CAMEROUN :: Un journaliste ploie sous le coup des poursuites judiciaires à Bafoussam :: CAMEROON

CAMEROUN :: Un journaliste ploie sous le coup des poursuites judiciaires à Bafoussam :: CAMEROON

CAMEROUN :: Un journaliste ploie sous le coup des poursuites judiciaires à Bafoussam :: CAMEROON
CAMEROUN :: Un journaliste ploie sous le coup des poursuites judiciaires à Bafoussam :: CAMEROON
Blaise Peka, directeur de publication du journal « Action directe », est poursuivi par le directeur général de la caisse nationale de prévoyance sociale pour avoir relayé une information publiée dans le journal « La Tribune de l’Est ». Le Club Médias Ouest (Cmo) s’insurge contre cet abus d’autorité

Echanges, partages, réflexions, évaluations, le temps d’une journée. Les acteurs du secteur de la presse de la région de l’Ouest se sont joints le Jeudi, 03 mai dernier au reste de la communauté internationale pour commémorer la journée internationale de la liberté de la presse. Une journée instituée par les Nations Unies aux fins d’évaluer chaque année les avancées engrangées dans le monde par cette noble profession qui détient un pouvoir divin.

Le Club Médias Ouest (Cmo), la plus grande et prestigieuse association des journalistes et hommes des médias de la région de l’Ouest, regroupant les journalistes exerçant dans les secteurs public et privé, n’a pas lésiné sur les moyens, quant à l’organisation de la cérémonie relative à cet évènement.

Sous l’impulsion de son coordonateur, Léopold Nguelo et le bureau directeur de ladite association, une soirée récréative  a été offertes aux autorités et partenaires de la communication, dans la salle des banquets des services du gouverneur. C’était l’occasion non seulement d’évaluer la situation de la presse dans cette région, mais aussi et surtout, impulser davantage la nouvelle dynamique du club médias Ouest, en marche depuis le 24 Novembre 2017, date à laquelle, Léopold Nguelo dit « Jean Big Mop Jansang » a pris le bâton de commandement avec pour ambition, remettre le club à son niveau d’antan.

Convié à cette rencontre, le Directeur de Publication de Ouest Echos, premier journal national d’informations régionales, Michel Eclador Pekoua, l’un des pionniers de ce mouvement créé en tout début des années 2000, est revenu dans son intervention sur l’histoire de sa création et les défis à relever par la nouvelle équipe pour atteindre les résultats escomptés.  Pour Léopold Nguelo, il est clair que pour une avancée significative dans cette profession, la formation et le renforcement des capacités sont une nécessité.

C’est ce qui justifie selon lui la multiplication des sessions de formation depuis sa prise des fonctions. La dernière en date de la semaine dernière à Bafoussam sur « les bonnes pratiques professionnelles », co-organisée avec le syndicat national des journalistes du Cameroun. Dans son speech, le coordonnateur du Cmo a déploré la situation d’un confrère de la presse écrite, Blaise Alain Peka, directeur de Publication de « Action Directe », devant les Tribunaux depuis près de six mois pour avoir exercer son métier. Preuve de la menace qui plane quotidiennement sur la tête des journalistes au Cameroun, malheureusement tenus dans leurs traitements par certaines pontes du régime prêtes à vous écraser dès lors que leurs intérêts égoïstes sont menacés.

Faux procès !

L’édition 2018 de la journée internationale de la liberté de la presse était axée sous le thème : « Medias, justice et état de droit : les contrepoids du pouvoir ». Un thème qui ressort effectivement la mission du journaliste qui se doit d’agir non pas pour plaire aux pouvoirs établis, mais dénoncer de manière professionnelle des pratiques saugrenues pour le bien-être général de la société. Mais seulement, cette volonté d’agir se heurte à une certaine réalité au Cameroun.

Les poursuites engagées depuis des mois contre Blaise Peka du journal « Action Directe » par Mekulu Mvondo, directeur général de la Cnps en est une illustration. Il se trouve que dans son édition n°057 du 21 Août 2017, ce journal avait repris une information qui avait été publiée dans « la Tribune de l’Est » le Lundi 24 juillet 2017, avec pour titre «Injustice : Les salaires des Dg des sociétés d’Etat ».

Dans ce numéro, le journal avait, dans un tableau, recensé les sociétés d’Etat au Cameroun avec à l’appui les salaires mirobolants de leurs Dg. Dans un second tableau du même numéro, le journal avait fait ressortir les salaires prévus par la Loi. Ces tableaux qui, avant d’être repris par Blaise Alain Peka et qui ne citent nommément aucun Dg, avaient on se souvient, fait le tour des réseaux sociaux.

C’est à cause de ces tableaux que ce dernier ploie depuis des mois devant le collège des juges du Tribunal de Première Instance de Bafoussam, les Avocats de partie civile ayant sollicité la collégialité, comme quoi, ils ne veulent pas s’amuser avec ce procès. Entretemps, l’auteur initial de cette publication, Chantal Tuile, directeur de Publication de « La Tribune de l’Est » est exempt des poursuites. Un vrai faux procès qui pourra interpeller la conscience des juges au moment de la décision.

© Camer.be : Leprince SONORE NGOUPAYOU

REAGISSEZ A CET ARTICLE AVEC FACEBOOK

Chers intervenants,

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Camer.be. Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

@
@