Zimbabwe: Une arrestation liée au doctorat de Grace Mugabe

Zimbabwe: Une arrestation liée au doctorat de Grace Mugabe

Zimbabwe: Une arrestation liée au doctorat de Grace Mugabe
Zimbabwe: Une arrestation liée au doctorat de Grace Mugabe
Le vice-chancelier de l'Université du Zimbabwe a été arrêté dans le cadre d'une enquête sur la délivrance d'un doctorat à l'ex-Première Dame zimbabwéenne Grace Mugabe.

L'agence anti-corruption du pays a fait arrêter Levi Nyagura, l'accusant d'abus de pouvoir.

Mme Mugabe a obtenu un doctorat quelques mois seulement après son inscription en 2014, alors qu'il faut plusieurs années d'études pour avoir ce diplôme.

Une enquête a été ouverte début janvier à la suite d'une pétition lancée par des enseignants et des étudiants de l'Université du Zimbabwe sur les conditions dans lesquelles un doctorat a été délivré à Mme Mugabe.

Des enseignants du département de sociologie ont déclaré que l'ex-Première Dame n'avait pas fait le cursus conduisant à l'obtention du doctorat.

Ils ont ensuite demandé l'annulation de son diplôme et ont réclamé une enquête sur les conditions dans lesquelles il lui a été délivré.

Les responsables de l'agence anti-corruption n'ont pas dit si Mme Mugabe sera elle-même visée ou pas par l'enquête concernant son diplôme.

L'authenticité du doctorat a été remise en question parce que la thèse de Grace Mugabe n'avait pas été publiée comme d'autres à l'époque.

En novembre dernier, son mari a été évincé de la présidence du pays après 37 ans au pouvoir. Elle était soupçonnée de vouloir succéder à Robert Mugabe à la tête du pays. Le président Mugabe était le chancelier de l'Université du Zimbabwe, une fonction essentiellement honorifique.

© Source : BBC Afrique

REAGISSEZ A CET ARTICLE AVEC FACEBOOK

Chers intervenants,

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Camer.be. Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

@
@