CAMEROUN :: Commerce de dtail : Grogne contre les commerants chinois  Douala :: CAMEROON

CAMEROUN :: Commerce de dtail : Grogne contre les commerants chinois Douala :: CAMEROON

CAMEROUN :: Commerce de d?tail : Grogne contre les commer?ants chinois ? Douala :: CAMEROON
CAMEROUN :: Commerce de d?tail : Grogne contre les commer?ants chinois ? Douala :: CAMEROON
Les commerçants camerounais se plaignent de leurs homologues d’Asie qui, selon eux, envahissent et investissent leurs territoires et comptoirs.

Alors qu'on les attend plutôt dans le commerce de gros, les ressortissants chinois installés dans la ville de Douala se livrent depuis quelques années au commerce de détail des chaussures. Les commerçants locaux les accusent de multiplier des boutiques à Akwa, où plusieurs immeubles battant pavillon chinois font désormais office des centres commerciaux.

Mais ce qui devient aujourd'hui insupportable est que « les commerçants chinois jouent désormais avec les stocks, en cachant des cartons de marchandises et ne laissant aucune possibilité d’exclusivité aux détaillants », apprend-on. Pis, témoignent des détaillants approchés, la communauté chinoise procède aux ventes discriminatoires au préjudice des commerçants camerounais. Des informations difficiles à vérifier d’autant que les Chinois se sont montrés réfractaires à toute démarche de recoupement des accusations.

Cette situation, dans la pratique, se matérialise par le refus systématique des commerçants grossistes chinois de vendre à leurs homologues camerounais les marchandises qu’ils importent de leur pays. « Et quand bien même, témoigne un commerçant, un importateur chinois accepte de vendre son produit à un Camerounais, il se rassure qu’il n’est pas de bonne qualité ». Conséquence, manque de recettes, incapacité de rembourser à temps les crédits, perte de capital à cause de la mauvaise qualité des produits achetés aux Chinois…

Devant cette situation hautement préjudiciable à l’économie nationale et aux intérêts des commerçants nationaux, Alice Maguedjio, présidente du Syndicat des commerants dtaillants du Wouri (Sycodew), a promis aux plaignants de faire bouger les lignes, tout en leur rappelant qu’ils n’ont pas le droit de descendre dans la rue. « Le malaise est tellement profond que nous ne pouvons pas nous amuser ; nous allons solliciter des séances de travail avec ceux-là qui incarnent les lois pour qu’ils nous mettent autour d’une même la table avec les représentants des populations asiatiques »,  a-t-elle rassuré.

« C’est un problème qui perdure depuis fort longtemps. Cette situation nous asphyxie ; il s’agit de faire des revendications dans la légalité sans faire des manifestations ni du désordre. Nous voulons appeler à l’intervention du syndicat afin que des solutions idoines soient trouvées pour sauver des milliers d’emplois menacés », ajoute Jacques Confiance Mohoue, président l’Association des commerçants du marché d’Akwa secteur chinois et environs (Ascodech).

Parmi les solutions envisagées, il y a un rappel à la loi de 1980 sur l’activité commerciale, qui dispose que : « Le commerce ambulant autre que la présentation d’un spectacle et d’une attraction est interdit aux étrangers. » Pourtant, rappellent les commerçants en colère, les Chinois pratiquent aussi le commerce ambulant au vu et au su de tous.

A la sortie d’une séance de travail organisée, hier mercredi 03 mai 2017 à Douala, en présence des membres de l’Ascodech, commerçants et commerçantes camerounais ont dit en toute sincérité ce qu’ils avaient sur le coeur. Dans une pétition dont l’objet est « Requête pour intervention à Akwa Chinois », ils se plaignent également d’une autre pratique qui consiste à réduire de manière drastique l’octroi de visas aux commerçants camerounais désireux de se rendre en Chine pour des achats.

« A l’ambassade, on nous dit d’aller acheter nos marchandises auprès des ressortissants chinois ; qu’il ne sert à rien de voyager pour la Chine », témoigne un marchand sous couvert anonyme. Les plaintes des commerants dtaillant concernent aussi l’établissement des factures après achat. Selon les plaignants, le problème c’est que les Chinois y mentionnent rarement le nom (ou dénomination sociale) et l’adresse de l’entreprise qui facture, sa  forme juridique, etc. A cela s’ajoute le fait que les jeunes camerounais qui travaillent dans leurs boutiques touchent des salaires de misère (30  000 FCFA/mois), pour un travail pénible au quotidien.

© Le Quotidien De Lconomie : Christian Happi

REAGISSEZ A CET ARTICLE AVEC FACEBOOK

Epervier
CAMEROUN :: Commerce de dtail : Grogne contre les commerants chinois  Douala :: CAMEROON Canada (Montreal)
Il faut renverser le rgime no colon

Le rgime no colon n'est pas l'tat du Cameroun

Le rgime no colon n'est pas "les institutions du Cameroun"

Ce rgime inique reprsentant la franafrique et les comptoirs commerciaux coloniaux dtruit notre pays.

Nous devons renverser ce rgime

C'est la seule solution que nous avons.
excamerounais
CAMEROUN :: Commerce de dtail : Grogne contre les commerants chinois  Douala :: CAMEROON France (Gruffy)
Si c'taient les commerants franais Paris qui montaient au crneau contre leurs homologues chinois, Parfait Valre nous aurait dj fait un bel article accompagn d'une petite vido pour dmontrer aux yeux du monde, la xnophobie des Franais.
les commerants camerounais qui dnoncent les mauvaises pratiques des chinois sont des vrais patriotes. Et les commerants franais qui un jour feraient de mme seront classs dans la catgorie "xnophobie". un article que Gabson aurait comment dans la minute qui suit

Alors que dans plusieurs pays, on met l'accent sur la recherche qui est source d'innovation et de progrs social, au Cameroun, on encourage les gens aller acheter les choses en Chine pour venir les revendre au cameroun. Bravo !!!
excamerounais
CAMEROUN :: Commerce de dtail : Grogne contre les commerants chinois  Douala :: CAMEROON France (Gruffy)
If it were French merchants in Paris who were climbing against their Chinese counterparts, Parfait Valre would have already made a good article with a short video to demonstrate to the eyes of the world, the xenophobia of the French.
The Cameroonian traders who denounce the bad practices of the Chinese are true patriots. And the French traders who would one day do the same will be classified in the category "xenophobia". An article that Gabson would have commented in the minute that follows

Whereas in several countries the emphasis is on research that is a source of innovation and social progress, in Cameroon, people are encouraged to go and buy things in China and come to resell them in Cameroon. Congratulations !!!

Chers intervenants,

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Camer.be. Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

@
@
U-17: les bébés lionnes s'imposent (7-0) en amical
U-17: les bbs lionnes s'imposent (7-0) en amical
Facebook
réclame
Ruth KOTTO RACONTE SON VOYAGE DES USA by SOPIEPROD TV
évènement
CAMEROUN :: Commerce de dtail : Grogne contre les commerants chinois  Douala :: CAMEROON
actuellement sur le site