Camer.be
Cameroun :: Affaire Bouba Simala : Cavaye Yeguié Djibril se rétracte et humilie ses avocats :: CAMEROON
CAMEROUN :: SOCIETE
  • Camer.be : Darren Lambo Ebelle
  • mercredi 20 juin 2018 11:25:17
  • 7119

Cameroun :: Affaire Bouba Simala : Cavaye Yeguié Djibril se rétracte et humilie ses avocats :: CAMEROON

Alors que le capitaine Bouba Simala l’ancien garde du corps et neveu du président de l’Assemblée nationale comparaissait hier 19 juin 2018 au tribunal militaire de Yaoundé après avoir été qualifié de « terroriste » en 2015 par son ancien patron, que ne fut pas la surprise de l’assistance de voir le colonel Abega Mbezoa la présidente du tribunal prononcer une lettre dans laquelle le président de la Chambre basse du parlement camerounais déclare : « Je n’ai pas porté plainte contre Bouba Simala. Cependant, j’ai attiré l’attention de son administration d’origine sur les actes graves répréhensibles qu’il a posés ».

L’audience du tribunal militaire de Yaoundé d’hier mardi, a tourné à plus qu’une surprise. Alors que le capitaine Bouba Simala a été livré au vu et au su de tout le monde à la Justice en juin 2015 par Cavaye Yeguié Djibril pour « actes de terrorisme », ce sont les avocats de la 3ème personnalité de l’establishment du Cameroun qui ont été pris de court. Ces derniers, ne savaient pas qu’en catimini, leur client avait envoyé une lettre à la présidente du tribunal militaire de Yaoundé. Lettre par laquelle le colonel Abega Mbezoa a ouvert l’audience.

Une mise au point qui a jeté effroi et émoi parmi les avocats du président de l’Assemblée nationale du Cameroun. Ces derniers visiblement, n’avaient eu vent du rétropédalage de leur très prestigieux client. Coup de théâtre qui a d’abord laissé sceptique le conseil de Bouba Simala conduit par Me Emmanuel Simh, lequel a d’abord questionné l’authenticité de la lettre attribuée à Cavaye Yeguié Djibril, avant de s’en réjouir en lançant à ses confrères et avocats de la partie civile médusés et incrédules : « votre client vous a désavoués ».

Pour Maitres Fotso Chebou Kamdem, Kadje et Koumai Bouba le conseil du président de l’Assemblée nationale, c’est une tournure sans précédent. Bien plus, à leur insu (encore), leur client s’est constitué un nouvel avocat. « Ce document n’est pas authentique », argue sèchement par exemple Me Fotso Chebou. L’on assiste alors à un petit chaos qui n’épargnera même pas le collège des juges qui va aussi montrer ses divergences sur ce coup de théâtre. La présidente du tribunal militaire de Yaoundé ne se laisse pas faire. « Cette correspondance date du 25 mai et elle est bien signée de Cavaye Yeguié Djibril le président de l’Assemblée nationale. Je l’ai d’ailleurs trouvée ici », dira le colonel Abega Mbezoa, avec calme et sérénité. De son coté, Me Koumai qui fait office d’avocat doyen de la partie civile, a dit attendre l’authenticité de la lettre de « désistement ». En somme, le conseil de l’accusation n’a toujours pas compris la démarche se son client, lequel a même fait venir un nouvel avocat pour son affaire. Mais jugeant du déroulement de l’audience, l’avocat s’est poliment éclipsé, par respect pour ses confrères qui suivent le dossier de l’accusation depuis trois ans.

Mais en fin de compte, le dossier a été passé à Maitre Fotso Chebou l’un des avocats de l’accusation, et lui-même député à l’Assemblée nationale. Et ce dernier, a bel et bien confirmé que la signature de la lettre est celle de Cavaye Yeguié Djibril. La nouvelle audience a été fixée au 07 juillet prochain au tribunal militaire de Yaoundé.

En rappel, c’est en juin 2015 que le président de l’Assemblée nationale accuse le capitaine Bouba Simala son neveu et garde du corps, d’avoir voulu l’enlever pendant une séance de sport, et le qualifiant pourtant de « terroriste », en lieu et place de la Justice. Les faits avaient alors été requalifiés par le tribunal militaire en « outrage à corps constitué et menaces simples ». Ce qui selon les indiscrétions qui s’échappent des lambris dorés et salons huppés de Yaoundé, fut vécu par Cavaye Yeguié Djibril comme un vrai revers et désaveu de la justice de son pays à sa Très honorable personnalité.

A ce nouveau rebondissement (renoncement implicite), les critiques politiques voient un président de l’Assemblée nationale déjà en campagne pour les élections à venir.

20juin
Lire aussi dans la rubrique SOCIETE
Vidéo