Camer.be
CAMEROUN :: Rébellion : Sisiku Ayuk Tabe et autres détenus à  Abuja :: CAMEROON
CAMEROUN :: POLITIQUE
  • Le Jour : Denis Nkwebo
  • mercredi 10 janvier 2018 02:30:36
  • 6530

CAMEROUN :: Rébellion : Sisiku Ayuk Tabe et autres détenus à  Abuja :: CAMEROON

Les autorités camerounaises attendent le transfèrement du leader sécessionniste anglophone et ses compagnons.

Les services de sécurité du Nigeria retiennent dix membres du gouvernement intérimaire de la république autoproclamée de l’Ambazonie dans un lieu tenu secret à Abuja. Un correspondant de la presse étrangère basé dans la capitale fédérale nigériane en a obtenu confirmation auprès du bureau des relations publiques des DSS. « Des personnes de nationalité étrangère ont été mises aux arrêts au cours de plusieurs opérations spéciales ces derniers jours. Je ne suis pas en mesure de dire s’il s’agit de leaders sécessionnistes camerounais. Mais notre administration communiquera le moment venu », a dit l’officiel nigérian hier.

Le Jour est en mesure de confirmer qu’Ayuk Tabe, Dr Nfor Ngala Nfor, Dr Fidelis Nde Che, Dr Henry Kimeng, Prof. Awasum, Dr Cornelius Kwanga, Wilfried Tassang, Me Eyambe Elias et Dr Ojong Okongo, sont effectivement entre les mains des officiers du DSS. De source policière nigériane, les neufs suspects ne sont accessibles ni aux avocats ni aux membres de leurs familles et ils n’ont eu aucun contact avec l’extérieur depuis le 5 janvier 2018. Date à laquelle ils ont été interpellés au Nera Hôtel d’Abuja.

Officiellement, Abuja et Yaoundé gardent un silence de marbre autour de l’affaire. « La sécurité de l’Etat est en jeu et nous travaillons avec discrétion pour être efficace », a répondu un officiel proche de l’affaire. A Yaoundé, c’est le branle-bas au sein des services spécialisés de l’Etat où l’on compte prioritairement sur les assurances données par le président Buhari en personne à son homologue Paul Biya au cours de deux entrevues tenues récemment dont l’une à Abidjan en Côte d’Ivoire.

Depuis le soir du 5 janvier à 19h30, Yaoundé et Abuja sont restés en contact permanent, à en croire plusieurs sources sécuritaires. Le Jour a appris que tous les activistes anglophones jadis très actifs dans différentes villes du Nigéria se sont mis à l’abri, en attendant de voir la suite des interpellations de vendredi. Des avocats ont été commis mais aucun des conseils n’a eu accès aux suspects, selon les responsables de la communication « ambazoniens » qui font désormais profil bas.

Depuis hier soir, la question du remplacement de Sisiku Ayuk Tabe à la tête du mouvement sécessionniste anglophone, à titre provisoire, circule dans les rangs. Samedi dernier, un militant sécessionniste confiait que la garde à vue d’Ayuk Tabe et compagnies n’allait durer que quelques heures. Mais au fur et à mesure que le temps passe, les espoirs  de  libération rapide des suspects s’estompent. Au moment où nous allions sous presse, nos sources réitéraient que les tractations entre Yaoundé et Abuja vont bon train.

« Ayuk  Tabe et ses complices vont être transférés au Cameroun conformément en respect des accords de coopération judiciaire qui existent entre nos deux pays depuis 1972 ».

10janv.
Lire aussi dans la rubrique POLITIQUE
Vidéo