La digue qui longe le fleuve Logone dans cette région, est vétuste et menaçait de se rompre depuis longtemps déjà. Conscients de ce danger qui menace non seulement les vies mais aussi la santé des populations, les Lawans (chefs traditionnels) de certains villages ont pris l’initiative d’écrire au président de la république en février 2012 pour l’interpeller sur cette situation d’insécurité (voir l’annexe au présent communiqué). Ce courrier n’a apparemment pas été pris au sérieux ; il faut dire que le président résidait alors en Suisse…

D’autres appels aux différentes personnes pouvant de droit prendre des mesures d’urgence avant le retour des pluies, sont restés lettres mortes.
Pourtant aucun des responsables de la région n’ignore la situation de ces populations, déjà exposées en 2010 à des catastrophes dues aux pluies diluviennes. On se souvient des victimes directes de l’inondation et de l’épidémie de choléra qui s’en était suivie.

Quelques originaires de la région ont esquissé des solutions anticipatives, craignant le pire, à savoir la catastrophe qui se joue en ce moment. Mais sans moyens ni pouvoir, leurs solutions sont limitées.

Quand les demi-milliard de m³ d’eaux se déverseront, les exutoires vers le lac et les vannes au niveau de Djafga ne suffiront pas pour assurer la décrue nécessaire.

Cette fois-ci, ce ne sont plus seulement les habitants immédiats mais aussi ceux de la plaine du Logone qui sont victimes de ces inondations. Les millions de tonnes d'eau qui menacent et ont commencé à se déverser sur Doreissou, Djafga, Bégué-Plam, Dougui, Kay-Vélé, Grong, Gaya , Kay-Kay , Maga, Pouss, Tékélé et au–delà, ne touchent plus quelques centaines de personnes, de bétail, de champs de mil et de riz qui seront dévastés, mais des milliers. Les survivants à une telle catastrophe seront confrontés aux maladies telles la typhoïde, le choléra et aux conditions alimentaires difficiles.

Actuellement la petite commune rurale de Kay-Kay a distribué quelques sacs de jute aux habitants de la région pour les remplir de sable et colmater les zones les plus dégradées de la digue mais c’est une peine perdue face à la fureur des eaux. Il fallait anticiper et non attendre la période de pluies diluviennes.
En 2003, la World Meteorollogical Organization attirait déjà l’attention des autorités publiques camerounaises sur ces risques, en l’occurrence les Ministères de l’Environnement et des Forêts, le Ministère de l’Eau et de l’Energie, le Ministère de l’Agriculture, le Ministère de la Recherche scientifique.

Qu’a donc fait le Secrétariat Permanent à l’Environnement du Ministère de l’Environnement et des Forêts du Plan National pour la Gestion de l’Environnement. Dans ce plan figurait l’étude et la gestion des eaux de crues de la plaine du fleuve Logone.

Depuis, le danger s’est accru du fait de la réalisation d’une immense digue construite par le Tchad voisin le long de ce même fleuve.

Faudra-t-il envisager la déportation de ces populations, mauvais souvenir de l’époque du développement de la SEMRY ?

Pourquoi aucune réfection n’a été entreprise depuis la construction de la digue dans les années 70 ?

Pourquoi les autorités publiques n’ont pas accordé la moindre attention à ce qui s’annonçait comme une catastrophe environnementale et humaine exprimée par doléance par les chefs locaux ?

Faudra-t-il encore attendre que les dégâts soient commis pour venir distribuer quelques milliers de francs CFA aux survivants, alors que ces derniers auraient préféré que l’on prévienne plutôt ces inondations ?

L’impact d’une telle catastrophe est immense.

© Correspondance : Max SANDJO
PDF
3
CAMERON(Pforzheim) GERMANY

1

planification est un mot vain pour le cameroun.

tant qu'il ya pas mort d'hommes personne ne bouge, tant que les enfants de ministres ne sont pas touchés...personne ne bouge. c le camer d popol. ca fait 3 ans maintenant k le choléra sévit dans ce pays là sans interruption, peu importe la saison. ca veut tout dire!

Jeudi 23 Août 2012 11:55:39
PA''A TAGNE(Payerne) SWITZERLAND

2

les zenfant oohh!!
sai sàlà kon dépasse tous les zotre cameurounais à louesteu.nou maime on norait fey la cotizassion et on nallai réparer le barrajeu si,o lieu datendre queue mpol mbiya vient.ka'amto alait tou feyre.
lotreu chozeu,deupui deupui 1970,on na pa réparer sà là?mama arafat étai pourtan super sécrétaire deu mpol mbiya,il neu pouvait pa écrire dans son supermachine le projet là?après il est parti comeu ministreu du teritoire nassionale,avec son directeur de la katastrofe,il neu lui a pa di queue fey moa quekque choze pour le barajeu de lagdo'o là,si sétait bamenji tu alai voir se queue tu alai voir,on nalai maime fabriquer un otre barajeu à louesteu.sai kèle mak'chansse si?
@cameron le britanicus,mama arafat étai maime voizin du ministre de la planificassion, et il na rien fey...movais cacao o feu...sai seuleument ma plasse de dofin queue il veut,ngassing oohh!!!maime 15 zans on lui doneu comeu o professeur o'toutatis,lui osi nora pa ma plasse quant il sortira

Jeudi 23 Août 2012 18:12:38
PROUDANGLO CAMEROON

3

this is not new story. environmentalist had warned of this for many year. that is why the waza-logone project was created (try to solve the problem by enlarging channels for the water up to waza). the problem in cameroon is that when people have projects, they do not want to listen to any advice. even as i write, nobody is willing to take any advice on the so called major project for 2035. they will say you are against development but they forget that if you disturb nature, it will react!!.

it is a pity that this has happened at last

Jeudi 23 Août 2012 18:33:38
Pas encore enregistré ?
Enregistrez-vous

Chers intervenants,
Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Camer.be. Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.
Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Tous les champs précédés par * sont obligatoires. 1000 caractères maximum

* Email
* Mot de passe
* Commentaire