Camer.be
Exactions présumées de l'armée : L'Union européenne refuse de condamner le Cameroun :: CAMEROON
CAMEROUN :: POLITIQUE
  • Quotidien Mutations : Ludovic Amara
  • jeudi 19 juillet 2018 11:14:07
  • 3778

Exactions présumées de l'armée : L'Union européenne refuse de condamner le Cameroun :: CAMEROON

Le coprésident de l’Assemblée parlementaire des Acpa dit attendre la fin des enquêtes ouvertes pour établir les responsabilités.

Cela tenait plus du cours magistral que du discours, ce qu’a prononcé Louis Michel, député européen et coprésident de l’Assemblée parlementaire paritaire Afrique Caraïbes Pacifique – Union européenne (Acp-Ue), hier 17 juillet au palais des congrès de Yaoundé. Pendant une vingtaine de minutes, le parlementaire européen, qui a pris la parole à l’occasion de la cérémonie d’ouverture de la 16ème réunion régionale de l’Assemblée parlementaire paritaire Acp-Ue, est revenu sur la situation sociopolitique que traverse le Cameroun à travers les guerres contre Boko Haram et contre séparatistes du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.

Et sur ce 2è sujet, Louis Michel, a commencé : « Votre pays et la Rdc (République démocratique du Congo, Ndlr) connaitront des élections cette année […]. Il est capital pour la stabilité de la sous-région de réussir ces élections en s’appuyant sur les valeurs d’égalité entre les hommes et les femmes quelle que soit leur appartenance ethnique, politique, culturelle et religieuse ».

L’élu européen a aussitôt embrayé sur l’actualité autour des exactions dont se serait rendue coupable l’armée camerounaise dans sa lutte contre les groupes armés ; « alors je suppose qu’ici tout le monde s’attend à ce que je dise un mot à propos de la diffusion de vidéos et de photos […] insoutenables et choquantes », a-t-il commencé ; avant de poursuivre prudemment : « tant que cela n’aura pas été authentifié, tant qu’on aura pas la clarté complète sur cette question, je ne souhaite pas les commenter publiquement ».

Louis Michel va alors enchainer : « je pense qu’il est important de souligner et de saluer d’ailleurs l’annonce qui a été faite par les autorités de votre pays d’initier une enquête qui devrait permettre d’identifier les responsabilités et de traduire en justice les auteurs de ces actes abominables pour qu’ils puissent payer ». L'information claire et nette. Après cette précision, le parlementaire européen a tenu à exprimer« au nom de l’Union européenne », toute la compassion à l’égard de la population victime de ces actes.

Depuis quelques semaines en effet, une polémique fait rage sur les auteurs d’une vidéo montrant des hommes en tenue militaire abattre deux femmes avec leur bébé sur le dos. Malgré le démenti du gouvernement, Amnesty International soutient qu’il s’agit de soldats camerounais engagés contre Boko Haram. Des sources annoncent cependant que les militaires impliqués dans cette tuerie sont désormais aux arrêts.

19juil.
Lire aussi dans la rubrique POLITIQUE
Vidéo