CAMEROUN :: Recul des ventes du pétrole brut :: CAMEROON

CAMEROUN :: Recul des ventes du pétrole brut :: CAMEROON

CAMEROUN :: Recul des ventes du pétrole brut :: CAMEROON
CAMEROUN :: Recul des ventes du pétrole brut :: CAMEROON
Ceci résulte notamment de la baisse de la production de plus de 16% entre janvier et octobre 2017.

Les réserves pétrolières du Cameroun s’épuisent. Ainsi parlait le directeur général adjoint du Fonds monétaire international (Fmi) Mitsuhiro Furusawa, lors de sa visite au Cameroun en septembre dernier. Cette déclaration était presque passée inaperçue dans l’espace public. Mais Mutations en a fait la grande une de son édition du 18 septembre 2017. Les données publiées récemment par la Société nationale des hydrocarbures (Snh) sont des arguments de plus qui confortent ce fait.

Entre janvier et octobre de l’année dernière, le Cameroun a produit 23,4 millions de barils de pétrole brut contre près de 28,6 millions de barils en 2016 dans la même période. Le recul est net. 16,4% en valeur relative. La Snh précise que cette baisse est la conséquence de la réduction des investissements et du déclin des champs naturels. Une comparaison des volumes de production de 2015 (34,9 millions de barils) et 2016 (33,6 millions de barils) révèle que ce repli s’intensifie au fil des années. La baisse de la production actée, le recul des ventes était devenue une évidence.

Ce repli s’élève à 3,65 millions de barils en moins vendus. Le pays n’a en effet pu commercialiser que 16,86 millions de barils en 2017 contre 20,51 millions de barils en 2016, d’après la Snh. Ces ventes ont permis de transférer au Trésor public, la somme de 264,5 milliards Fcfa entre le 1er janvier et le 31 octobre 2017, contre plus de 266 milliards à la même période en 2016, après déduction des charges de production.

Le manque à gagner est donc d’environ 1,5 milliard Fcfa. Conscient de ce revers, l’Etat du Cameroun a élaboré un budget qui prévoit la mobilisation de recettes autres que les recettes pétrolières. De nouvelles niches fiscales ont été trouvées et l’Etat a entrepris de réduire son niveau de vie pour faire des économies.

En 2017, la Snh a également livré à la centrale thermique de Kribi, un volume cumulé de 10 591 millions de pieds de cubes de gaz naturel. Ce qui révèle une augmentation de 827 millions de pieds de cubes puisqu’en 2016, on était à 9 764 millions de pieds de cubes. Par ailleurs, trois types de brut sont commercialisés au Cameroun.

Le « Kolé » s’est vendu par cargaison de 950 000 barils ; le « Lokélé » par cargaison de 650 000 barils et « l’Ebomè » par cargaison de 400 000 barils.

© Source : Mutations : Lucien Bodo

REAGISSEZ A CET ARTICLE AVEC FACEBOOK

Chers intervenants,

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Camer.be. Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

@
@