Camer.be
Mercato : Les internationaux camerounais vers des destinations exotiques :: CAMEROON
CAMEROUN :: SPORT Mercato : Les internationaux camerounais vers des destinations exotiques :: CAMEROON
  • Quotidien Mutations : Désiré Domo
  • jeudi 26 juillet 2018 09:35:02
  • 6561

Mercato : Les internationaux camerounais vers des destinations exotiques :: CAMEROON

Des Lions indomptables rallient des « championnats de seconde zone », à moins d’un an de la Can 2019.

Les nouvelles destinations des internationaux footballeurs camerounais préoccupent plus que jamais leurs compatriotes. Depuis l’ouverture du marché des transferts en juin dernier, l’on assiste à une véritable ruée vers des championnats moins médiatisés, à la réputation bas de gamme, du moins de niveau moyen. C’est le cas de Sébastien Siani (31ans), Adolphe Teikeu (28 ans) et Léandre Tawamba Kana (29 ans) qui quittent respectivement Royal Antwerp en Belgique, Fc Sochaux en France et Partizan Belgrade en Serbie pour rallier Al Jazira aux Emirats Arabes Unis pour le premier et Ohod de Médine et Al Taawoun en Arabie Saoudite pour les deux autres.

Ces joueurs, régulièrement sélectionnés au sein de l’Equipe nationale de football, rejoignent sur la liste des amateurs des destinations exotiques leurs coéquipiers Christian Bassogog (Henan Jianye) et Benjamin Moukandjo (Beijing Rehne). Le meilleur joueur de la Coupe d’Afrique des nations (Can) 2017 et le capitaine des Lions indomptables évoluent tous en Chine depuis la saison dernière. Ce qui semble avoir réduit leur compétitivité.

Beaucoup d’analystes estiment que cette ruée est motivée par l’appât des pétrodollars. Ce d’autant plus que certains étaient encore, au moment du mercato, reliés à leurs clubs par un contrat. Léandre Tawamba, pour ne prendre que ce cas, a été sacré champion cette saison avec le Partizan Belgrade (Serbie) avec en prime le titre de meilleur buteur de son équipe camer.be. Des performances qui lui ont valu une première convocation au sein de l’Equipe nationale du Cameroun face au Koweït en mars dernier. Mais, curieusement, le joueur a décidé d’aller chercher fortune ailleurs, dans une arène moins cotée.

Les cas suscités ne représentent qu’un échantillon. Ce qu’il faut dire ici c’est que les joueurs camerounais évoluant à l’étranger ne font plus courir les recruteurs. Nombreux d’entre eux ne jouent plus, comme à une certaine époque, dans de grands clubs européens, à l’instar du Fc Barcelone ou de Chelsea. Rendus pour la plupart presqu’au crépuscule de leur carrière, ils préfèrent s’engager avec des clubs « no name », des championnats peu glorieux. Un choix que des Camerounais ont du mal à digérer, surtout que le pays s’apprête à abriter la Coupe d’Afrique des nations de football, dans 11 mois. Au-delà de l’organisation, l’enjeu c’est de conserver le trophée remporté de haute lutte au Gabon, deux ans auparavant.

« Tous ceux qui jouent dans des championnats de très faible niveau doivent être bannis », enrage un internaute sur le site internet camerounais Camfoot. D’autres ne voudraient plus les voir porter les couleurs nationales du Cameroun. « Teikeu peut aller jouer où il veut, c’est son problème. D’ailleurs l’Arabie Saoudite c’est son niveau. Mais, appeler un joueur qui évolue dans ce genre de championnat chez les Lions, serait absurde. Mieux un joueur local », écrit un supporter des Lions indomptables.

« Nous devons avoir une équipe compétitive à la Can. Ne doivent prendre part que ceux qui sont en jambes, que ceux qui sont performants en clubs », renchérit Bata Djam, entraîneur de football. Le poids de l’âge serait donc la raison majeure pour laquelle des internationaux Camerounais filent en Asie et au Proche- Orient. Pour l’heure, Ils sont peu qui évoluent dans de grands championnats. L' information claire et nette On peut citer Vincent Aboubakar qui officie au Fc Porto au Portugal, Nicolas Nkoulou et Karl Toko Ekambi du Fc Séville et de Villarreal en Espagne, André Onana de l’Ajax Amsterdam au Pays-Bas, Zambo Anguissa de l’Olympique de Marseille en France et Fabrice Ondoa du Kv Ostende en Belgique. A l’opposé des internationaux nigérians, sénégalais et ivoiriens qui évoluent en grande partie en Europe. En dehors des « voyageurs du Proche-Orient et de l’Asie », Georges Mandjeck s’est engagé hier mardi 24 juillet en Israël. Henri Bedimo et Clinton Njié sont en ballotage à l’Olympique de Marseille. Tout comme Benoît Assou-Ekotto, libre de tout contrat et qui appelle au secours.

« Peu importe le défi. En Belgique, en France… n’importe où, je pense que c’est la dernière année de football que je vais faire », martèle l’international camerounais. A l’observation, à 11 mois de la Can 2019, l’urgence d’un nouvel entraineur à la tête des Lions indomptables pour rassembler les joueurs compétitifs autour d’un projet de jeu est signalée. Deux challenges pointent à l’horizon. D’abord la période des matchs amicaux programmés par la Fédération internationale de football association (Fifa), en août prochain, et la deuxième journée des éliminatoires de la Can 2019 en septembre courant.

26juil.
Lire aussi dans la rubrique SPORT
Vidéo