Camer.be
CAMEROUN :: Ebolowa : La route n'est pas une mangeoire :: CAMEROON
CAMEROUN :: SOCIETE CAMEROUN :: Ebolowa : La route n'est pas une mangeoire :: CAMEROON
  • Le Jour : Jérôme Essian
  • dimanche 15 avril 2018 12:23:22
  • 3962

CAMEROUN :: Ebolowa : La route n'est pas une mangeoire :: CAMEROON

Les partenaires du ministère des Transports sensibilisés.

Si la route est devenue une mangeoire, ça veut dire qu’il y a des gens qui donnent à manger. Il faudrait que les gens apprennent à comprendre que la route n’est pas une mangeoire. Car si c’est le cas, c’est une mangeoire qui tue». La mise au point est de Franklin Kamtche, chef de mission du cabinet White Dove à Ebolowa pour la formation des partenaires du ministère des Transports en charge des actions de sensibilisation à la prévention et à la sécurité routière, mercredi, 4 avril 2018. A l’heure actuelle, il n’est pas prouvé que la multiplication des contrôles corresponde à la réduction des actes de délinquance sur la voie publique. Pour le chef de mission, Il y a deux types de constats. Il y a un constat  externe.

C’est que les Camerounais paient les amendes sans pour autant corriger leurs comportements sur la voie publique. D’où cette inquiétude du facilitateur : « on ne sait plus très bien lorsqu’on est sur une route qui doit faire quoi. Le piéton, autant que l’automobiliste et le motocycliste, se comportent chacun comme il veut ». Pourtant, il y a un code de la route qu’il convient de revisiter de temps à autre.

Mais, regrette le chef de mission : « ceux qui sont chargés d’assurer ce contrôle sont contestés parce qu’on leur prête des intentions autres que celles de vouloir assurer la fluidité et la sécurité sur la route ». Or, précise le formateur :

« La multiplicité des acteurs devraient induire une réduction sensible du taux de vulnérabilité, étant donné que la présence du gendarme devrait entraîner une conduite beaucoup plus sécurisée. Mais on se rend compte que celui qui a fini de payer son amende fait la même faute dans les prochains cinq km. Ça veut dire qu’il n’a pas intégré le fait que c’est un comportement qu’on était en train de sanctionner ».

Depuis le mois de mars 2018, des formations se tiennent dans les chefs-lieux des dix régions à l’intention de tous ceux qui font le contrôle et la sensibilisation sur la route afin qu’ils soient capables de travailler efficacement dans le sens de réduire le taux d’accidents. Il est entre autre question que l’agent de prévention ou de sensibilisation comprenne son propre rôle.

Cela passe par la connaissance des instruments qui régissent la route. Les participants ayant eux même reconnu qu’ils ne maîtrisaient pas la législation en vigueur. Tous ceux qui utilisent la route ou exercent sur la route ne passant pas forcément par une école.

15avril
Lire aussi dans la rubrique SOCIETE
Vidéo