Au moins un mort et une vingtaine de blessés lors des manifestations au Togo
Au moins un mort et une vingtaine de blessés lors des manifestations au Togo

Au moins un mort et une vingtaine de blessés lors des manifestations au Togo

Au moins un mort et une vingtaine de blessés lors des manifestations au Togo
Au moins un mort et une vingtaine de blessés lors des manifestations au Togo
Des sources de la présidence mais aussi l’opposition parlent tous d’au moins un mort et de nombreux blessés lors de manifestations de l'opposition qui ont rassemblé des milliers de personnes à travers le pays.

Des incidents sont signalés à l'intérieur du pays. A Bafilo, dans la région centrale, des forces de l'ordre ont usé du gaz lacrymogène pour disperser les partisans de l’opposition qui manifestaient. A Mango, dans la région des Savanes, dans le nord, le siège du parti présidentiel, l'Union pour la République (UNIR), a été incendié.

Le chef de file de l'opposition Jean-Pierre Fabre fait état d'un mort à Mango lors d'affrontements entre militants de l'opposition et du pouvoir, ayant provoqué l'intervention des forces de l'ordre.

Selon une source de la présidence togolaise, un enfant d'une dizaine d'années a été tué à Mango et 25 personnes blessées, dont 10 par balles.

"Deux tireurs supposés appartenir au Parti National Panafricain (PNP)" de l'opposant Tipki Atchadam sont "activement recherchés," a affirmé la source de la présidence à l’AFP.

Des maisons de cadres du parti présidentiel, l'Union pour la République (Unir), ont par ailleurs été attaquées et incendiées, selon la même source, qui a insisté sur le fait qu'aucune manifestation n'avait été autorisée à Mango.

Dans la capitale à Lomé, l’opposition et le parti au pouvoir ont tous manifesté. L’opposition réclame le retour à la Constitution de 1992 et le pouvoir, le statu quo.

Quelques milliers de personnes se sont rassemblées mercredi dans les rues de la capitale togolaise Lomé à l'appel de l'opposition pour demander le départ du président Faure Gnassingbé et, dans d'autres quartiers, à la demande du parti au pouvoir pour lui témoigner leur soutien.

L'opposition, qui a connu un succès historique lors de marches les 6 et 7 septembre en rassemblant plus de 100.000 personnes à travers le pays, a prévu deux nouveaux jours de manifestations mercredi et jeudi.

Le parti présidentiel, l'Union pour la République (UNIR), a décidé lui aussi d'appeler ses militants, aux mêmes dates pour soutenir Faure Gnassingbé, héritier d'une famille au pouvoir depuis 50 ans.

Une décision jugée "irresponsable" selon Nathanael Olympio, un des chefs de file de l'opposition.

"Ça nous fait plaisir d'être là, c'est notre parti", a déclaré à l'AFP Georgia, 34 ans, militante d'UNIR. "Nous, on est pacifiques", a-t-elle ajouté, alors que l'ambiance était très calme sur la plage de Lomé où l'UNIR manifestait.

Un jeune manifestant a toutefois confié avoir reçu 5.000 francs CFA (7,50 euros) pour participer à ce rassemblement. "Vous croyez qu'on est là pour la politique?", a demandé Justin, adolescent de 17 ans, devant l'approbation de ses camarades.

Alors que l'opposition commençait à se réunir dans plusieurs endroits de la capitale mercredi matin, George H., un habitant de Lomé expliquait qu'il n'irait pas manifester cette semaine, bien qu'il assure "en avoir marre de 50 ans de Gnassingbé".

"J'irai travailler. Il faut bien manger", a-t-il expliqué à l'AFP.

Jean-Pierre Fabre, opposant historique togolais, ainsi qu'une coalition de l'opposition ont assuré qu'il n'y aurait "pas de répit (...) tant que M. Faure Gnassingbé n'aura pas quitté le pouvoir".

Le gouvernement togolais a quant à lui mis en garde l'opposition contre la présence de "personnes de nationalités étrangères, en vue de participer à des actes de violences" lors des marches, qu'il souhaite "pacifiques".

Mardi, l'opposition a boycotté un vote de modification de la Constitution à l'Assemblée nationale, qui prévoit la limitation du mandat présidentiel, en regrettant qu'il ne soit pas rétroactif et permette ainsi au président Gnassingbé, au pouvoir depuis 2005, de se représenter en 2020, voire en 2025.

Adoptée avec les 2/3 des voix, la modification de la Constitution fera l'objet d'un référendum "dans les prochains mois", a assuré un membre du gouvernement.

© Source : Avec VOA

REAGISSEZ A CET ARTICLE AVEC FACEBOOK

Chers intervenants,

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Camer.be. Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

@
@