Cameroun, Louis- Marie Kakdeu: Comment Restaurer Le Vivre Ensemble ? :: CAMEROON

Cameroun, Louis- Marie Kakdeu: Comment Restaurer Le Vivre Ensemble ? :: CAMEROON

Cameroun, Louis- Marie Kakdeu: Comment Restaurer Le Vivre Ensemble ? :: CAMEROON
Cameroun, Louis- Marie Kakdeu: Comment Restaurer Le Vivre Ensemble ? :: CAMEROON
Le Cameroun est miné par une multitude de conflits identitaires qui perturbent son vivre-ensemble et qui suscitent le débat sur la forme de l’Etat.

Face au régime en place qui défend l’Etat unitaire décentralisé, certains revendiquent le fédéralisme tandis que d’autres demandent même la sécession. Au-delà de la question de forme, c’est du contenu et donc, de la gouvernance qu’il est question. Toute société moderne est multi-niveaux, multicentrique, multi-acteurs. L’apport de la gouvernance est celui de la remise de la question de l’efficacité, de l’efficience, de la pertinence, de l’inclusion, de la durabilité, de l’impact de l’action publique, au cœur du débat. Comment-peut-on alors relever le défi de crise identitaire actuelle ?

L’inclusion et la participation

Sous l’angle de la pertinence, le plus important est d’avoir un Etat inclusif où les citoyens participent à la prise des décisions les concernant. Selon l’Institut National de la Statistique du Cameroun (INS) dans son dernier rapport sur les Enquêtes auprès des ménages (ECAM 4), le pilotage des politiques publiques n’est pas inclusif. Le gouvernement applique des politiques publiques qui ne profitent majoritairement qu’à certains clans et qu’à certaines régions. Par exemple, la répartition du Budget d’Investissement Public (BIP, 2017 et 2018) est disproportionnée : les régions les plus pourvoyeuses de richesses et de recettes à l’Etat ne bénéficient pas proportionnellement des investissements publics en violation des principes fiscaux et de proportionnalité qui conditionnent les décisions administratives. A titre d’illustration, les régions du Sud-Ouest et de l’Est (plus pourvoyeuses et plus enclavées) ne bénéficient que d’une quarantaine de milliards d’investissements publics alors que la seule région du Centre (moins pourvoyeuse) bénéficie d’environ 250 milliards. Ce genre de situations crée des ressentiments qui se manifestent par le besoin d’autonomisation. Pour répondre aux attentes à la base, il suffit d’appliquer le principe de proportionnalité et d’éviter l’approche paternaliste de l’Etat qui se manifeste par sa propension à décider à la place des citoyens.

La création d’une société libre et compétitive

Si l’on prend le cas de la crise anglophone actuellement ravageuse au Cameroun, on se rend compte que les protagonistes s’attachent à la raison historique (roublardise) comme si l’histoire des Etats était rectiligne. Or, le plus important est la création d’une société libre et compétitive. Cela suppose une société dans laquelle les citoyens ont les mêmes droits et devoirs et où les ascenseurs sociaux sont débloqués pour tous. Pendant plus de 40 ans, les Anglophones ont eu le sentiment d’être des «demi-citoyens». Dans l’administration publique à Yaoundé, la capitale, il leur était demandé de s’accommoder du français, en violation de la Constitution. Le sous-système anglo-saxon était menacé de suppression en violation du principe de l’unité dans la différence. Le défi de la gouvernance à ce niveau est celui de la protection des minorités (égalité de traitement) et de leur représentation aux instances de prises de décision.

La souveraineté du peuple à la base
 
L’un des arguments les plus entendus au Cameroun dans l’actualité des conflits identitaires est le droit à l’autodétermination et le droit des peuples autochtones. Or, la sécession ne fait pas partie du droit à l’autodétermination, et la définition de l’autochtonie dans les instruments internationaux n’intègre pas l’exclusion des «allogènes». Face aux velléités de sécession (cas de l’Ambazonie) et d’exclusion des allogènes (cas de la statue de Um Nyobe à Douala), le pouvoir en place semble frileux depuis 1996 (22 ans) à assurer la dévolution du pouvoir à la base. Quelle utilisation en sera faite ? Au sens d’Aristote dans Les Politiques, le défi à relever est celui de «l’emboîtement» hiérarchique des groupes : familles-villages-cités-Nation. Il s’agit du principe de subsidiarité qui d’après le philosophe Johannes Althusius (1603) renvoie à la nécessité d’autonomiser les collectivités de base vis-à-vis des pouvoirs centraux.

Mais, la question qui se pose est de savoir quelle échelle de mesure permettrait de déterminer le degré de pouvoir à attribuer à la base. Au sens de ce principe, la responsabilité d’une action publique reviendrait à l’entité compétente la plus proche de ceux qui sont directement concernés par cette action. En d’autres termes, l’on ne renverrait au niveau supérieur que ce qui ne peut pas être réglé au niveau inférieur. Dans une telle configuration, les collectivités de base sont souveraines et ne sont pas sous tutelle de l’administration centrale comme prévu par la loi de 2004 sur la décentralisation au Cameroun.

Le renforcement des institutions démocratiques

Le découpage territorial au Cameroun a été taillé à la dimension des individus alors «hommes forts» du pays. A l’image de la balkanisation de l’Afrique à la Conférence de Berlin en 1885, il n’a respecté aucun principe historique, économique, géographique, ethnique, linguistique, etc. Il fallait peut-être diviser pour mieux régner sauf que cela engendre d’innombrables crises identitaires de nos jours. En l’état, la gouvernance est axée sur des individus qui doivent être forts pour assurer la paix et la stabilité dans leurs localités respectives. Pour ce faire, la répartition scrupuleuse des postes politico-administratifs (équilibre régional) est assurée. Vu sous cet angle, il est difficile d’illustrer la marginalisation d’une seule localité du pays si ce n’est celle de l’opposition politique. Ainsi, la crise anglophone en cours serait incompréhensible dans la mesure où les anglophones sont bien représentés au gouvernement. En lieu et place des investissements publics profitables à tous, le système actuel investit des élites prédatrices qui recrutent des bénéficiaires grâce à un système de clientélisme. Ce système montre ses limites et inspire la nécessité de renforcer plutôt les institutions démocratiques pour garantir la paix et la stabilité de la société. Comme on entend de plus en plus, les individus passent mais, les institutions restent.

Somme toute, un meilleur système de gouvernance entre les différentes entités sociales garantirait mieux la stabilité et la prospérité du Cameroun. Cela permettrait surtout d’éviter la «dispersion territoriale de compétences institutionnelles» (MARKS, 1997) et de progresser par contrat de performance.

© Correspondance : Louis-Marie Kakdeu, PhD & MPA

REAGISSEZ A CET ARTICLE AVEC FACEBOOK

Chers intervenants,

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Camer.be. Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

@
@
Nigeria et Senegal bien partis, Le classement de tous les 8 groupes
Nigeria et Senegal bien partis, Le classement de tous les 8 groupes
Facebook
réclame
partenaire
Cameroun, Louis- Marie Kakdeu: Comment Restaurer Le Vivre Ensemble ? :: CAMEROON
Guy Alexandre Legrand MAMBO en toute intimité chez SOPIEPROD
évènement
Cameroun, Louis- Marie Kakdeu: Comment Restaurer Le Vivre Ensemble ? :: CAMEROON
actuellement sur le site