CAMEROUN :: Ahmed Abba, correspondant de RFI en haoussa, est libre :: CAMEROON

CAMEROUN :: Ahmed Abba, correspondant de RFI en haoussa, est libre :: CAMEROON

CAMEROUN :: Ahmed Abba, correspondant de RFI en haoussa, est libre :: CAMEROON
CAMEROUN :: Ahmed Abba, correspondant de RFI en haoussa, est libre :: CAMEROON
Ahmed Abba a recouvré la liberté ce vendredi 22 décembre. Le correspondant de RFI au Cameroun en langue haoussa était accusé de terrorisme pour avoir couvert les activités de Boko Haram au nord du pays. Il a été acquitté jeudi des faits les plus grave par le tribunal militaire de Yaoundé, mais a été condamné à 24 mois de prison pour « non dénonciation », une peine largement couverte par sa période de détention.

Correspondant de RFI en langue haoussa dans le nord du Cameroun, le journaliste avait été arrêté en juillet 2015 à Maroua, où il couvrait la crise liée au groupe Boko Haram.

Condamné en 2016 à dix ans de prison pour « blanchiment d'actes de terrorisme », Ahmed Abba a été acquitté jeudi de cette accusation par le tribunal militaire de Yaoundé, mais condamné à 24 mois de prison pour « non-dénonciation ». Après avoir passé 29 mois en préventive, il était donc libérable.

Une libération accélérée

Mais Ahmed Abba ne s'attendait sans doute pas à être dehors si vite. Car comme l'avait énoncé le tribunal, jeudi, sa libération était conditionnée par le règlement de 55 millions de francs CFA.

Vendredi, une banque avait été sollicitée pour faciliter cette opération. En milieu d'après-midi, les avocats d'Ahmed Abba et Yves Rocle, directeur de l'information Afrique de RFI, avaient pu rencontrer le journaliste à la prison principale de Yaoundé. Ils prévoyaient alors une libération dans un délai d'une semaine maximum.

Et puis soudain, tout s'est accéléré. Peu avant 20h, le bâtonnier Charles Tchoungang, l'un des avocats d'Ahmed Abba, a reçu un coup de fil d'un haut conseiller du président de la République, lui indiquant qu'ils pouvaient aller chercher son client.

Moins d'une heure plus tard, le journaliste était libre. Quelques amis d'Ahmed Abba, ses avocats et des journalistes ont célébré l'événement jusque tard dans la nuit dans un hôtel huppé de Yaoundé.

Sur les réseaux sociaux, confrères et collègues du journaliste étaient nombreux à se réjouir de cette libération, à quelques jours de Noël.

La directrice de RFI, Cécile Mégie, a notamment exprimé son soulagement :

© Source : RFI

REAGISSEZ A CET ARTICLE AVEC FACEBOOK

excamerounais
CAMEROUN :: Ahmed Abba, correspondant de RFI en haoussa, est libre :: CAMEROON France
"L'un des avocats d'Ahmed Abba reçoit un coup de fil d'un haut conseiller du président de la république, lui indiquant qu'il pouvait aller chercher son client"

ce haut conseiller téléphone à l'avocat d'Ahmed Abba en tant que qui ??? C'est lui le directeur de la prison ??? Fait-il pareil pour d'autres détenus sur la voie d'être libérés ??? Et après quand on parle d'arrestation politique, ils sont les premiers à nier. Ils sont tellement bêtes, couper de toute réalité et dans leur monde, qu'ils ne savent même pas masquer leur complot politique
excamerounais
CAMEROUN :: Ahmed Abba, correspondant de RFI en haoussa, est libre :: CAMEROON France
"One of Ahmed Abba's lawyers receives a phone call from a senior advisor to the President of the Republic, telling him that he can pick up his client"

this top advisor phone to Ahmed Abba's lawyer as who ??? He's the director of the prison ??? Does he do the same for other inmates on the way to being released ??? And when we talk about political arrest, they are the first to deny. They are so stupid, cut off from reality and in their world, that they do not even know how to hide their political plot

Chers intervenants,

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Camer.be. Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

@
@