Camerounn, PRÉSIDENTIELLE 2018: Le « fake news » des candidatures :: CAMEROON

Camerounn, PRÉSIDENTIELLE 2018: Le « fake news » des candidatures :: CAMEROON

Camerounn, PRÉSIDENTIELLE 2018: Le « fake news » des candidatures :: CAMEROON
Camerounn, PRÉSIDENTIELLE 2018: Le « fake news » des candidatures :: CAMEROON
A l’approche de l’échéance d’octobre 2018, les internautes continuent d’alimenter les réseaux sociaux.

Si les réseaux sociaux ont fini par se faire une réputation grâce aux fausses nouvelles, « fake news », il faut dire qu’au Cameroun, l’année 2018 (placée sous le signe des élections présidentielle, sénatoriales, législatives et municipales) n’arrange en rien cette situation de désinformation. 

Pas un jour ne passe sans qu’une déformation, une manipulation ou une invention ne se fasse sur le sujet.

La semaine dernière par exemple, les sources tapis dans l’ombre ont encore fait montre de leur ingéniosité. Une liste de 12 candidats à la présidentielle a fait le tourde la toile et comme à l’accoutumée celle ci a suscité de nombreux commentaires.

En effet, ledit document signé au bas par « munatété » présente Cabral Libii, Joshua Osih, Akéré Muna, Bernard Njonga, Jean Blaise Gwet, Ernest Pekeuho, Serge Espoir Matomba, Olivier Bilé, Maurice Kamto, Christopher Fomuyoh, et enfin Paul Biya non pas comme éventuels candidats mais véritables postulants au poste au rang de chef d’Etat du Cameroun.

Certains internautes à l’esprit ouvert sont cependant animés par certaines interrogations et parmi elles, celle de savoir à partir de quoi se sont-ils basés pourla constituer ? Seuls les acteurs ont réponse à cette question. Toutefois, il est clair que leur premier objectif a été atteint, celui de faire le tour du monde en l’espace de quelques heures et de manipuler les consciences.

Autre constat c’est que le débat ne date pas d’aujourd’hui. En octobre dernier, le journal Jeune Afrique estimait déjà dans un article que « cinq autres régions sont à l’heure actuelle représentées. Trois ont déjà vuse déclarer deux candidats : l’Ouest avec Corentin Talla (l’ancien Général Schwarzkopf, exilé aux Etats Unis), l’agronome Bernard Njonga ; le Centre, avec l’entrepreneur Jean Baptiste Gwet et le jeune Cabril Libii ; le Littoral, avec Serge Espoir Matomba, et Paul Eric Kingue. L’Est et l’Extrême-Nord, respectivement avec Olivier Bilé et Garga Haman, Adji, tous deux déjà présents en 2011, devraient également être de la partie ». Les deux documents présentent certes des similitudes, toutefois elles restent à l’heure actuelle contingentes.

© L'Essentiel Du Cameroun : M B

REAGISSEZ A CET ARTICLE AVEC FACEBOOK

Chers intervenants,

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Camer.be. Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

@
@