RD CONGO::ACTUALITES

République démocratique du Congo : Kabila a du souci à se faire :: CONGO DEMOCRATIC

Kabila Fils:Camer.beLe moins que l’on puisse dire de la situation en République démocratique du Congo, c’est que les choses s’accélèrent. Ce pays, grand comme l’Europe de l’Ouest, est de nouveau en proie à une rébellion armée : le M23. Ce nom ferait référence au 23 mars 2009, date à laquelle le Conseil national pour la défense du peuple (CNDP), alors mouvement politico- militaire, avait signé avec le gouvernement un accord pour mettre fin à la rébellion.

C’est ce mouvement  armé qui donne du fil à retordre à Kabila-fils dont le père, Laurent Désiré, on s’en souvient, avait usurpé le pouvoir d’Etat des mains du grabataire Mobutu le 17 mai  1997. Est-ce venu  le tour de Joseph de faire face à une rébellion armée ?
En tout cas, les choses semblent se corser pour lui. Depuis le vendredi 6 juillet 2012, la ville de Bunagana, à la frontière avec l’Ouganda, se trouve aux mains des rebelles du M23 ; Tout comme la ville de Rusthuru.

Après de violents combats, la population et plus de 600 soldats de l’armée congolaise (FARDC) se sont réfugiés en Ouganda. La rébellion dit avoir  récupéré un important stock de matériels et d’armes laissés par les forces régulières congolaises en débandade. Un regain de violence qui a fait plus de 200 000 déplacés et quelque  35 000 réfugiés au Rwanda et en Ouganda.

C’est dire que l’est de la RDC est de nouveau  le théâtre d’une guerre sanglante depuis début mai 2012,  dont les acteurs principaux ne sont autres que d’anciens combattants de la rébellion tutsie congolaise  du Conseil national pour la défense du peuple (CNDP),  lesquels réclament, depuis plusieurs mois, la pleine application des accords signés le 23 mars 2009 entre les autorités de Kinshasa et l’ancienne insurrection.

Et ces revendications se déclinent, entre autres,  en retour des réfugiés congolais qui sont au Rwanda  et en maintien de leur privilège acquis après la signature desdits accords.
Parce qu’il a seulement quelque 2 000 combattants dans ses rangs, nombreux sont ceux qui estiment que ce mouvement armé pourrait difficilement ébranler Joseph Kabila s’il n était activement soutenu par le Rwanda en hommes et en matériel.

En effet, plusieurs rapports indépendants font état de l’enrôlement massif  de Rwandais dans les rangs du M23 ;  chose qui serait suscitée et soutenue par Kigali. «Rumeurs totalement fausses et dangereuses», estime Louise Mushikiwabo, la ministre rwandaise des Affaires étrangères pour qui cette instabilité à l’est de la RDC est une affaire qui relève strictement du gouvernement congolais et de l’armée congolaise.

Difficile de croire que Kigali est blanc comme neige dans cette affaire en dépit des dénégations de son ministre des Affaires étrangères.

Mais quoi qu’il en soit, Kinshasa doit se dépêcher  d’aller   à la table de négociations. A entendre certains observateurs, les forces armées congolaises, laissées à elles, sont incapables de nos jours de juguler cette rébellion.

© L'Observateur Paalga : Boureima Diallo
PDF
2
EXCAMEROUNAIS(Confort) FRANCE

1

a croire qu'il n'y a pas d'issue ni d'horizon propoère pour l'afrique.
on a souvent attribué le pourrissement de la situation politque actuelle de l'afrique à la génération des hommes politiques ayant flirter avec les années d'indépendances.
que dirait-on de cette seconde génaration qui, elle aussi, n'a pour seule ambition que de rester au pouvoir?
les dirigeants malgaches, togolais, congolais, sont des exemples très parlants.

Vendredi 13 Juillet 2012 13:28:20
NARMER(Montpellier) FRANCE

2

voilà mr.kabila, le coût de la modification de la constitution, des élections à un tour pour cause d'éfficience budgétaire selon vos propres raisons.

Vendredi 13 Juillet 2012 12:27:45
Pas encore enregistré ?
Enregistrez-vous

Chers intervenants,
Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Camer.be. Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.
Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Tous les champs précédés par * sont obligatoires. 1000 caractères maximum

* Email
* Mot de passe
* Commentaire