Camer.be
Cameroun: Mercy Ships ne fait pas courir les patientes :: CAMEROON
CAMEROUN :: SOCIETE Cameroun: Mercy Ships ne fait pas courir les patientes :: CAMEROON
  • Quotidien Mutations : Par Adrienne Engono Moussang
  • samedi 07 octobre 2017 13:09:13
  • 3286

Cameroun: Mercy Ships ne fait pas courir les patientes :: CAMEROON

Sur 500 attendues, seulement 150 ont répondu à l’appel. Les fistules obstétricales sont parmi les pathologies devant être prises en charge dans le cadre de la mission humanitaire en cours à Douala dans un bateau baptisé « Mercy Ships ». Dans une interview qu’il a accordée au quotidien Cameroon Tribune le 4 octobre, le ministre de la Santé publique (Minsanté), André Mama Fouda regrette que seulement 150 femmes aient été identifiées sur les 500 projetées.

A ce jour, selon les dires du Minsanté, des efforts sont déployés pour trouver des femmes souffrant de cette affection afin de porter le nombre à un demi-millier de patientes comme prévu dans le cadre de la mission du Mercy Ships.

Pourtant, une telle opportunité ne s’est jamais présentée pour les patientes des fistules obstétricales par le passé. Jusque quelques-unes d’entre elles bénéficient de temps à autre des campagnes de réparation organisées par le Centre hospitalier universitaire (Chu) de Yaoundé et celles qui se déroulent dans la partie septentrionale du pays avec l’appui du Fonds des Nations unies pour la population (Unfpa).Des campagnes qui ont difficilement concerné une centaine de patientes à la fois.

Or, communication anormale qui se crée entre la vessie et le vagin (fistule vésico-vaginale) ou entre la vessie et le rectum (fistule vésico-rectale) survenant à la suite d'une grossesse et surtout un accouchement compliqué, la fistule obstétricale est un problème de santé publique au Cameroun.

Une étude du Fonds des Nations unies pour la population chiffre à 10.000, le nombre de femmes touchées par cette affection. Et selon des travaux des spécialistes, 350 à 1500 nouveaux cas sont répertoriés chaque année. Contrairement à ce que l’on laisse croire, toutes les régions du pays sont touchées ; même si l’on peut signaler ici une proportion peu élevée dans la partie septentrionale, du fait des mariages précoces qui conduisent à des grossesses précoces et parfois à des accouchements sans assistance médicale.

Comme moyen de prévention, les spécialistes conseillent d’éviter des grosses précoces, les consultations prénatales et les accouchements assistés par un personnel formé.

07oct.
Lire aussi dans la rubrique SOCIETE
Vidéo