Cameroun: Panthère du Ndé: Les dessous d’une relégation, le complot de déstabilisation, et la trahison de certaines élites :: CAMEROON

Cameroun: Panthère du Ndé: Les dessous d’une relégation, le complot de déstabilisation, et la trahison de certaines élites :: CAMEROON

Cameroun: Panthère du Ndé: Les dessous d’une relégation, le complot de déstabilisation, et la trahison de certaines élites :: CAMEROON
Cameroun: Panthère du Ndé: Les dessous d’une relégation, le complot de déstabilisation, et la trahison de certaines élites :: CAMEROON
Après la brillante et impressionnante prestation de Nzui- Manto au cours de la saison sportive écoulée, les ennemies du Ndé parlent de sécession …

La messe de la descente de Nzui-Manto.

C’est au terme de la 33eme journée de ligue 1 saison 2016, que les signaux qui étaient à l’orange sont passés au rouge pour la relégation de la Panthère du Ndé en élite 2. En déplacement au stade de la Réunification de Douala, le fauve du Ndé s’était incliné (0-1) face aux Astres de la capitale économique. Un énième revers aux conséquences irréversibles.

Alors premier relégable avec 34 points, à une journée de la fin du championnat, Nzui-Manto ne représentait désormais plus une menace pour Canon de Yaoundé qui, grâce à sa victoire sur New stars de Douala (2-0), avait empoché son 39e point de la saison ; loin d’être une surprise, le sort ainsi réservé au vainqueur de la Coupe du Cameroun en 2009 et finaliste l’année dernière, était prévisible pour ceux qui accordaient de l’attention aux nouvelles de la tanière du « Nzui » depuis quelques temps. En effet, Calvin Djappa alors directeur général de l’équipe, ne cessait de décrier le complot contre Nzui-Manto orchestré par certaines élites du Ndé, tapis dans l’ombre, soudoyant les arbitres pour, là, porter atteinte à l’honneur et à la crédibilité de l’équipe dirigeante pour des raisons politicienne. En dehors des efforts des membres du conseil d’administration, et le sacrifice extra de certains comme la présidente d’honneur, Célestine Ketcha Courtès qui a payé plusieurs fois les primes de matchs, les arriérés de salaire, les frais de déplacement, Calvin Djappa qui régler plusieurs frais de fonctionnement, et bien d’autres, il faut dire que l’élite du Ndé, bien placée dans la sphère politique à Yaoundé, n’a de façon officielle posé aucun acte de soutien à Nzui manto. Une attitude inquiétante au vue de la place que cette équipe occupe dans le département, et de sa valeur pour les chefs traditionnels… la Panthère est en ligue 2.

Le complot pour nuire …

Certains joueurs avaient déjà confiés à Calvin Djappa et à Célestine Kectha Courtès qu’il y a des élites du Ndé qui finançaient les défaites de la Panthère du Ndé, dans des réseaux obscurs, avec parfois la complicité de certains encadreurs. Dans cette affaire qui a été géré avec l’implication des chefs traditionnels, les noms de certains anciens dirigeants de cette équipe, et de certains fils du Ndé en combat de leadership pour leurs positionnements politiques ou pour la visibilité de leurs protégés , ont été cités.

« S’il faut se maintenir en Ligue 1 avec des arbitres qui viennent déjà préparés, je pense que c’est regrettable. Vous avez vu les actions qui conduisent aux deux buts, le corner qui nous fait perdre la rencontre était une balle de six mètres. Mais, l’arbitre assistant est resté de marbre alors qu’il sait pertinemment que le corner a été envoyé à l’extérieur par un joueur d’Apejes. C’est inadmissible. Bref, on verra la suite. S’il faut se maintenir avec des arbitres qui viennent avec une idée précise de l’issue de la rencontre, nous nous battrons pour remporter nos matchs sur le stade. Les gens peuvent faire ce qu’ils veulent pour nous déstabiliser. L’arbitre Ndé Christopher a fait ce qu’il a fait ce jour et on va toujours l’encourager ; on va toujours l’envoyer sur les stades. C’est ça le Cameroun ; on nous décourage nous qui sortons de l’argent pour le mettre dans le foot, alors comme ils ne nous veulent, pas on va partir et les laisser dans le foot », déclarait Calvin Djappa après un match important pour le fauve du Ndé. Le directeur de Nzui-Manto ne sera pas compris, et les élites du noir engagées à desservir le Ndé en combattant Célestine Ketcha Courtès et Calvin Djappa, réussirons à diviser les supporters, et une minorité va hausser le ton, exigeant le départ immédiat de l’équipe dirigeante en place ; mais surtout celui de Calvin Djapa, tout puissant directeur général, Zacharie WANDJA le PCA, sera visiblement incompétent … Un conseil d’administration sera convoqué en urgence, et au cours de ce conseil, Zacharie Wandja perd son siège de PCA, Calvin Djappa annonce sa démission du poste de D.G, et un nouveau staff est mis en place : PCA : Chantal Lewatt Vice-PCA : Alice Ngapanou, Directeur Général : Raphael Bitchebe , Entraineur : Ndzana Ngono, Entraineur Adjoint : Monfié Iliasou

Le Maire de Bangangté Célestine Ketcha Courtès, en qualité de présidente d’honneur et de Reine mère, invitera la nouvelle équipe à faire rugir la Panthère de Ndé pour une remonté directe en division d’honneur. Elle s’engagera à contribuer sans condition à tous les niveaux, pour une meilleure performance de l’équipe. Aussi elle dira le soutien des chefs traditionnels qui n’attendent plus que de voir le fauve du Ndé jouer son rôle de rassemblement pour le développement du Ndé.

Trahison … et Résilience

Tout commence en milieu de saison 2014, entre les membres administrateurs du club, qui exigeraient quelques éclairées sur la gestion de Monsieur Nya Kemadjou, alors Directeur Général (D, G) c’est dans cet un imbroglio que l’équipe se qualifiera pour la finale de la coupe du Cameroun. Dans cette mauvaise ambiance, certaines élites du Ndé bien placées dans la sphère politique du Cameroun, utiliserons leurs pouvoirs à travers le préfet de l’époque pour en défaveur de l’intérêt du Ndé : La panthère perd la finale.

On aurait cru alors cette défaite en finale de la coupe du Cameroun cédera la place à la compréhension et un retour au calme. C’était d’ailleurs le souhait des Chefs traditionnels représentés par Alexandre Djoukwe de Bamena , Célestine Ketcha Coutès, Calvin Djappa , Jules Marie Kemajou et bien d’autres administrateurs qui ont une pensée pour Nzui-Manto. Bien au contraire, les choses s’envenimeront d’avantage, au point d’affecter les résultats de l’équipe sur le terrain. Les détracteurs ont changé de stratégie, à travers certains supporters, les menaces verbales sont proférées aux dirigeants et à l’équipe technique ce qui n’est pas de nature à mettre la paix, surtout que ces menaces là étaient aussi portées vers les acteurs qui sont certains joueurs, qui sont régulièrement chahutés. Le rôle plus ou moins nocif de ces ennemis du Ndé tapis dans l’ombre bien que connus démotivera les mécènes.

Résilience…c’est le mot peut être insuffisant qui mérite d’être utilisé pour exprimer l’attitude de certains acteurs soucieux du développement du Ndé, et du rayonnement de la Panthère du Ndé. On a vu Calvin Djappa n’ayant aucune fonction dans le directoire de l’équipe se sacrifier sur tous les fronts, pendant cette saison 2017 ; Célestine Ketcha Courtès, ne peut pas évoquer avec exactitude les chiffres non comptabilisés de ce qu’elle a apporté à l’équipe cette saison. Entre hébergement, prise en charge de la restauration, paiement des primes et salaires, frais de déplacement et motivation des encadreurs, la P.C.A ; Chantale Lewatt, a véritablement reconnu le soutien de ces passionnées de Nzui-Manto. Le résultat a été positivement surprenant. Contre toute attente, la panthère du Ndé a tutoyé la tête du classement de la ligue 2 en ratant de justesse la remontée en élite 1.

Les sécessionnistes se révèlent :

Dans le Ndé en ce moment, un groupe d’activistes empêche le préfet d’assurer tranquillement ses missions. Ils sont très présents à son bureau, et occupent des heures, à raconter des histoires floues, et incohérentes.

En effet, un groupe de jeunes chômeurs annoncent depuis un temps le projet de création d’une autre Panthère du Ndé… Au regard de la moralité de ces jeunes, de leurs positionnement, et de la nature de l’action qu’ils mènent en ce moment, il n’est pas mauvais de croire qu’une volonté de sécession se prépare dans le noir… L’adresse, les contacts, et soutien que ces jeunes bénéficient d’une certaine élite devraient aider les décideurs à prévenir.

Comment comprendre que les performances de la Panthère du Ndé, qui ont fait rêver les fils et filles du Ndé pendant les dernière journées du Championnat cette saison n’aient pas connu le soutien de ceux qui disent spontanément aujourd’hui aimer la panthère. il reste difficile de comprendre comment les élites puissantes et remarquables sont restées indifférentes à l’appel et au crie des dirigeants de cette équipe, au moment où la montée se montrait possible… On a par exemple vu Célestine Ketcha Courtès passée des moments difficiles le jeudi 5 octobre 2017 au stade municipal de Mbouda. La maire de Bangangté par ailleurs présidente d’honneur de Panthère sportive du Ndé, a été agressée par une bande de supporters furieux de Fovu de Baham lors de la rencontre de la 34e journée du championnat national Elite Two opposant Pwd de Bamenda à Fovu club de Baham. Ce groupe lui reprochait son engagement pour la Panthère du Ndé. Alors que les deux formations sont à égalité (0-0). Signalons que les joueurs qui se sont livrés à cette belle aventure ont reçu la reconnaissance de l’équipe actuelle à la fin du Championnat. La nouvelle saison se dessine avec des belles couleurs, pour l’accès de Nzui- Manto à la division d’honneur. Une initiative qui n’attend plus que l’adhésion de tous et non la sécession.

© Nde Info N°17 DU 26 DECEMBRE 2017 : Talamdjou A Vie

REAGISSEZ A CET ARTICLE AVEC FACEBOOK

Chers intervenants,

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Camer.be. Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

@
@