Camer.be
CAMEROUN :: Dr Marc Arthur Mveng : «Pas de viande empoisonnée sur le marché» :: CAMEROON
CAMEROUN :: ECONOMIE
  • Cameroon Tribune : Propos Recueillis Par Maimounatou BOURZAKA
  • jeudi 14 juin 2018 07:12:15
  • 2415

CAMEROUN :: Dr Marc Arthur Mveng : «Pas de viande empoisonnée sur le marché» :: CAMEROON

Des informations font état de ce que de la viande empoisonnée au formol serait  vendue  dans les  marchés. Qu’en est-il exactement ?
Nous sommes surpris de savoir qu’il y a de la viande empoisonnée sur les marchés. Nous  ne  demandons  qu’à  avoir  des preuves et que de pareils agissements soient dénoncés. Il peut par contre y avoir de la viande avariée.  

Comment faire le distinguo entre une viande empoisonnée au formol et une viande avariée ?
Une viande contaminée au formol n’a pas l’aspect d’une viande fraîche. Elle est similaire à la viande cuite à l’eau chaude. Elle est de couleur marron et est très irritante pour les yeux, les narines et les mains qui la manipulent. Par conséquent, nocive. Le ministère de l’Elevage, des Pêches et des Industries animales (Minepia) est là pour la protection des consommateurs. A cet effet, nous travaillons de façon régalienne à ce que tout ce qui est vendu dans nos marchés soit  de bonne qualité. La preuve est que nous effectuons des descentes et des saisies de viande avariée ou issue de la contrebande presque toutes les semaines dans les différents marchés de la ville. Nous continuons à protéger les consommateurs.

Que recommandez-vous aux consommateurs ?
Nous recommandons aux consommateurs d’acheter la viande qui est estampillée et vendue dans les points agréés car ce sont celles qui sont contrôlées par les experts du Minepia dès l’abattoir.  

On remarque également que le commerce de la viande se fait à la criée. Quelles sont les mesures prises pour endiguer ce phénomène ?
Nous avons eu une réunion il y a deux semaines avec les bouchers. Ces derniers décriaient déjà la présence de ces vendeurs à la criée qui leur faisaient ombrage. Nous leur avons demandé de dénoncer de pareils cas. Si vous avez des gens qui sont très mobiles, c’est normal qu’ils échappent à notre vigilance de temps à autre. Mais, si les populations daignent dénoncer ces cas, nous aurons très tôt de mettre hors d’état de nuire ces personnes qui ne respectent pas les conditions et les règles de la profession de boucher.

14juin
Lire aussi dans la rubrique ECONOMIE
Vidéo