CAMEROUN :: Taxe de séjour : Le bilan un an après :: CAMEROON

CAMEROUN :: Taxe de séjour : Le bilan un an après :: CAMEROON

CAMEROUN :: Taxe de séjour : Le bilan un an après :: CAMEROON
CAMEROUN :: Taxe de séjour : Le bilan un an après :: CAMEROON
Son entrée en vigueur depuis le 1er  janvier 2017 est à l’origine de  la hausse des prix des services des restaurants et hôtels. Pourtant, sur les trois premiers trimestres de l’année écoulée, l’activité est restée  dynamique dans cette branche du tertiaire.  

Il y a quelques jours, l’Institut national de la statistique  (INS) a publié sa note sur l’inflation au cours de l’année 2017. Globalement, les prix  à la consommation finale des  ménages ont ralenti au cours  de l’année écoulée. 0,6% contre  0,9% en 2016. Sauf que, dans la  branche « restaurants et hôtels  », on observe, selon l’INS, une  hausse des prix de l’ordre de  0,9%.

« Le rebond des prix des  restaurants et hôtels découle  surtout de l’entrée en vigueur  le 1er janvier 2017 de la taxe de  séjour allant de 500 F par nuitée pour les hôtels de 1 étoile  et autres établissements non  classés à 5 000 F par nuitée pour  les hôtels de 5 étoiles », commente l’INS. Un des facteurs à  l’origine de la hausse du niveau  général observée en 2017 sur  les prix des biens et services  divers (+1,9%).  

Depuis le 1er janvier 2017, en effet,  toute personne qui séjourne dans  un établissement d’hébergement  classé ou non (hôtels, motels,  auberges et résidences-hôtels  meublés) est tenue de payer  une taxe de séjour. Le tarif est  fonction du standing et va de  500 à 5 000 F par nuitée. Un an  après l’entrée en vigueur de cet  impôt, les responsables d’établissements hôteliers interrogés  reconnaissent qu’il y a un gros  travail de sensibilisation à mener  en direction des clients. Car, au  tarif de la taxe de séjour fixé  par la loi de Finances, s’ajoute  la TVA. Ce qui n’a pas été sans  répercussions sur les affaires.

Selon Abdoulaye Mbouombouo,  directeur du Mansa Hôtel (3  étoiles) de Bertoua à l’Est,  la structure qui déclare avoir  reversé 11,384 millions de F à  l’Etat au titre du recouvrement  de cette taxe (hormis la TVA),  accuse une réduction de son  portefeuille clientèle entre 30  et 40% en 2017.

« Les particuliers, les fonctionnaires boudent  quand on leur parle de cette  taxe. Ils vont ailleurs. On perd du  chiffre d’affaires. Nous payons  à la place des clients », confie  le directeur. D’où l’intérêt des  campagnes promotionnelles  organisées pour maintenir la  clientèle. A Yaoundé, un autre  gérant d’hôtel interrogé à ce  sujet, confirme cette baisse d’activité, sans la lier à l’entrée en  vigueur de la taxe de séjour,  mais plutôt à la conjoncture qui  prévaut globalement dans le  pays depuis 2014.  

Si elle a des répercussions sur  l’activité des hôtels, ces établissements ne sont au final que  des intermédiaires, l’impôt étant  payé par le client.  La taxe de  séjour, d’après les indications  de la loi de Finances 2017 « est  reversée mensuellement au plus  tard le 15 pour les opérations  effectuées  au cours  du  mois  précédent, auprès du centre  des impôts gestionnaire de l’établissement d’hébergement ».  Structure qui par ailleurs, a la  charge de collecter ladite taxe  dont le produit est réparti entre  l’Etat (80%) et la commune du  lieu de situation de l’établissement d’hébergement (20%).

© CAMEROON BUSINESS TODAY : Josiane TCHAKOUNTE

REAGISSEZ A CET ARTICLE AVEC FACEBOOK

excamerounais
CAMEROUN :: Taxe de séjour : Le bilan un an après :: CAMEROON France (Bernex)
We must never compare Cameroon to France, we are often told. But curiously, as soon as a tax is created in France, in Africa Cameroon is the first to create the same tax in the following months.
This country is always ready to put into practice all that is extortion but avoids all that is service to the population.

I am also surprised at the very high amount of this tax for a country like Cameroon.
1 ° the tourist tax in France varies between 70 centimes and 3 € according to the establishments. An acceptable amount compared to the price of a night in a hotel

2 ° unlike Cameroon, the tourist tax in France is not paid back to the State. But to the municipalities to invest and better value local tourism.
3 ° everything is tax in this country: to enter, to go out.
4 ° it is just missing that a tax will be created which will have to be paid by the families of Cameroonians living abroad
excamerounais
CAMEROUN :: Taxe de séjour : Le bilan un an après :: CAMEROON France (Bernex)
Il ne faut jamais comparer le Cameroun à la France, nous dit-on souvent. Mais curieusement, dès qu’une taxe est créée en France, en Afrique le Cameroun est le premier à créer la même taxe les mois qui suivent.
Ce pays est toujours prêt à mettre en pratique tout ce qui est extorsion de fonds mais évite tout ce qui est service à la population.

Je suis d’ailleurs surpris du montant très élevé de cette taxe pour un pays comme le cameroun.
1° la taxe de séjour en France oscille entre 70 centimes et 3€ environ selon les établissements. Une somme acceptable par rapport au prix d’une nuitée dans un hôtel

2° contrairement au Cameroun, la taxe de séjour en France n’est pas reversée à l’Etat. Mais aux communes pour investir et mieux valoriser le tourisme local.
3° tout est taxe dans ce pays : pour y entrer, pour y sortir. sans voir l'ombre d'un changement
4° il manque juste qu’on crée une taxe dont devront s’acquitter les familles des camer
excamerounais
CAMEROUN :: Taxe de séjour : Le bilan un an après :: CAMEROON France (Bernex)
4° il manque juste qu’on crée une taxe dont devront s’acquitter les familles des camerounais établis à l’étranger

Chers intervenants,

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Camer.be. Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

@
@