Cameroun::Cameroon Cameroun::Cameroon

CAMEROUN::ACTUALITES

Cameroun - Pénurie d’eau : Bientôt le bout du tunnel :: CAMEROON

Cameroun - Pénurie d’eau : Bientôt le bout du tunnelPrès de 40 milliards pour remonter la capacité de production en eau potable dans les principales villes du Cameroun

Les Yaoundéens pourront-ils réellement sortir du cauchemar des sempiternelles pénuries d’eau que connaît la capitale politique, et ce depuis des décennies ? La question a réuni ce jeudi 24 mai 2012 à Douala, les responsables en charge de la production et de la distribution l’eau.
A la sortie de la concertation ayant réuni le ministre de l’eau de l’énergie Basile Atangana Kouna, et des différents responsables des entreprises Camwater et Cde (Camerounaise des Eaux), au regard des nouvelles dispositions prises par les principales compagnies de production et de distribution d’eau potable au Cameroun, La question vaut son pesant d’or.

Et pour cause une convention vient d’être avec l’agence française de développement. 40 milliards seront donc alloués au gouvernement camerounais, à l’effet de remonter la capacité de production de 50% en eau potable dans la ville de yaoundé, et dans trois villes secondaire, à savoir : Edéa, Bertoua et N’Gaoundéré. L’annonce a été faite par le directeur de l’agence française de développement, Jean Alexandre Egea.

L’eau c’est la vie, a-t-on coutume de dire. Si cette assertion est vraie pour certains, elle l’est moins pour la population de Yaoundé et de ses environs, qui depuis des décennies vivent le cauchemar des interminables et inexplicables pénuries d’eau. Une situation qui a fragilisé une certaine tranche de la population, qui ne pouvant s’approvisionner en eau potable à des points d’adductions appropriés, a commencé à consommer une eau de provenance peu recommandable, pour l’hygiène et la santé des riverains.

C’est ainsi que puits et forages ont vu le jour dans les quartiers les plus populaires de la ville. C’est ainsi également que les maladies telles que le choléra, fièvre typhoïde ont pu trouver nid au sein de cette population. Une situation qui a souvent déclenché la colère des riverains, abandonnés à eux dans cette quête du précieux liquide, parfois au prix de leur vie. « Le gouvernement promet et promet toujours, mais rien jusqu’ici ne change.

Nous restons deux voire trois jours sans eau, et cela quasiment chaque semaine » se plaint un riverain. Au quartier dit damas, c’est la désolation. Ici point d’adduction d’eau, les populations se débrouillent comme elles peuvent. Ce sont des camions citernes, appartenant pour la plupart des cas à des entreprises privées, stationnés au coin de la rue qui vendent le précieux liquide. Quoique les prix proposés par ces mini structures soient exorbitants, (le litre d’eau se vendant à 10F), pour ces habitants de Damas, il ne se trouve aucune autre alternative.

Pourtant les services publics n’ont de cesse d’annoncer le renforcement de la production de l’eau potable dans la capitale politique, siège des institutions et des représentations diplomatiques à coup de milliards. Comme à l’accoutumée, face à la frilosité affichée des pouvoirs publics à résoudre le problème d’eau dans les principales villes du pays, le gouvernement a fait appel aux institutions internationales.

On pourrait toutefois s’interroger, sur les innombrables financements que reçoit l’autorité en charge de l’eau au Cameroun, puisque que jusqu’alors, les choses n’ont jamais réellement changé, et ce malgré les multiples annonces d’octroi d’aide dont a souvent bénéficie le gouvernement. Quoiqu’il en soit, de l’avis des structures concernées, si ce nouvel octroi de l’agence française de développement est utilisé à bon escient, la ville au sept collines verra bientôt le bout du tunnel en matière d’approvisionnement en eau potable.

© Aurore Plus : Flore Honga
 
4
CAMERDEMAIN(Trier) GERMANY

1

chère flore honga,
plus-haut vous faites une liste des localites pour lesquelles cette aide financière var être débloquée. et plus tard vous prétendez que si l'argent est utilisé à bon escient alors yaoundé vívra la fin de son cauchemar qu'est la pénurie de l'eau; hors sur votre liste des localités concernées, yaoundé n'existe pas. alors je ne comprends pas cette logique et ainsi aussi votre titre. de là à croire que vous voulez que cet argent soit "détourné" de son but premier pour être investi dans yaoundé... ce serait un autre détournement auquel je m'oppose.
qt à tout le reste, non, même les localités visées ne verront pas d'amélioration de leur niveau de vie, car le problème de pénurie n'est pas faute de moyen, mais plus à cause du détournement et de la mauvaise volonté. en journaliste vous devriez le savoir.

Samedi 26 Mai 2012 10:36:15
BIYABIVOLEUR(Brussels) BELGIUM

2

pourquoi faudrait-il toujours attendre de l'aide des pays étrangers pour le bien être du peuple alors que nous avons toutes les ressources qui peuvent nous permettre d'avoir tout ce donc nous voulons ? haaaaaaaa le cameroun c'est le cameroun vive les grandes réalisations toujours à attendre des aides jusque quand?

Samedi 26 Mai 2012 14:47:14
BEBETO

3

@peterch,
merci frère pour ces différentes questions posées. le cameroun est devenu un pays où même pour poser un réseau d'eau potable, il faut faire appel aux étrangers; quelle honte!
c'est comme si nous sommes rentrés plus de 40 ans en arrière.
avec le rdpc, on ne prévoit rien:
* la station d'eau d'edéa par exemple est construite depuis plus de 50 ans et rien d'autre n'a été fait entre temps et vous dites que ce pays est dirigé? on prélève pourtant les impôts chaque jour et chaque mois. beaucoup d'autres villes sont ds la même situation. on n'anticipe rien mais on dit qu'on dirige...
* c'est à edéa que la fièvre typhoïde a réapparu en 1999...
* le cholera qui a disparu ds presque tous les pays a réapparu au cameroun, berceau de nos ancêtres. quelle désolation! et vous dites tjs que nous sommes gouvernés?
que ''ces mangeurs de savon'' dégagent car les vrais enfants valables de ce pays doivent redresser le bateau en dérive.

Lundi 28 Mai 2012 12:29:09
BEBETO FRANCE

4

aujourd’hui, ces députés rdpc qui continuent à voter ce que le peuple tout entier rejette subiront un jour. il n’y a qu’à voir marafa aminou yaya qui est cloué par le même système qu’il a créé, géré et qu’il soutenu pendant des années.
* chers députés, vous subirez le même sort car le peuple n’aura pas d’excuses pour vous. un peu partout, vous avez fait des détournements de biens publics ; certains bâtiments administratifs et certains financements sont entrés ds vos poches et tout ceci ressortira le moment venu. exemple de l'ancienne sous préfecture d’edéa qui a finit par appartenir à mme tchoues alors qu'au départ c'était affiché'' la maison de la femme'' financée par l'argent de l'état.elle a fini par s'en accaparer...par quels moyens?on le saura.
*cette même justice à tête chercheuse se retournera contre lui et il subira le même sort du système qu’il n’a pas contribué à marcher ds la voie du respect des institutions. wait and see.

Lundi 28 Mai 2012 12:33:22
Pas encore enregistré ?
Enregistrez-vous

Chers intervenants,
Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Camer.be. Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.
Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Tous les champs précédés par * sont obligatoires. 1000 caractères maximum

* Email
* Mot de passe
* Commentaire