France- Burkina Faso: L'extradition de François Compaoré reportée

France- Burkina Faso: L'extradition de François Compaoré reportée

France- Burkina Faso: L'extradition de François Compaoré reportée
France- Burkina Faso: L'extradition de François Compaoré reportée
La décision sur l'extradition de Francois Compaoré renvoyée au 03 Octobre. La justice française demande à la justice burkinabè de lui fournir "des éléments précis qui seraient de nature à impliquer directement François Compaore"

La justice burkinabè a trois mois pour fournir ces éléments.

François Compaoré laissé en liberté

Pour les avocats de la défense" Il est pour le moins surprenant qu'après un an de procédure, et deux renvois, l'Etat burkinabè n'ait pas été en mesure de produire le moindre élément précis"

Pour l'Etat burkinabè, cette décision ne signifie pas l'échec de la procédure d'extradition de François Compaoré.
"Si l' Etat requérant reproche à Paul François Compaore l'infraction d'incitation à assassinat, les éléments exposés, qui reposent sur des affirmations et des présomptions des autorités requérantes, sont insuffisants à caractériser des faits matériels précis qui pourraient lui être imputés dans les assassinats objets de l'enquête qu'à ce jour, la cour ne dispose pas d'éléments suffisants relatifs à la matérialité des faits imputés à François Compaore
Cour de Justice"

"Ce nouveau renvoi n'a rien de décevant. S'il n'y avait rien dans le dossier, la chambre d'instruction aurait tout simplement rejeté la demande d'extradition" a précisé Anta Guissé avocate de l'Etat burkinabè.

Frère de l'ancien président déchu Blaise Compaoré, il avait été arrêté à Paris en octobre dernier suite à un mandat d'arrêt émis par le Burkina

Faso. François Compaoré est mis en cause dans l'enquête sur l'assassinat en 1998 du journaliste Norbert Zongo.

© Source : BBC Afrique

REAGISSEZ A CET ARTICLE AVEC FACEBOOK

Chers intervenants,

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Camer.be. Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

@
@