Camer.be
Cameroun :: Carnet noir : Le Prof Doh Anderson (ancien Dg hôpital gynéco-obstétrique et pédiatrique de Yaoundé) est mort hier à  son domicile :: CAMEROON
CAMEROUN :: SOCIETE
  • Camer.be : Darren Lambo Ebelle
  • vendredi 12 janvier 2018 09:13:30
  • 3890

Cameroun :: Carnet noir : Le Prof Doh Anderson (ancien Dg hôpital gynéco-obstétrique et pédiatrique de Yaoundé) est mort hier à  son domicile :: CAMEROON

Le cancérologue, avons-nous appris, a rendu sa blouse le jeudi 11 janvier 2018 à 10 heures, à son domicile sis au quartier Obobogo à Yaoundé.

La matinée était calme hier lorsqu’au moment où à en croire une source, des cris et des lamentations, ont déchiré le ciel du quartier Obobogo à Yaoundé. « Ce sont les pleurs venant de la maison du Professeur (Doh Anderson Sama, Ndlr), qui ont alerté le quartier. Lorsque nous sommes allés aux nouvelles, nous avons appris que le Prof Doh Anderson est mort dans sa chambre. Il était environ 10 heures », nous confie un voisin qui dit par ailleurs n’avoir pas eu connaissance que l’ancien directeur général (Dg) de l’hôpital gynéco-obstétrique de Yaoundé (Hgopy), fût malade.

Brillant médecin ayant publié plusieurs articles scientifiques sur le cancer, les 14 dernières années de l’existence du Prof Doh Anderson Sama, restent malgré toute bonne foi, fortement marquées par le scandale du vol du bébé de Vanessa Tchatchou, du nom de cette femme de 17 ans dont le fruit des entrailles disparut dans des conditions rocambolesques, à l’hôpital gynéco-obstétrique et pédiatrique de Yaoundé, le 20 aout 2011.

Une scène désespérante et impudique qui avait choqué le pays, avec la désinvolture et la condescendance de Doh Anderson Sama. Le 12 mars 2012, excédé par le tollé général, Paul Biya avait alors limogé l’homme de ses fonctions de Dg de l’hôpital gynéco-obstétrique et pédiatrique de Yaoundé, histoire de calmer l’indignation qui était susceptible de créer des remous sociaux considérables.

Mais bien avant cela, le médecin qui fut aussi secrétaire permanent du Comité national de lutte contre le cancer, n’en fut pas moins au cœur de la tragédie du vaccin Ténofovir dont les essais cliniques effectués sur des femmes libres à Douala en juillet 2004, firent plusieurs morts. Financé par la fondation Bill & Melinda Gates, et annoncé pour réduire la transmission du Vih, l’antirétroviral, s’avéra mortel pour les jeunes femmes prises comme cobayes. Des essais qui se firent en présence du Prof Doh Anderson Sama à qui, il fut reproché le non- respect des règles de sécurité.

A ces deux scandales notoires, il faut ajouter celui de 2009 lorsque les déchets de l’Hgopy, au lieu de se retrouver dans un incinérateur, mais dans une cacaoyère située à Nkometou (département de la Lekié, région du Centre).

12janv.
Lire aussi dans la rubrique SOCIETE
Vidéo