CAMEROUN::ACTUALITES

Cameroun/Lettres ouvertes: L’autoroute Yaoundé-Douala coûtera-t-elle trop cher? :: CAMEROON

Le projet routier le plus attendu de ces vingt dernières années, confié aux Chinois, est attaqué par l'Union européenne, comme le résultat d'un choix mauvais et dispendieux.

LE CONTRAT SIGNÉ AVEC LA CHINA FIRST HIGHWAY ENGINEERING COMPANY LIMITED (CFHECL)
 
Quand l'Union européenne se réveille en janvier 2012 pour faire une proposition de coopération en vue de la construction de l'autoroute, elle est au milieu du gué. Depuis le 8 août 2011, un contrat lie la China first Highway engineering company limited (Cfhecl), entité de la China communications construction company limited (Cccc), au gouvernement. Et les détails du projet de réalisation de la route sont déjà dessinés. On sait par exemple que l'autoroute a été divisée en tronçon dont le premier est en discussion.
 
Ce contrat indique que l'autoroute Yaoundé-Douala sera longue de 215 km, contre 246 km pour l'actuelle route. Depuis la signature du contrat le 8 août, Cfhecl a 12 mois pour boucler les études et la conception. Le gouvernement a donc raison d'annoncer le début des travaux pour l'année 2012, probablement dans le dernier trimestre. Mais aujourd'hui on parle de début 2013. Ces travaux vont durer 48 mois. A ce jour, on sait que l'autoroute sera construite selon les normes chinoises. Les spécifications techniques parlent d'une voie expresse de première classe à deux fois deux voies, avec une largeur de chaussée de 30 mètres, c'est-à-dire trois fois la route actuelle. La vitesse de référence sur l'autoroute sera de 100 km/h. C'est à la signature du marché que la distance de la phase I sera définitivement arrêtée, mais les ingénieurs du ministère des Travaux publics parlent de plus de 70 km, probablement 80 km voire plus, donc à Bot-Makak ou au-delà.
 
LE COÛT D'UNE AUTOROUTE

D'après les indications du contrat signé entre le gouvernement et l'entreprise de construction, la première phase de l'autoroute Yaoundé-Douala coûtera 568 millions de dollars, soit 284 milliards de francs CFA. Ce qui fixe le prix d’un kilomètre d’autoroute à 3.3 milliards environs. «Il faut retenir que dans le type de contrat signé avec la China first highway engineering company, ce coût n'est pas uniquement celui de la construction proprement dite, mais inclut les études et la conception», expliquent les ingénieurs du Mintp.
 
Selon l'Asfa (Association des sociétés françaises d'autoroutes et d'ouvrages à péage) un kilomètre d'autoroute coûte 6 millions d'euros à construire, soit 4 milliards de francs CFA. L'Union européenne propose de construire l'autoroute à 2,5 milliards le km contre 3,5 milliards pour la Chine. La jurisprudence des projets récents, sur laquelle les responsables camerounais se sont appuyés, penchent plutôt pour la Chine, dont la proposition se rapproche de la réalité. De plus, s'interrogent les experts, «depuis quand l'Europe fait-elle concurrence à la Chine sur le coût de fabrication?» Et de citer le second pont sur le Wouri qui, facturé à grands frais, et financé par l'Agence française de développement (AFD), languit dans une querelle entre entreprises de construction françaises.
 
LE TRACÉ: DU HILTON À YINGUI

Le ministre des Travaux publics a opté pour un nouveau tracé totalement différent de l'actuel «axe lourd» Yaoundé-Douala. Ce choix donne l'opportunité de rectification du tracé, qui conduit à réduire la distance à 215 km au lieu de 246 actuels. Selon les estimations effectuées, les coûts des indemnisations se révèlent très élevés dans l'hypothèse d'une autoroute sur le tracé de l'actuelle route. Par exemple à Edéa, ville traversée de part en part par l' «axe lourd», les délogements et relocalisations feraient perdre beaucoup d'argent et de temps. D'autre part, un nouveau tracé implique de nouvelles entrée et sortie pour Douala et Yaoundé.
 
Le tracé le plus actuel de la phase I, qui ne sera définitivement arrêté qu'après les études techniques approfondies, passera par les points suivants: carrefour hôtel Hilton-Nkolbisson-carrefour Mofom-Lobo-Llep II-Manganda-Dibang-Song Mayo-Malô-Bessombé. La suite de la route longera alors le chemin de fer jusqu'à Douala. Ce tracé est différent de celui proposé par les experts techniques chinois et rejeté par la partie camerounaise. Cet itinéraire devait partir du carrefour hôtel Hilton-Matomb-Bot-Makak-Kopongo et Logbadjek jusqu'à l'échangeur de l'aéroport de Douala. Ce qui aurait abouti à la sortie actuelle de Douala.
 
La nouveauté concernant ce projet réside dans les phases suivantes, donc après les 80 premiers kilomètres. Jusqu'ici, on parlait de la boucle autoroutière Yaoundé-Douala-Bafoussam¬Yaoundé, longue d'environ 850 km. Au coût du kilomètre d'autoroute actuel, le Cameroun y laissera plus de 2 000 milliards de francs CFA. Aussi le ministère des Travaux publics est favorable à un schéma en étoile, bien que, ce choix approuvé par tous les experts fasse encore l'objet de réserves de la présidence de la République. La route partira de Yaoundé à Yingui, dans le Nkam, où elle se dédoublera pour aller à gauche à Douala et à droite à Bafoussam. «A chaque fois, on construira des passerelles entre l'autoroute et les routes bitumées existantes», affirment les ingénieurs du Mintp.
 
DE DIFFICILES NÉGOCIATIONS AVEC LES CHINOIS

C'est le 7 juillet 2009 qu'est signé le premier mémorandum d'entente et de collaboration entre Messengue Avom et la China communications construction company, maison-mère de la China first highway engineering company en vue de la réalisation d'une autoroute entre Yaoundé et Douala. Deux semaines plus tard est mis sur pied un comité interministériel de suivi. La 7ème session de la commission mixte Chine-Cameroun permet à Bernard Messengue Avom de rencontrer à Beijing le vice-président de Cccc pour discuter des modalités pratiques du projet autoroutier. En août 2009, le Minepat demande à Eximbank China de financer le projet, ce qui conduit à l'arrivée d'une mission de la banque chinoise à Yaoundé du 7 au 9 septembre 2009.
 
Deux mois plus tard, le 5 novembre, Louis Paul Motazé a signé la première requête officielle de financement de l'autoroute. En 2010, l'heure est aux réglages techniques. Le 26 janvier, Cccc soumet au Mintp un rapport de l'étude de faisabilité. Des ajustements sont apportés à ce document après échanges entre les équipes du Mintp et du constructeur chinois. Le projet prend un petit repos, puis rebondit en début 2011 avec la signature, le 17 février, d'un nouveau mémorandum d'entente, le précédent ayant expiré. Après autorisation du Premier ministre, obtenue le 28 juillet, un contrat de conception et de construction de l'autoroute Yaoundé-Douala a été signé le 8 août 2011 entre le Mintp et la Cfhecl. Et une requête officielle a été transmise à Eximbank China par le Minepat le 31 octobre 2011.
 
Même si l'historique est rapidement remonté, il ne montre pas à suffisance l'âpreté des négociations. A titre d'exemple, les plénipotentiaires camerounais aux discussions ont obtenu que le personnel nécessaire à l'exécution des travaux intègre des Camerounais à l’auteur de 60%. De plus, il est écrit dans le contrat que la Cfhecl «veillera à réserver, à titre préférentiel, au moins 30% de la sous-traitance de ses activités dans le cadre du présent projet aux petites et moyennes entreprises, aux petites et moyennes industries et aux bureaux d'études techniques de droit camerounais.» A certains moments, il y a même eu rupture de négociations avec les Chinois, dit en substance un responsable du Mintp impliqué dans le dossier.

© Repères : Parfait N. Siki
PDF
3
ARSENIX(Mannheim) GERMANY

1

l´idee de faire passer cette autoroute par yingui dans le nkam est genial on devrai prilegier les zones qui jusqu´ici sont totallement enclaves. les infrastructures actelles sont deja en place de toutes les facons. ainsi on aura avec la solution en etoile facillement un projet a 3 phases:

phase 1: douala-yingui
phase 2: younde-yingui
phase 3: bafoussam-yingui

on pourrait meme donner chaque phase à une entreprise differente question de ne pas mettre tous ses oeufs dans le meme pagner et ainsi faire jouer la concurence, à l´exemple de l´axe yaoundé-bafoussam à l´epoque réalise par plusieurs entreprises differentes. bon ca c´etais l´epoque où on avait de dirigeant patriotes...

Samedi 14 Juillet 2012 18:53:00
JBLOOG.BLOGSPOT.COM CAMEROON

2

les africains commencent seulement à se réveiller de centaines d'années de sommeil à eux administrés par les européens et américains. maintenant que les financements des projets des droits de l'homme et des minorités sexuelles dans un pays où beaucoup de personnes vivent avec moins d'un dollar par jour ont été démasqués, les voilà maintenant à discuter des marchés avec l'un des constructeurs les plus compétitifs du marché.où étaient-ils jusqu'ici pour que le cameroun attende le 3e millénaire pour avoir sa première autoroute? malheureusement pour eux, la déchéance ne fait que commencer.

Vendredi 13 Juillet 2012 17:11:47
ONELOVE(Sheffield) UNITED KINGDOM

3

l'heure n'est plus aux projets,mais aux realisations.popol doit cesser de nous prendre pour des cons apres 30 ans de sommeil.

Vendredi 13 Juillet 2012 16:33:15
Pas encore enregistré ?
Enregistrez-vous

Chers intervenants,
Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Camer.be. Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.
Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Tous les champs précédés par * sont obligatoires. 1000 caractères maximum

* Email
* Mot de passe
* Commentaire