CAMEROUN :: Bilan dactivits : Une claircie dans le ciel de Camair-Co :: CAMEROON

CAMEROUN :: Bilan dactivits : Une claircie dans le ciel de Camair-Co :: CAMEROON

CAMEROUN :: Bilan dactivits : Une claircie dans le ciel de Camair-Co :: CAMEROON
CAMEROUN :: Bilan dactivits : Une claircie dans le ciel de Camair-Co :: CAMEROON
Les chiffres à juin 2017 de l’entreprise sont encourageants. Le plan de relance de Boeing revu et corrigé par le top management. La compagnie aérienne reprend progressivement des couleurs.

Demain 20 juillet, un avion Camair-Co va atterrir pour la première fois à Bamenda dans la Région du Nord-Ouest. Ce sera la huitième capitale régionale à être desservie par la compagnie aérienne nationale. Bertoua, la dernière dans la liste, Ebolowa et Buea ne disposant pas d’aéroport, sera connectée au réseau Camair-Co en août prochain.

« Koutaba,  Mamfe, Batouri, et Kribi ne sont pas intégrés au plan Boeing mais restent les destinations futures qui seront opérationnelles après la remise à niveau des infrastructures aéroportuaires de ces aérodromes ». En septembre prochain, Camair-Co va renouer avec le réseau international grâce à l’ouverture de la liaison Libreville-Dakar par Abidjan. Ces nouvelles ont été données à Douala lundi 17 juillet par le directeur général, au cours de la présentation du rapport d’activités de Camair-Co à juin 2017. Ernest Dikoum n’était pas peu fier des résultats engrangés au regard de la situation de l’entreprise au moment de sa prise de fonctions le 22 août 2016.

Camair-Co affiche un chiffre d’affaire de plus de 5 milliards de FCFA, soit 40% de revenus en plus entre janvier et juin 2017. « L’objectif est de faire le double d’ici à la fin de l’année. Avec dix milliards, nous atteindrons le chiffre symbolique jamais dépassé par Camair depuis sa création », a expliqué Ernest Dikoum. L’entreprise couvre aujourd’hui huit destinations, dont six au Cameroun, Ndjamena au Tchad et Cotonou au Benin pour un total de 92 vols hebdomadaires. Au premier semestre 2017, Camair Co a transporté près de 94 000 passagers contre environ 56 000 à la même période en 2016.

Seulement pour le mois de mai, 20 000 passagers ont été transportés par « l’étoile du Cameroun ». Le tableau de bord mentionne une ponctualité de près de 70%, une régularité des vols de plus de 90% et un taux de remplissage qui frôle les 55%. La zone la plus rentable est le Grand-Nord, qui, avec 20 vols par semaine, présente un taux de remplissage de près de 95%. Et c’est sur la liaison Yaoundé-Douala que la compagnie aérienne publique réalise son plus mauvais score avec un taux de moins de 50%. Même Bafoussam, nouvelle destination, inaugurée en octobre 2016, est à environ 80%.

Camair-Co se satisfait déjà d’avoir réussi d’avoir quasiment doublé la moyenne de remplissage de ses avions, qui se situait à 36% à la même période l’année dernière. Le tout, avec seulement deux avions fonctionnels, un Boeing 737 et un MA60, les deux totalisant 180 places disponibles c’est-à-dire moins que le nombre de places du Boeing 767 Le Dja. En effet, « Camair Co est propriétaire de l’ensemble de sa flotte constituée de cinq avions, ce qui est rare chez nos concurrents en Afrique, mais trois de ces avions sont en révision. Avec deux autres avions en service bientôt, nous allons dépasser ou au moins atteindre les 10 milliards de chiffre d’affaires », a justifié le directeur général de Camair-Co.

En attendant la mise définitivement  en œuvre du plan de relance de l’entreprise (voir ci-dessous). Pour être performante, Camair-Co a engagé des mesures de réduction des déficits qui plombent son activité. « Nous avons commencé à faire baisser le déficit d’exploitation et les charges de l’entreprise. Notre masse salariale représentait 38% de nos ressources, nous l’avons ramenée à 25%. Nos charges de carburant étaient à 28%, elles sont désormais à 22% », a argumenté Ernest Dikoum.

L’objectif est de parvenir à 16 milliards de dépenses en moins afin de sortir dès janvier 2018 de la subvention d’équilibre que l’entreprise reçoit régulièrement du ministère des Finances. D’autre part, 72 employés ont été touchés par une baisse de revenus à la suite d’un reclassement règlementaire recommandé par un audit interne et externe. Ce qui a laissé circuler des informations sur un plan social en cours au sein de Camair-Co.

« Il n’y a pas de plan social à Camair-Co. Il  y a une activité au sein des ressources humaines qui touche à la retraite ou à la reconversion de certains employés », a rectifié le DG de l’entreprise. Répondant à une question, Ernest Dikoum a surtout le travail de ses équipes, qui semblent avoir saisi l’avion de la dernière chance.

© Le Quotidien De Leconomie : Parfait N. Siki

REAGISSEZ A CET ARTICLE AVEC FACEBOOK

Chers intervenants,

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Camer.be. Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

@
@
Demandes d’explication pour Broos, Tchami et Toko Ekambi
Demandes dexplication pour Broos, Tchami et Toko Ekambi
Facebook
réclame
partenaire
CAMEROUN :: Bilan dactivits : Une claircie dans le ciel de Camair-Co :: CAMEROON
GPS LE PHOTOGRAPHE GLOBE TROTTEUR EN SUISSE
évènement
CAMEROUN :: Bilan dactivits : Une claircie dans le ciel de Camair-Co :: CAMEROON
actuellement sur le site