Camer.be
Cameroun, Plan d'Assistance Humanitaire d'Urgence : Marcel Niat Njifenji et le Bami-power collectent plus de 430 millions. :: CAMEROON
CAMEROUN :: SOCIETE Cameroun, Plan d'Assistance Humanitaire d'Urgence : Marcel Niat Njifenji et le Bami-power collectent plus de 430 millions. :: CAMEROON
  • Camer.be : Alain Ndanga
  • mardi 10 juillet 2018 17:33:58
  • 3939

Cameroun, Plan d'Assistance Humanitaire d'Urgence : Marcel Niat Njifenji et le Bami-power collectent plus de 430 millions. :: CAMEROON

Cette contribution des fils et filles de la Région de l’Ouest vient largement en tête dans l’opération de solidarité nationale, lancée le 20 juin dernier sur hautes instructions présidentielles.

« Je suis venu avec mes frères répondre à l’appel du Chef de l’Etat. C’est l’occasion ici de dire que nous souffrons autant que nos frères qui subissent les frasques de la guerre, de l’insécurité dans les Régions du Sud-ouest et du Nord-ouest. Nous sommes ici pour rechercher la paix». C’est en ces mots empreints de douleur et de compassion que Niat Njifenji Marcel, Président du Sénat, deuxième personnalité de la République du Cameroun, aux côtés de sa tendre épouse, accompagné du secrétaire général du comité central du Rdpc, des membres du Gouvernement originaires de l’Ouest, des autorités administratives et traditionnelles, a ouvert le bal des contributions des forces vives de la Région du soleil couchant, corrélant avec le Plan d’Assistance Humanitaire d’Urgence, ce 7 juillet 2018 dans la salle de conférence des services du Gouverneur.

Un coup réussi

C’est avec le sourire aux lèvres qu’à à fin des cérémonies, la bande à Niat Marcel s’est levée pour chanter à tue-tête, l’hymne national du Cameroun dans son entièreté. Dans son discours d’ouverture, il avait demandé aux poids lourds de la Région de l’Ouest d’enfoncer profondément la main dans la poche. Ils l’ont fait et de la plus belle des manières. La somme de 430 millions 111 milles a été collectée.

Dans la phase protocolaire de la cérémonie, le Gouverneur, représentant du Président de la République a donné les orientations gouvernementales au sujet de ladite opération, après qu’Emmanuel Nzete, délégué du Gouvernement auprès de la communauté urbaine de Bafoussam, dans ses envolées rhétoriques habituelles, ait planté le décor en souhaitant une chaleureuse bienvenue aux dignes fils de l’Ouest.

Bien avant, une prière œcuménique a permis de confier le Cameroun entre les mains de Dieu.

La guerre n’est pas finie

L’importante somme d’argent en espèce sonnante et trébuchante, entrera dans le circuit de l’Etat, au travers d’une commission ad hoc diligentée par Monsieur Awa Fonka Augustine, Gouverneur de céans. Ainsi, la Région de l’Ouest (430 millions) emboite le pas aux Régions du Littoral (229 millions), du Centre (152 millions), du Sud (120 millions) de l’Est (65 millions), du Nord (40 millions), de l’Adamaoua (22 millions). Donc au total plus d’un milliard de Fcfa a été déjà collecté. Encore loin des 13 milliards attendus. Comment combler le gap ? A qui ces ressources seront destinées au finish ? Aux déplacés du fait de la guerre ou aux populations qui vivent dans une psychose permanente ? L’on nous informe que l’élan de générosité servira à penser les blessures issues de la crise dans les Régions du Nord-ouest et du Sud-ouest. Une question couve dans l’esprit de plus d’un camerounais, cotiser sans au préalable neutraliser les rebelles et avoir complètement le contrôle de la situation, n’est-il pas mettre la charrue avant les bœufs ?

De sources témoin du calvaire des populations, la guerre est encore là, l’on dira même qu’elle a atteint le pic. Des langues arguent même que la belligérance n’a même pas commencée. « Il ne se passe pas un jour sans que l’on ne ramasse des cadavres. Des villages sont complètement désertés, il n’y reste plus rien ». Pour mieux cerner la dangerosité de la situation, les forces sécessionnistes gagnent le terrain. Dans ces villages, plus une seule trace humaine, l’on peut apercevoir quelques chèvres abandonnées à leurs tristes sorts. Il faudra donc s’attendre à des actions encore plus incidentes et sanglantes. Les autorités camerounaises en sont certainement conscientes. Au-delà de tout, le plan d’assistance humanitaire d’urgence montre inexorablement que le bloc Cameroun est indivisible. Reste qu’il se dote de plus de moyens et de ressources pour protéger ses enfants. Comment contourner l’ennemi qui se fait déjà aider par des forces exogènes, dont le seul but est de déstabiliser le Cameroun et ses sceaux ? La situation dans les deux régions est plus grave que ce que l’on imagine.

10juil.
Lire aussi dans la rubrique SOCIETE
Vidéo