Cameroun: 2018 nous parle :: CAMEROON [Update]
Cameroun: 2018 nous parle :: CAMEROON

Cameroun: 2018 nous parle :: CAMEROON [Update]

Cameroun: 2018 nous parle :: CAMEROON
Cameroun: 2018 nous parle :: CAMEROON
Après 34 ans de règne absolu, Paul biya peut-il être éjecté du pouvoir au Cameroun ? question intrigante que beaucoup de citoyens doivent inexorablement se poser si l’on scrute leur subconscient collectif. 
Par la force d’un coup d’Etat ou d’une insurrection populaire la repose est non ! Et à ce propos, il y a lieu de comprendre que « L’Homme du 6 novembre 1982 » a mis en place des fondements et mécanismes si solides de conservation de son pouvoir que même l’aventurier le plus téméraire ne saurait les subjuguer.

L’ensemble des forces de défense et de sécurité du Cameroun sont au service d’un homme : Paul biya. Depuis la douloureuse et sinistre tentative de coup d’Etat du 06 novembre 1984, l’actuel président du Cameroun a consolidé une assurance digne d’une forteresse autour de lui, au point où aucune unité d’élite des forces de défense ne pourrait l’atteindre quand elle aurait décidé de choisir le funeste chemin de prendre le pouvoir par la force au Cameroun, et de tenter d’écarter ainsi arbitrairement l’actuel locataire du Palais de l’Unité.

Depuis avril 1984, la Garde républicaine qui avait trahi tout un peuple, en organisant une mutinerie contre les institutions républicaines a été dissoute et démantelée. La Garde présidentielle qui comprend des éléments de toutes les composantes des forces de défense a été mise en place. A la fois corps d’élite et puissance spéciale, la GP est depuis l’un des socles solide de la conservation et de la protection du président. Au fil des ans, elle a réussi à rester « toujours parée » (comme l’indique d’ailleurs son slogan, et a marqué sa fidélité jamais démentie au Prince ; au point de se montrer dans les premières décennies du régime biya incontournable.

Cependant, très astucieux, Paul biya n’a pas voulu se laisser garder et « contrôler » par cette seule unité d’élite à son service. C’est ainsi qu’en même temps il est parvenu à mettre en route une réforme de l’armée camerounaise qui a définitivement abouti au début des années 2000, « le Grand Manitou » a fait émerger une autre solidité d’élite qui lui est plus qu’entièrement dévouée. Le bataillon d’intervention rapide (bir), qui est en effet une armée d’élite placée directement sous l’autorité du chef d’état-major particulier du président de la République, constitue en quelque sorte l’unité d’élite chargée de veiller sur le président biya et son pouvoir, au cas où des esprits malins essayeraient de quelque manière que soit de le défier ou de l’affronter. On se souvient que c’est le bir qui est sorti des casernes avec une pugnacité redoutable, réprimer les jeunes manifestants de fin février 2008, illustrant ainsi leur particularité de force de défense de l’actuel président et de son régime.

En réalité, le bir et la Garde présidentielle se tiennent donc en respect. Tout comme ces deux unités intimement liées au président Paul biya mutualisent leurs pressions pour tenir en respect les autres composantes de l’armée camerounaise, des forces de défense et de sécurité pour que « le chef suprême des armées », garde et contrôle son pouvoir en toute quiétude. Et encore véritablement, quand bien même un téméraire prendrait son courage à deux mains, pour attaquer et atteindre le président biya, et qu’il lui arrive de réaliser (on ne saurait trop comment) son funeste dessein, à savoir le déloger du Palais de l’Unité, pour s’autoproclamer président de la République du Cameroun par la suite, le contexte international actuel ne sied plus aux coups d’Etat. Il sera en effet difficile à l’impertinent de rester trois jours au Palais de l’Unité. La Communauté internationale dans son ensemble étant désormais habitué à déverser son venin et ses menaces sur tous les putschistes qui choisissent la voie de la violence pour accéder au pouvoir.

Il faut donc inéluctablement exclure l’option de la force et surtout la condamner. Par contre, pour ceux qui croient vraiment qu’il est temps de mettre un terme à la longue présence de Paul biya à la tête du Cameroun, la seule voie possible est le chemin de la démocratie.

Notion absolument à la fois mal intégrée et difficilement assimilée par les acteurs du Renouveau de Paul biya (bien que ce dernier en parle avec une conviction patriotique dans son ouvrage « Pour le Libéralisme communautaire »), la démocratie reste à travers les élections la voie la plus plausible pour une alternance politique au sommet de l’Etat du Cameroun. C’est vrai, nous voyons d’ici les sourires et rires goguenards des patriotes camerounais qui, depuis 1992, au risque de leurs vies, ont choisi cette galerie, et aujourd’hui sont considérablement épuisés par de longues et terribles années d’un combat fragmentaire en faveur de la transparence électorale au Cameroun. La fraude électorale aura été pendant longtemps le cheval de bataille du parti dominant qu’est le Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc). Ce n’est nullement calomnieux que de le dire. Ceci au regard des multiples contentieux post-électoraux qui, à chaque fois ont inondées la Cour suprême du Cameroun lors des différentes consultations électorales organisées au Cameroun depuis 1992. Et c’est bien parce que les élections ont été porteuses à chaque fois de conflits qu’à l’unanimité, la communauté nationale et internationale a vivement conseillé à Paul biya et son régime de décharger le ministère de l’Administration territoriale de son organisation. Aujourd’hui, après l’Onel I, l’Onel II, nous avons Elecam I et II.

En tout cas ce qui est important à savoir, tous les comptes réalisés, est que, parce qu’elle est une année électorale, 2018 nous parle. qui sera le président de la République du Cameroun en 2018 ? qui seront nos députés, nos conseillers municipaux et sénateurs 2018 ? Comment seront donc organisées en 2018 toutes ces consultations électorales ? Les élections seront-elles organisées dans les normes ? Seront-elles républicaines, citoyennes et sereines ? Ces questions sont lancinantes.

Ce qui est certain est qu’il y a en place un pouvoir qui ne veut absolument pas lâcher du lest. « Nous y sommes et nous y resteront », disent très souvent les militants du « Parti du flambeau ardent ». Ou encore « Paul biya encore 100 ans ».

Dans ce contexte que fait donc l’opposition ? Le Messager voudrait donc questionner toutes les incertitudes qui entourent les élections de 2018.

Afin que de manière patriotique les citoyens de ce pays puissent prendre conscience de leurs responsabilités.

© Le Messager : Jean François CHANNON

REAGISSEZ A CET ARTICLE AVEC FACEBOOK

mbechao
Cameroun: 2018 nous parle :: CAMEROON United States (Washington)
Les élections sont inutiles tant que Mr. Biya est au pouvoir. Seuls les naïfs y croient en allant jusqu'à suggèrer un "candidat unique de l'opposition" pour divertir le peuple.
L'alternance se fera malgré tout sans le peuple souverain, c'est une prédiction divine. Wait and see!
zed2three
Cameroun: 2018 nous parle :: CAMEROON France (Val-de-Reuil)
à force de s'instruire en écoutant les télévangélistes américain notre diaspora américaine se distingue par le vide sidéral de sa pensée et de sa pseudo analyse :elle montre toute son ignorance de la société camerounaise;rien ne peut plus nous surprendre d'un pays qui élit à sa tête un clown
mbechao
Cameroun: 2018 nous parle :: CAMEROON United States (Washington)
@ZED2THREE:
Les américains élisent qui ils veulent dans des élections libres et transparentes et n'ont de leçons à recevoir de personne. Mr. Trump contrairement à certains clichés, est certainement plus qualifié que Mr. Obama pour ses compatriotes. Il a d'ailleurs plusieurs réalisations qui font la fierté de son pays. Il n'est peut-être pas un "politicien de carrière" selon vous, mais il est là comme Obama y a été par hasard et par la volonté du peuple américain électeur et souverain..
Taskinfo
Cameroun: 2018 nous parle :: CAMEROON France (Paris)
Au Cameroun, c'est un holdup permanent de gangsters avec des griots suiveurs à l'assaut de leur défense toujours et toujours aussi bancal.

Les élections au Cameroun ne sont que pure mascarade. Biya n'est pas crédible et ne le sera jamais.
Epervier
Cameroun: 2018 nous parle :: CAMEROON Canada (Montreal)
Jean François CHANNON , Le Messager;

"Le Prince" c'est qui ou quoi dans les institutions de la République du Cameroun ?

"Grand Manitou" fait référence à quoi ou à qui dans votre texte?

Comment définissez-vous "son pouvoir" , selon l'utilisation que vous en faites?

Y a-t-il un lien entre les pouvoirs que la Constitution du Cameroun attribue au Président de la République du Cameroun et "son pouvoir" que attribuez à "Paul biya"?



Epervier
Cameroun: 2018 nous parle :: CAMEROON Canada (Montreal)
@MBECHAO

Pouvez-vous nous éclairer sur les éléments de comparaison que vous avez utilisés pour classifier OBAMA par rapport à TRUMP?

Ou bien vous avez juste "parlé pour parler"?

Epervier
Cameroun: 2018 nous parle :: CAMEROON Canada (Montreal)
Dans le fond

Ce texte bâclé est tout de même un bon début d'analyse sur le sujet de l'alternance politique au Cameroun.

Le régime néo colon peut être renversé et le sera

Vous n'avez pas besoin de savoir comment aujourd'hui

La question ezt: voulez-vous qu'il y ait alternance politique au Cameroun?

Si oui.

Étant donné que le processus démocratique est attaqué en permanence par le régime néo colon,
Comprenez-vous le besoin de le renverser?

Si oui,

Apportez-nous votre soutien

Ce régime de l'iniquité sera renversé.
mbechao
Cameroun: 2018 nous parle :: CAMEROON United States (Washington)
@EPERVIER:

C'est pas à moi de qualifier ou comparer OBAMA à TRUMP et vice-versa, c'est aux américains et non aux non-américains comme moi de le faire.
Je crois avoir été précis là-dessus. Qu'un camerounais quelqu'il soit traite par ailleurs le Président légalement élu des ETats-Unis de clown, est tout simplement révoltant.
Quant à mon analyse personnelle, je maintiens comme je l'avais fait depuis 2008 qu'OBAMA n'est pas le meilleur (Gbagbo et Kadhafi ne me démentiront pas). Maintenant à la fin du mandat de TRUMP, on pourrait comparer les résultats avec celui d'OBAMA encore que cela restera également relatif (à chacun son époque).
Epervier
Cameroun: 2018 nous parle :: CAMEROON Canada (Montreal)
@MBECHAO

Vous avez pourtant comparé.
mbechao
Cameroun: 2018 nous parle :: CAMEROON United States (Washington)
@EPERVIER:

Qu'est-ce qui fait problème pour comprendre mon analyse? Bush a mieux fait pour l'Afrique qu'Obama qui a pourtant un parent africain n'est-ce pas!
WiseMan
Cameroun: 2018 nous parle :: CAMEROON United States (Takoma Park)
Les conditions pour organiser des elections libres et transparentes a 2 tours ne sont pas reunies au Cameroun!!!

Un changement qualitatif de la classe dirigeante par la voie des urnes dans les condictions actuelles est impossible. Une solution a l'ivoirienne s'impose!!!

---
OBAMA est et restera le plus brillant maitre a penser que l'Afrique ait connu apres MANDELA. Grand enemi de la dictature.
Etait-il au pouvoir en fev 2008, le regime RDPC aurait ete balaye comme le regime Ben Ali, Mubarak, Kadafou et Gbagbo en 2011...et le Cameroun ne s'en porterait que mieux...
mbechao
Cameroun: 2018 nous parle :: CAMEROON United States (Washington)
@WISEMAN:

OBAMA n'est pas africain et n'est pas mieux que Cheick Anta Diop, Achille Mbembe, Mongo Beti, Célestin Monga, etc... ou Kwame N'krumah entre autres. Arrêtez vos élucubrations!
WiseMan
Cameroun: 2018 nous parle :: CAMEROON United States (Brooklyn)
MBECHAO,

Justifie donc ton post #10!!!
mbechao
Cameroun: 2018 nous parle :: CAMEROON United States (Washington)
@WISEMAN:

Avoir un parent africain ne veut pas dire être africain ou "penser africain". OBAMA n'a rien fait pour l'Afrique qu'il ne connaît même pas.
WiseMan
Cameroun: 2018 nous parle :: CAMEROON United States (Brooklyn)
Exactement le genre de discour xenophobe qui a coute le pouvoir a Gbagbo!!!

Quand des ivoiriens se permettaient de dire a d'autres ivoiriens que meme avec un parent ivoirien il n'en etaient pas...
mbechao
Cameroun: 2018 nous parle :: CAMEROON United States (Washington)
@Wiseman:

Contrairement à ses prédecesseurs, Gbagbo a reconnu à Ouattara la nationalité ivoirienne et lui a permis d'être candidat et son concurrent à l'élection présidentielle quand on sait comment cela se passe en Afrique.
Il n'y a rien de xénophobe à dire qu'OBAMA n'est pas africain puisqu'il n'est même pas citoyen kenyan et n'a jamais habité le continent même par "courtoisie". Arrêtez de divaguer juste pour supporter votre champion et ses parrains de la "communauté internationale".
Epervier
Cameroun: 2018 nous parle :: CAMEROON Canada (Montreal)
@WISEMAN

Vous écrivez des choses .en #15 que vous ne pouvez soutenir.

Ce que vous avez écrit est un mensonge.
WiseMan
Cameroun: 2018 nous parle :: CAMEROON United States (Takoma Park)
Mbechao,

J'aimerai bien lire ce que tu ecriras quand la bande a gabson et tous les biyaistes assimiles s'appuieront sur tes paroles imatures pour decreter que tous les enfants nes des unions entre des camerounais chasses du Cameroun par la dictature biya et des nationaux d'autres pays ne seraient pas des camerounais a part entier...

J'ai toujours pense que le mal ne du fait que des camerounais pronnoncent (par ignorance) ou par faineantise?), sur eux-memes leurs propres condamnation est infiniment plus grand que toutes les formes d'injustices dont les camerounais pouraient legitimement se plaindre.

Bon pieds la route!!!
zed2three
Cameroun: 2018 nous parle :: CAMEROON France (Val-de-Reuil)
l'alternance au Cameroun ne peut se penser sans Paul Biya;il est l'alpha et l'oméga pour une transition pacifique dans notre pays;notre combat,et celui de tous les patriotes doit être de faire triompher la majorité progressiste et démocrate du RDPC AU détriment de la vieille frange grabataire et minoritaire de cleptomanes conservatrice qui peut mener le pays au chaos: La sortie ou l'entrée de Paul Biya dans la grande histoire de notre patrie en dépend
c'est une hérésie d'accoler les noms d'obama,cheik diop,mbembe,beti,n'khruma avec celui de monga célestin,c'est presqu'un crime de lèse majesté
WiseMan
Cameroun: 2018 nous parle :: CAMEROON United States (Takoma Park)
Avis aux militants du RDPC!!!
mbechao
Cameroun: 2018 nous parle :: CAMEROON United States (Washington)
@Wiseman:

Quand on est exilé, on ne perd pas la nationalité de son pays d'origine. Chassés ou pas, on a le choix de garder sa nationalité et de se battre pour aider au changement qui permettrait de créer des conditions pour un retour au pays natal.
Obama père n'était pas exilé et est bien rentré dans son pays le Kenya, mais son fils né aux Etats-Unis est américain.
Moi même j'ai des enfants nés aux USA (donc américains) et je ne les vois pas s'intéresser au Cameroun puisque leur enfance et leur vie c'est ici.
C'est pourquoi il y a par ailleurs le principe de la double nationalité pour lever toute équivoque.

ZED2THREE:

La transition au Cameroun se fera sans Biya et sans le RDPC.
mbechao
Cameroun: 2018 nous parle :: CAMEROON United States (Washington)
@ZED2THREE:
Dès que Mr. Biya n'est plus Chef de l'état, le RDPC sera dissout et interdit de gouverner le Cameroun.
gabson
Cameroun: 2018 nous parle :: CAMEROON Germany (Bretten)
@Mbechao, e me demande parfois: ce monsieur est-il sérieux?

Vous dites souvent vous battre pour l'AFRIQUE, et vous ne vous demandez pas: Comment se fait-il que l'AFRIQUE ne fabrique pas d'armes, mais c'est en AFRIQUE que les armes font des ravages?

Or votre discours post22 est le creuset des guerres civiles! Comment imaginez-vous interdire et dissoudre le RDPC, avec la conviction que la transition se fera sans BIYA et sans le rdpc et espérer aboutir á une TRANSITION sans effusion de sang et donc sans l'ingérence franco-usa?

Vous vivez aux usa et affirmez que les élections seraient propres aux usa? Et les difficltés que Trump rencontre ne vous montrent-elles pas que les démocrates et la mafia usa n'ont toujours pas accepté leur défaite et tentent de chasser Trump?
Tinberkamga
Cameroun: 2018 nous parle :: CAMEROON Cameroon (Douala)
seule alternative en 2018!!! boycotte des élections .... ce qui aboutira au retour au parti unique inadmissible pour la communauté internationale , qui devra se pencher sur la question du processus électoral

Chers intervenants,

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Camer.be. Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

@
@
Russie 2017: De l'indiscipline naissante au sein de la tanière, de la méforme de Moukandjo, Hugo Broos déballe
Russie 2017: De l'indiscipline naissante au sein de la tanière, de la méforme de Moukandjo, Hugo Broos déballe
Facebook
radios
RTS 90.5 FM Cameroun: 2018 nous parle :: CAMEROON Sky One Radio 100.1 FM Cameroun: 2018 nous parle :: CAMEROON Amplitude FM Cameroun: 2018 nous parle :: CAMEROON Kalak FM Cameroun: 2018 nous parle :: CAMEROON Nkongsamba FM Cameroun: 2018 nous parle :: CAMEROON Cameroonvoice Cameroun: 2018 nous parle :: CAMEROON Fréquence de vie Cameroun: 2018 nous parle :: CAMEROON
réclame
partenaire
Cameroun: 2018 nous parle :: CAMEROON
Dr Serge Blaise EMALEU l'invité SOPIEPROD
évènement
Cameroun: 2018 nous parle :: CAMEROON
actuellement sur le site
PRODUCTIVES
Cameroun: 2018 nous parle :: CAMEROON
Loading...