CAMEROUN :: Douala III : Une église fermée après des troubles :: CAMEROON

CAMEROUN :: Douala III : Une église fermée après des troubles :: CAMEROON

CAMEROUN :: Douala III : Une église fermée après des troubles :: CAMEROON
CAMEROUN :: Douala III : Une église fermée après des troubles :: CAMEROON
Le pasteur de la « Kingdom Exploit Ministries International » accusé d’avoir enceinté plusieurs fidèles mariées.

Depuis ce vendredi 16 mars, l’église « Kingdom Exploit Ministries International », située au quartier Ndogpassi 3,  lieudit  «  Deuxième  Danger  »  (arrondissement  de Douala III), est fermée. Une décision prise par le sous- préfet  Nouhou  Bello,  suite  à  une  série  de  faits  et  de constats.  Il  y  a  d’abord  eu  l’information,  portée  sur  la place publique, selon laquelle le pasteur de ladite église avait  enceinté  cinq  de  ses  ouailles. 

Des  femmes mariées, dont les époux, on  s’en doute, n’ont pas vraiment  apprécié  le  geste.  L’affaire  a  donc  fait  du  bruit, lequel bruit est parvenu aux oreilles de l’autorité administrative.

«  Sur  le  terrain,  je  me  suis  rendu  compte  que  cette église n’a pas d’autorisation », a confié le sous-préfet à CT. Le « ministère » a donc été fermé pour défaut d’autorisation, mais pas seulement. Les scellés y ont également  été  apposés  pour  nuisances  sonores,  de  nombreux riverains s’en étant plaints, et aussi pour activité dangereuse et risques de troubles à l’ordre public. « Des gens voulaient se soulever », indique M. Bello. Bon  à  savoir, l’épouse du  pasteur  a  approché le  sous-préfet  samedi  dernier,  pour  qu’il  lève  les  scellés.  

La  dame a présenté un acte de mariage et d’autres documents,  dont  le  diplôme  de  pasteur  de  l’intéressé,  qui s’appelle  Ebot  Matthew  Etang,  selon  ces  différents papiers. La dame aurait ajouté que son mari « est allé au Maroc ».

Mais sa demande n’a pas prospéré, le sous-préfet indiquant que le pasteur doit venir se présenter lui-même, présenter une autorisation d’exercer comme tel…  et répondre des autres faits qui lui sont reprochés.

© Cameroon Tribune : Alliance NYOBIA

REAGISSEZ A CET ARTICLE AVEC FACEBOOK

Chers intervenants,

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Camer.be. Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

@
@