CAMEROUN :: Désinformation : Fake news, la cote d’alerte :: CAMEROON

CAMEROUN :: Désinformation : Fake news, la cote d’alerte :: CAMEROON

CAMEROUN :: Désinformation : Fake news, la cote d’alerte :: CAMEROON
CAMEROUN :: Désinformation : Fake news, la cote d’alerte :: CAMEROON
Il ne se passe plus un jour sans qu’une information non avérée ne soit publiée à travers les réseaux sociaux notamment.

Les fake news, informations  fausses  ou  truquées, sont désormais un phénomène mondial et leur impact est planétaire. A l’observation, les fausses nouvelles sont répandues par les réseaux sociaux et des sites Internet qui se spécialisent dans la création de contenus attirant l'attention et imitant le format de sources établies. Les producteurs de ces fausses nouvelles le font généralement pour des raisons idéologiques ou mercantiles. C’est le cas par exemple de ces jeunes d'une ville de Macédoine, qui pendant la campagne présidentielle américaine de 2016, en ont fabriqué pour s'attirer des revenus publicitaires.

Et le Cameroun n’échappe pas au phénomène. Mardi dernier, une information annonçant le massacre d’une centaine d’éléments de nos forces de défense dans la région du Sud-Ouest a fait le tour des réseaux sociaux. Information démentie quelque temps après par les responsables du ministère de la Défense. Quelques jours plus tôt, c’est l’annonce du décès du colonel médecin Abeng Mbozo’o qui avait également fait le buzz sur la toile. Comme démenti, il a fallu que des organes de presse suivent le médecin alors qu’il assurait son service à l’hôpital militaire de Douala.  

Ce même mardi, le trio X-Maleya a été obligé de faire une vidéo en live sur facebook pour démentir sa séparation. Que dire alors de ce « mercato » de journalistes annoncé de manière « fracassante » à la CRTV à des postes de responsabilité. On a même parlé des entretiens préalables à leur installation avec le président du conseil d’administration de l’office de radio et télé national, par ailleurs ministre de la Communication, alors que les concernés affirment n’avoir jamais été approchés  à  de  telles  fins.  Un  des journalistes  qu’on  annonçait même déjà sur le terrain pour ses prochaines émissions, affirmait être à son domicile au moment l’information faisait le tour de la planète Internet.  

Même votre quotidien n’a pas échappé à cette folie des fausses informations. En effet, à plusieurs reprises, des fausses Unes de ce journal, très loin de sa ligne éditoriale, ont circulé sur la toile. D’ailleurs, la liste ne saurait être exhaustive, puisque chaque jour, il y a toujours un individu à l’esprit un peu mal tourné qui invente quelque chose, généralement n’ayant rien à voir avec la vérité du moment, pour retenir l’attention des internautes d’ici et d’ailleurs.

Certains ont poussé le  vice jusqu’à annoncer le suicide d’une ancienne gloire du football. C’est dire que personne n’échappe à ce vent du faux qui souffle sur la toile depuis quelque temps, impunément jusqu’ici. 

© Cameroon Tribune : Jocelyne NDOUYOU-MOULIOM


REAGISSEZ A CET ARTICLE AVEC FACEBOOK

Chers intervenants,

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Camer.be. Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

@
@
Uniffac 2018: Le soulier d'or pour l'avant centre camerounais Steve Nvoue
Uniffac 2018: Le soulier d'or pour l'avant centre camerounais Steve Nvoue
Facebook
réclame
partenaire
CAMEROUN :: Désinformation : Fake news, la cote d’alerte :: CAMEROON
S.E. ABDOU LATIF Coulibaly Ministre de la Culture du Sénégal au Festival des Continents
évènement
CAMEROUN :: Désinformation : Fake news, la cote d’alerte :: CAMEROON